Que faire quand je me suis fait hacker ?

La question fatidique : suite à un piratage informatique (de type phishing, ransomware), que peut-on faire ?

Prenons l’exemple d’un phishing, qui se matérialise par un mail où un lien apparaît. Vous cliquez dessus et vous retrouvez sur le site de votre banque, vous indiquant que votre mot de passe est à mettre à jour. Attention, les hackers parviennent à reproduire des sites internet (en général non sécurisés donc en http et non https). Les pirates changent en général le domaine internet de premier niveau (.net au lieu de .com par exemple) et reproduisent le site tel quel.

Grâce à votre changement de mot de passe, le pirate parvient à récupérer votre numéro de carte bancaire…

Le ransomware, est lui un logiciel de rançon poussant l’individu à verser une somme importante au hacker, sans quoi tous ses fichiers sont supprimés, ses données personnelles fuitées…

Les actions possibles ? Elles existent ! Rien n’est perdu, si l’on contacte les bons interlocuteurs. Car un piratage est avant tout une conséquence de la curiosité humaine, et d’une mauvaise sensibilisation en sécurité informatique.

- Sur internet :

  • Les réseaux sociaux : il est conseillé de changer tous ses mots de passe et de mettre les paramètres de confidentialité les plus élevés (ne pas permettre à n’importe qui de voir son profil, etc.),
  • Bloquer sa carte bancaire, en cas de constat d’une utilisation frauduleuse ou d’achats en ligne non sollicités.

- Sur le plan technique :

  • Couper Internet le temps de trouver une solution, pour éviter que la machine soit accessible à distance,
  • Nettoyer son ordinateur avec une solution de sécurité et réinitialiser le système pour éviter l’installation d’un logiciel malveillant,
  • Connecter un disque dur externe/clé USB et y copier les données importantes conservées dans son ordinateur.

- Les personnes à contacter :

  • La police, pour déposer une plainte au commissariat, ou la brigade numérique de la gendarmerie pour une assistance en ligne,
  • Cybermalveillance.gouv.fr, le dispositif d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance,
  • La CNIL, chez qui on peut déposer une plainte en cas d’utilisation illégale de ses données numériques,
  • La banque : en cas d’utilisation frauduleuse de sa carte bancaire, la banque peut bloquer les flux de monnaie en cours et rembourser les montants volés (selon les termes de son contrat),
  • NoMoreRansom, une initiative de la société de cybersécurité McAfee, d’Europol, et du National High Tech Crime Unit de la police néerlandaise, dont le but est d’aider les victimes des ransomwares à retrouver leurs données chiffrées sans avoir à payer les criminels.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits