Qui suis-je ?

Pourquoi ai-je eu cette réaction là ?

Et si mon père avait été russe, bouddhiste, blond, fortuné ou très intelligent ? Aurais-je réagi de la même façon ? 

Et si je m'étais cassé la jambe gauche à 18 ans, si j'avais pu parler de mon premier flirt avait été une première ligne de rugby avec mon père, si je n'avais pas pris un abonnement pour la 5ème ? Aurais-je anticipé ce qui allait se passer ?

Et si j'avais été soldat, écrivain, branleur professionnel ou simplement fonctionnaire ? Aurais-je eu le même catalogue de sentiments que mon père ?

Et si je n'avais pas pris tant de poids depuis que j'ai arrêté le sport, si j'avais pu me gratter les genoux sans me pencher comme Chabal (vous comprenez pourquoi j'écris sous pseudo ?) et si j'avais dégouté Brad Pitt par ma bogossitude, un peu comme mon père ? Aurais-je eu les mêmes interactions avec les autres ?

Clairement, le débat que je m'inflige entre héritage génétique, apprentissage de la vie ou traits de caractère est loin d'être achevé. Une chose est sure, si j'avais connu mon père j'aurais davantage d'éléments de réponse.

Maintenant que mes enfants font mon bonheur... presque à chaque instant, mon référentiel s'enrichie. Que j'aurais aimé regretté les mauvais mots que je lui aurais dit. Que j'aurais adoré les moments de complicité absolue et sans réserves. Qu'il m'aurait gavé avec ses grands monologues sur le bel adulte que je devais préparer dès maintenant.

Bah, je demanderai à mes enfants quand ils seront plus grands, quel père j'aurais été pour eux et à quel niveau ils estiment ma contribution aux personnes qu'ils seront devenues. Et surtout je regarderais avec attention comment ils réagiront quand ils ouvriront leur premier avis d'imposition !!!

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits