Statistiques sur les scores de l'Eurovision

De meilleures chansons cette année, dont celle de la France

Les résultats de l'Eurovision 2016 sont tombés dans la soirée du 14 mai 2016. L'Ukraine est vainqueur, avec 534 points, devant l'Australie et la Russie. Pour la France, le chanteur Amir, qui a été absolument excellent avec sa chanson "J'ai cherché", a obtenu la sixième place dans le classement.

Pour la première fois depuis de nombreuses années, j'ai cru enfin possible une victoire de la France. Bien que la France aie la sixième place à défaut d'être vainqueur, elle est mieux classée par rapport aux années précédentes. Je suis déçu quand même que le bel Amir ne soit pas classé premier.  ;)

Victoire de l'Ukraine

Il y a d'autres déçus. La Russie crie au scandale face à la victoire de l'Ukraine, accusant le concours d'avoir favorisé une chanson porteuse d'un message politique. Jamala, représentant l'Ukraine, interprète une chanson qui évoque dramatiquement la déportation des Tatars de Crimée par l'abominable Staline en 1944. Cette chanson politique, c'est jeter de l'huile sur le feu, et cela pourrait avoir des conséquences néfastes sur le processus de paix en Ukraine. L'Eurovision doit plutôt servir d'ouverture à la fraternité et aux échanges culturels entre les pays, et non pas à ternir ou envenimer les relations diplomatiques internationales.

Une chanson politique

L'Ukraine a été élue vainqueur à l'Eurovision malgré le caractère politique de sa chanson, alors que selon le règlement officiel du concours, il est interdit d’inclure tout mot ou tout geste de nature politique ou assimilable, et que tout manquement au règlement peut entraîner une disqualification. C'est vérifiable, c'est formellement écrit dans le règlement.

Le devoir de mémoire envers les heures les plus sombres de l'Histoire est évidemment une nécessité, il faut parler des atrocités qui se sont passées lors de l'apogée du nazisme et du stalinisme. On doit en parler assez tôt dans les cours d'Histoire, par exemple. Mais le Concours Eurovision pour la Chanson n'est pas le contexte le plus adapté pour évoquer ou provoquer des tensions politiques entre des pays, et normalement le règlement de l'Eurovision l'interdit.

  • La nature politique de la chanson fait controverse. Mais mis à part son aspect politique, et pour aller au-delà des critiques, la chanson est originale et de qualité, et c'était surtout sans doute la seule à raconter une histoire vraie.

Diagramme des scores selon les votes du jury et les votes du public

Statistiques sur les scores de l'Eurovision

On constate de fortes asymétries entre les votes du jury et celui du public : la Russie et la Pologne ont été sensiblement défavorisées par le jury par rapport au vote du public, ce qui a favorablement avantagé l'Ukraine. La défaveur du jury contre la Pologne et la Russie est difficile à comprendre, les deux chanteurs étaient vraiment à la hauteur et avaient les faveurs du public. On voit notamment que le jury a surnoté les pays latins (France, Italie, Espagne), mais a sous-noté les pays slaves (Russie, Pologne, Serbie).

Sans le vote du jury, et en ne tenant compte que du vote du public, voici le classement qu'on aurait obtenu :

  1. Russie
  2. Ukraine
  3. Pologne
  4. Australie
  5. Bulgarie
  6. Suède

Ne croyez pas que je sois pro-russe. Je reste neutre et résigné sur les résultats définitifs de l'Eurovision, mais je comprends les détracteurs.

Les goûts de chaque personne sont subjectifs et souvent différents selon les goûts de chacun. On vote pour de belles chansons, pas pour des pays, c'est la qu'est la nuance, un vote ne doit pas être orienté selon la nationalité ou les origines des candidats. Et cette année, je déplore que les chansons ne soient pas chantées selon la langue du pays, presque tous les candidats chantaient en anglais... Cependant, l'Autriche avait une chanson en français, que j'ai beaucoup appréciée.

Voici mes propres choix personnels :

  1. France (c'était super, au top)
  2. Autriche (chanson francophone féerique interprétée par une très jolie chanteuse)
  3. Italie (la chanteuse est une talentueuse auteur/compositrice/interprète)
  4. Australie (superbe puissance vocale de la chanteuse)

Vos propres choix sont probablement différents.

Comprendre grâce aux statistiques

On peut établir un autre constat en étudiant les scores finaux obtenus par chacun des 26 pays en compétition.

Comment savoir si des scores sont naturels ou normaux ? Comment savoir si c'est truqué ? Avec la notion de densité de probabilité, de distribution normale, de hasard et de dispersion statistique, on peut avoir une piste.

En comparant des scores observés avec ceux produits par le hasard, on peut voir s'il existe des différences significatives.

Voici ce que je constate :

  • Selon la distribution normale de Gauss (celle qu'on obtient quand les votes par 42 pays pour distribuer des points parmi 26 pays sont aléatoires), le score moyen d'un pays quelconque participant au concours est de µ ± σ = 129,3 ± 26,5.
  • L'écart-type σ est de 26,5. Cela signifie qu'entre 129,3 - 26,5 et 129,3 + 26,5, il y a 68,2% de la totalité des scores aléatoires dans l'intervalle.
  • La probabilité d'avoir moins de 12 points (cas de l'Allemagne avec 11 points) est d'environ une chance sur 500 000. Probabilité faible mais cela s'est pourtant produit. La chanson de l'Allemagne n'a pas plu, apparemment.
  • Avec une p-value de 0,05, on constate qu'il y a 95% de probabilité pour qu'un score soit compris entre 77 et 181 points. Or les 9 premiers pays vainqueurs sont au-dessus du seuil de 181 points, ils se démarquent significativement de la normale. Tandis que les 5 derniers pays perdants sont en-dessous du seuil de 77 points, leur score se démarque significativement aussi de la normale.
  • La probabilité d'avoir au hasard un score de 534 points est d'environ 1 chance sur 3 * 10 puissance -53... On voit qu'à ce niveau, il ne s'agit plus du tout de hasard, et qu'il existe un déterminisme certain. Déterminisme motivé selon les goûts réels des votants, ou selon des choix géopolitiques. Si ce déterminisme est avéré, il reste plutôt difficile de savoir s'il est motivé par la qualité esthétique des chansons ou par des critères purement politiques, ou un mélange des deux.
  • En examinant les scores délivrés par le jury par rapport aux scores donnés par le télévote du public, on peut trouver un indice de différence significative : lorsque qu'un score par jury est plus de 1,4 fois supérieur (ou moindre), et surtout jusqu'à 3 fois supérieur (ou moindre) par rapport au score du télévote (ce qui est observé particulièrement pour la Pologne et la Russie), pour un pays donné, c'est une différence significative montrant un choix délibéré de la part du jury venant contredire délibérément le télévote du public.


Les Russes sont-ils mauvais perdants ? Pas si sûr, eu égard au règlement du Concours et aux statistiques...

  • Pourquoi l'Eurovision ne devrait-elle pas fonctionner librement de façon plus démocratique, en retenant seulement le vote par le public comme moyen ?
  • Pourquoi une chanson au caractère politique explicite n'a t-elle pas été considéré comme telle, donc contraire au règlement ?

Beaucoup d'entre nous ne savent pas par exemple que l'Arménie risque d'être sanctionnée à cause de l'exhibition d'un drapeau controversé. Le règlement risque de sanctionner l'Arménie. Mais pas l'Ukraine. Pourquoi ? En effet, la chanson de l'Ukraine commence par ces mots accusateurs, en désignant les Russes : "Quand les étrangers viennent, Ils viennent jusqu'à votre maison, Ils vous tuent tous Et disent Qu'ils ne sont pas coupables.", n'est-ce pas là un message politique ?


Un petit sondage sur Twitter :

Statistiques sur les scores de l'Eurovision


Le cas des vidéos de YouTube

Les goûts de chacun sont subjectifs. Peut-on mesurer les goûts esthétiques et artistiques personnels d'une population ?

Sur les vidéos officielles de la finale de l'Eurovision sur YouTube, on peut voir combien de gens ont aimé et ont détesté, selon leurs clics. On peut calculer la proportion de ceux qui n'aiment pas.

  • Sur la vidéo de Francesca, candidate de l'Italie, on remarque que 6% n'ont pas aimé.
  • Sur la vidéo de Amir, candidat de la France : 4% n'ont pas aimé.
  • Sur la vidéo de Sergueï Lazarev, 17% n'ont pas aimé, il y a ici proportionnellement plus de mécontents.
  • Sur la vidéo de Michal Szpak, candidat de la Pologne, 8% n'ont pas aimé.
  • Sur la vidéo de Jamala, candidate de l'Ukraine : 39% n'ont pas aimé, les mécontents sont anormalement nombreux.
  • Sur la vidéo de Poli Genova, candidate de la bulgarie : 3% n'ont pas aimé.
  • Sur la vidéo de Zoë, candidate de l'Autriche : 10% n'ont pas aimé.
  • Sur la vidéo de Jamie-Lee, candidate de l'Allemagne, et classée dernière à l'Eurovision : seulement 10% n'ont pas aimé.


Il existe une proportion naturelle de "haters"

Ce que je cherche à montrer, et en s'éloignant du contexte de l'Eurovision, c'est qu'il existe toujours une proportion généralement stable de personnes qui n'aiment pas une œuvre d'art, tandis que ceux qui aiment sont majoritaires. La proportion des mal-aimants, c'est à peu près similaire à la proportion de gauchers dans la population. Existe t-il une inversion biologique des goûts musicaux ? Question intéressante.

Il y a environ 6% de "haters" (des haineux) dans chaque vidéo YouTube votée par des clics. Face à une vidéo que beaucoup aiment, eux ils n'aiment pas, ce sont en quelque sorte des clones du Schtroumpf grognon. Vous aimez tous une chanson ? Les "haters" la détestent.

Il est intéressant de voir que l'on peut distinguer des votes négatifs volontaires des votes "naturels", grâce à la loi binomiale : dans une population dans laquelle on trouve habituellement 6% de haters, il est possible de déterminer pour quelles valeurs au-delà desquelles les taux sont significatifs (c'est-à-dire une proportion à laquelle les votes-sanctions sont clairement déterministes).

Sur une population de 1000 individus, la probabilité P pour qu'il y ait x "haters" (sur 1000 humains) est :

Statistiques sur les scores de l'Eurovision

Ainsi, on a en moyenne : x = 60 ± 7,51 personnes (sur les 1000) qui sont des "haters".

Il y a 95% de probabilité pour qu'il y ait entre 46 et 74 haters (sur 1000 personnes), ce qui implique que s'il y a moins de 46 ou plus de 74 haters (pour 1000), ce sont des valeurs significatives montrant qu'il existe un autre paramètre déterministe qui se distingue du comportement des haters naturels.

Philosophiquement, la perception de ce qui est beau est fondamentalement subjective, par nature. La vraie beauté ou la vraie laideur pourrait être définie statistiquement comme "objective", si elle peut être mesurée, selon des bornes au-delà desquelles la proportion d'admirateurs et de détracteurs devient significative.



Philip Tchelovek

Blogueur scientifique. Présent sur Skõp depuis le 19/03/2016. Articles sous copyright, mais vous pouvez partager les URL librement.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits