Un peu de culture - partie 2

Un petit billet rapide pour faire suite à la première partie de cette série sur l'évolution du potager. Et plutôt qu'un long discours, voilà une photo (j'ai tenté de la prendre avec le même point de vue que celle figurant dans le premier article):

Un peu de culture - partie 2

La partie de gauche, dans l'ombre, est consacrée aux petits fruitiers: nous avons eu quelques fraises, qui étaient censées s'accrocher au grillage et l'envahir. En fait les quelques plants de fraises mis en terre au début du printemps n'ont presque pas poussé, et ne se sont pas propagés. Il faudra sans doute attendre l'année prochaine pour voir un premier résultat. Les framboises et groseilles ont en revanche donné quelques fruits, qui sont en train de mûrir. Au centre, les choux et les tomates, qu'il faut raccrocher quasiment tous les jours tellement leur pousse est rapide, et traiter de façon incessante au risque de voir le mildiou se développer à cause de l'humidité importante et permanente. Au premier plan, les salades sont absentes, car elles ont déjà été consommées. Les poivrons et cornichons ont pris le relais. L'unique plan de maïs est un peu à la traîne, mais il a été semé tardivement. Et puis à droite et en arrière plan, les courges: courgettes, pâtissons et potirons. Ces tiges de ces derniers poussent actuellement de dix bons centimètres par jour, grâce à la pluie abondante qui leur permet de remettre des racines à intervalles réguliers. Les premières fleurs sont apparues, la récolte sera très importante cette année (rendez-vous au début de l'automne). Quant aux courgettes, je place ci-dessous une photo de ma récolte matinale:

Un peu de culture - partie 2

Autant dire qu'avec une production pareille (pour seulement six plants) nous sommes totalement dépassés. Mon épouse s'évertue à préparer des soupes de courgettes, des gratins de courgettes, des courgettes farcies, bouillies, grillées... etc. Mais rien n'y fait, il est impossible de tout utiliser. Et par expérience, nous savons très bien qu'il ne sert à rien de préparer des plats pour les congeler, dans l'espoir de les ressortir en hiver. Ces légumes ont une fâcheuse tendance à se transformer en purée après décongélation. Nous subissons donc stoïquement l'attaque des courgettes mutantes.

A noter que cette année, toutes mes plantations n'ont pas été couronnées de succès: j'ai d'abord tenté de faire germer des petits pois, dont seule une fraction infime est sortie de terre pour finir par mourir. Pas par manque d'eau certainement, je soupçonne plus les limaces d'avoir tout boulotté. Idem pour les épinards: quelques-uns s'accrochent à la vie, mais je ne sais pas ce que ça va donner. Même avec de l'attention et des soins, les légumes peuvent parfois être capricieux.

Vincent Eymet

Ancien chercheur en énergétique / transfert radiatif (climatologie, astrophysique, aéronautique). Maintenant directeur de la recherche chez Méso-Star (meso-star.com)

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits