Trump et son dernier plaidoyer pour l’ouverture des débats sur l’abolition de l’Obamacare.

En 2010, lors du vote de la Patient Protection And Affordable Care Act, aussi surnommé Obamacare, au Congrès américain, la France avait applaudi. Assimilé à notre Sécurité Sociale, les citoyens français louaient le président Obama pour son effort visant à donner aux plus démunis une couverture sociale. Qu’en est-il de la réalité ? En quoi consiste l’Obamacare et pourquoi le président Trump veut-il l’abolir ?

Qu’est-ce que l’Obamacare ?

La loi Patient Protection And Affordable Care Act consiste tout simplement à obliger tous les Américains qui payent des impôts à contracter une assurance maladie. Il ne s’agit en aucun cas d’une assurance minimale offerte par l’État américain, mais bel et bien d’une obligation d’assurance comme il en existe chez nous : assurance voiture obligatoire, assurance responsabilité civile… Cela n’a donc rien à voir avec la Sécurité Sociale.

En fait, cette dernière existe, à plus petite échelle, aux Etats-Unis depuis 1965 au travers du Social Security Act du président Johnson. Ces textes, le Medicaid et le Medicare, visent à offrir aux plus démunis, aux personnes âgées et aux handicapés, une couverture sociale minimale, leur permettant d’avoir accès aux soins médicaux de base.

La nouveauté de l’Obamacare réside dans les contrats d’assurance exigées par la loi : une couverture minimale santé (10 points à respecter) à un prix premier abordable ainsi qu’une bourse allouée par l’État aux moins riches afin de payer l’assurance.

Néanmoins, Patient Protection And Affordable Care Act est une simple obligation qui, si elle n’est pas respectée, entraîne des pénalités financières pouvant atteindre la somme de 2 085 USD, le montant minimal annuel pour une assurance santé de type Bronze (la moins chère).

>>>> Les 10 points obligatoires de l’Obamacare

Les dérives de l’Obamacare

La dérive principale était à prévoir : puisque l’assurance est obligatoire, qu’est-ce qui empêché les assureurs, une fois la première année passée de faire flamber les prix ?

Ce qui n’a pas manqué d’arriver. Dans 8 États, les primes pourraient augmenter de 30 %, voir de plus de 60 % en Arizona ! Où est donc l’assurance santé abordable dont le président Obama était si fier ?

On assiste aussi à un autre problème : les plus aisés détournent les bourses allouées pour payer les assurances, tandis que les plus démunis, qui jusqu’à l’Obamacare n’avait pas d’assurance santé et donc n’avaient aucun soins ont augmenté leur fréquentation chez le médecin. La balance financière des assurances est donc déséquilibrée et oblige certains assureurs à se retirer du programme, à réduire les soins couverts ou à augmenter leurs tarifs.

Pour certains assurés, l’Obamacare ne leur apporte rien de plus que le Medicaid.

Pourquoi Trump veut l’abroger ?

Il n’est pas question pour le président Trump de revenir sur le principe d’une assurance pour tous. Il pointe du doigt le gouffre financier qu’est devenu l’Obamacare et souhaite proposer un texte qui garantirait les acquis du Patient Protection And Affordable Care Act, tout en supprimant l’obligation au titre de la liberté de choix, les conditions de revenus pour l’obtention des aides. Pour le nouveau président américain, il est inconcevable qu’il y est des Américains qui ne puissent pas avoir de couverture santé sous prétexte de difficultés financières. Il prône un accès universel aux soins.

Dans un système qui repose essentiellement sur une couverture santé privée, il est difficilement concevable de penser à une « nationalisation » de l’Obamacare et le président Trump n’a toujours pas dévoilé d’alternative viable.

>>> «Obamacare, c'est la mort», l'ultime plaidoyer de Trump pour réformer la santé

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits