Transformation digitale : Une transformation nécessaire mais encore difficile à comprendre pour certains…

C’est suite à une récente étude menée par Ipsos pour l’observatoire social de l’entreprise du CESI que je titre cet article. En effet, ce sondage réalisé auprès des chefs d’entreprises et de leurs salariés sur la transition numérique ne livre pas des chiffres très optimistes : seulement 29% des dirigeants et 52% des collaborateurs jugent le sujet de la transformation digitale de leur entreprise comme stratégique et essentiel. Ils sont respectivement 31% et 42% à penser que c’est plutôt une opportunité de croissance à saisir. 23% des salariés s’estiment encore menacés par une baisse des effectifs liée à la digitalisation des entreprises contre seulement 16 % des patrons. Chiffre à mes yeux plus inquiétant : 47% des chefs d’entreprise pensent que le numérique est un simple phénomène de mode…

Devant ces chiffres, on est en mesure de se poser des questions quant à la compréhension de la transition numérique par le patronat français qui semblerait sous estimer son impact sur l’emploi et la formation. Pour Philippe Lemoine, président du forum d’action modernités et de la Fondation internet nouvelle génération : "La moitié des emplois actuels devraient disparaître dans les 15 ans à venir" et si les marchés financiers raisonnent juste, on pourrait s’attendre à ce que l’économie digitale absorbe 60 milliards d’euros détournés des marchés traditionnels à son profit. Philippe Lemoine note également une confusion générale de la part de beaucoup de chefs d’entreprise qui confondent souvent informatique et numérique. Cette confusion expliquerait les réponses enthousiastes de certains chefs d’entreprise estimant avoir allègrement transformé leur entreprise : "Je comprends qu’on se dise, les ordinateurs, l’informatique de gestion, c’était une révolution, mais ça y est, c’est fait" continue Philippe Lemoine. La transformation digitale, même si elle fait en effet intervenir l’informatique, se passe quant à elle totalement sur un autre plan : "Les entreprises doivent se demander si elles ont redéfini la relation avec leurs clients ou mis en place une hiérarchie plus flexible" . Autre point important soulevé par Philippe Mutricy, le directeur de l’évaluation des études et de la prospective chez BPI France : "L’innovation vient du consommateur, du citoyen" . Si jusque là l’innovation venait souvent de l’entreprises, la vapeur s’est grandement inversée et c’est maintenant aux entreprises de s’adapter rapidement aux nouveaux us et coutumes d’une société qui s’est digitalisée bien plus rapidement que bon nombre d’entre elles.

Toutes les entreprises et tous les secteurs sont clairement concernés par cette digitalisation globale de la société. Les petites structures ont d’ailleurs peut-être clairement leur épingle à tirer du jeu grâce au digital : plus agiles et réactives, elles peuvent plus rapidement franchir le cap avec des solutions à moindre coût, là où les plus grandes entreprises doivent mettre en oeuvre des moyens plus importants. A noter que les différences d’adaptation s’observent plus en fonction des secteurs d’activité que de la taille de l’entreprise. Je vous invite quant à moi et pour compléter cette lecture à consulter un article et une infographie complémentaires à cet article en suivant ce lien.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits