Un pied en enfer ( Récit épisode 3)

Vous savez tous que le tonnerre de Brest est une image du son des canons qui sortaient de la ville close, au temps de ce beau château qui surplombe la penfeld, les bagnards même très entraînés à courir n’allaient pas bien loin, ou se retrouvaient en Guyane comme moi. Hops, un passage en téléportation, je vis hors du temps, alors, j’ai vécu la saison des pluies là-bas, tel le dit la chanson de Jean-jacques Goldman- chacun ses références- de la soupe et je n’ai pas honte de ne pas être un intellectuel. Ma vie est semblable à ce puzzle de conquête de Napoléon impossible à terminer. Olivier, mon frère, a minutieusement fait le cadre, et moi, j’ai fait une Gaston Lagaff, maladroit, je l’ai renversé. Une tarte tatin, quoi ! Je suis un gourmand, parfois gourmet. Nous sommes le trente et un Octobre, un petit peu plus de minuit, café, clop, et hop quelques ligne sur mon reste d'esprit guère vaillant, ses lignes ne sont pas de coke, je ne consomme pas ce genre de truc, pas besoin. J'écoute notre album de musique « La tête à l'Ouest » de la musique sur des textes nous sommes tous dans ce début siècle de siècle, des artistes. Auteur, acteur, distributeur du film de nos vies, toute la chaîne et alors ses mots sont sur ma page « Youtube », tous producteurs de nos an passé sur la planète Terre et je suis dans le noir, je l'écoute, sans savoir si quelqu'un m'aime, dans ce monde de brute. « Derrière les barricades » le refrain pose des questions à l’humanité, des « Pourquoi ». Le covid19 plane sur notre vie à tous, la grisaille d'automne, le changement d'heure, et la peur incandescente de l'ennuie. Oui, je suis seul, car la vie est faites ainsi, mon caractère de liège, mon poids d’hypothalamus, ( Vous voyez, je vous vouvoie, je voulez poser hippopotame, l'animal et me voilà à faire mon propre diagnostique) ma tenu d’Adam, mes rêves d’Eve, je ne n'étais pas bavard hier. Aujourd’hui, je suis muet, alors je tape sur le clavier pour et par instinct de survie. Hier, j'ai vu une grenouille miniature dans un documentaire se faire dévorer, pas des yeux, ses larves, ses œufs dans la jungle. J'ai cessé de lutter contre mes nuits, et mon désir de ne plus souffrir, d'être si seul. Un petit peu plus de deux heures du matin, je me souviens de mon départ en Guyane, je ne savais rien du climat, de la zone géographique, de mon point d'atterrissage, enfant sage, trop sage je masquais mes peurs venus de ma mère, Suzanne. Zéro degrés à Paris, c'est grand un aéroport, j'ai eu plus peur de rater la préparation de mon sac à dos pour ce court voyage que de vivre, et manger au feu de bois, sous la canopée. Attention, je dérive, normal je ne suis pas vraiment un exemple de marin, mes bleus sont sous la peau. J'ai mâle de ne pas vous comprendre. J'ai mal. Je vous en parle, vous me suivez, je suis un gros gourmand, je l'ai dit et donc je passe du coq à l'âne. (Loin de moi la pensée d'insulter un âne).

jean-françois joubert

Bio, biblio... Qui es-tu jean-François Joubert ? Ah, si je le savais ? Né à Brest en 1969, une année exotique, mon sang est d’un aber, un bras de rivière qui rencontre la mer d’Iroise, un p’tit zef qui aime les îles comme Ouessant, le bateau, les sports nautiques, écrire vient naturellement, comme une évidence, en lisant et y trouvant ce que je cherchais, ouverture d’esprit et fantaisie ! Mr joubert jean-françois 1 rue Lucie Aubrac 29870 plougastel-daoulas contact : un numéro de téléphone. 0630718661 2020 Stories by fyctia Cet été-là, il pleuvait des robots 2020 stories by fyctia Désirs d'îles 2020 stories by fyctia Le naufrage de rose 2016 le petit marchand de sourires aux éditions secrètes 2016 Le carnaval des Cieux aux éditions du pont de l'Europe 2015 Le mage du Rumorvan aux éditions secrètes

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits