Un nouveau départ Chapitre 1: Le voyage

" Réveille toi, il est temps de partir"

La voix de ma mère, près de mon oreille me réveilla en sursaut. Perdue dans l'obscurité, je cherchai sa main. 

"Je ne comprends pas" dis-je d'une voix enrouée 

Je sentis son regard sur moi. Elle se leva, alluma la lumière et s'assit près de moi. 

"Il est temps de partir, je n'ai pas le temps pour t'expliquer"

Et dans la nuit, nous partîmes. Je regardai la maison s'effaçait à mesure que la voiture avançait. Je n'avais pas compris à ce moment-là, que ma mère venait de me sauver la vie.

   Chapitre 1: Le voyage

Arrivées sur le bateau, ma mère se calma enfin et m'assura que tout allait bien se passer. Il y avait une centaine de personnes avec nous, et je ne comprenais pas ce qui se passait. Tout le monde parlait une langue différente. Un homme s'approcha de nous et nous demanda si nous voulions manger quelque chose. Ma mère hocha la tête, et me fis signe de la suivre. 

On entra dans sa cabine et il se présenta. Il s'appelait James et venait des Etats-Unis. Il nous renseigna que le bateau appartenait à son père et que la mission n'allait pas être facile mais que nous serions tous sains et saufs. Je ne compris pas. 

"Que se passe-t-il, maman?" je demandais d'une voix innocente. 

Je n'avais que cinq ans, et j'étais confuse. Ma mère s'approcha de moi et essaya de me raconter ce qui se passait. Elle me dit que la guerre était sur le point d'empirer et que nous devions partir de notre pays. Nous n'avions rien, mais nous étions en vie sur ce bateau qui appartenait à un américain généreux. Elle me dit également que la vie aux Etats-Unis serait un nouveau départ pour toutes les deux. Je hochai la tête et demandai la permission de sortir pour voir l'océan. 

Une fois dehors, je m'assis et je contemplai l'océan qui se défilait sous le bateau. "Un nouveau départ", elle avait dit. Mais notre vie était parfait dans notre pays. Ma mère possédait une maison, elle avait un emploi et moi, j'allais à l'école. La vie ne me paraissait pas mauvaise. Des autres enfants s'approchèrent de moi et nous allions jouer. Je ne comprenais pas leur langue et je me rendis compte que j'étais la seule enfant à parler français. Je ne posai pas de questions. 

Le voyage fut long et au fil des semaines les autres enfants devinrent mes amis. Ils m'apprirent l'arable et j'essayai de leur apprendre le français. Tout le monde semblait si gentil avec moi. La fin de ce voyage marquait un nouveau départ, et ce départ n'était pas aussi joli que celui que ma mère avait anticipé. 

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits