Sonnet pour Martine #1

Poème composé par Philip Tchelovek le 10 octobre 2003.


Sache que je n'ai pas quitté

La femme aux yeux verts éternels...

L'impôt dont je dois m'acquitter

Ne vaut les pleurs de mes prunelles.



La nuit des âmes déplorées

Ne vaut pas nos jours de satin.

Ton âme que j'aie explorée

A pleuré du soir au matin.



Jadis dans la passion des corps,

Nous serons vivants, même morts,

Et nous nous aimerons encore...



Je suis près de toi quand tu dors.

La boussole a perdu le Nord,

Mais nous rendrons nos cœurs plus forts.



© 2003-2017 Philip Tchelovek

Philip Tchelovek

Blogueur scientifique. Présent sur Skõp depuis le 19/03/2016. Articles sous copyright, mais vous pouvez partager les URL librement.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits