Quand je serai au paradis

Quand je serai au Paradis,

Près des violons, c'est ma bohème.

Dans mes poches, plus un radis,

Seulement mes jolis poèmes.


J'écouterai Bach et Mozart,

Vivaldi, Haendel et Verdi

En train de moduler des airs.

Mais ces Anges seront bafoués ;


J'exercerai aussi mon art :

Mes psaumes et mes mélodies

Qui chanteront comment sur Terre,

De mon vivant, l'amour m'a tué.


Ils sauront comment je suis mort

A cause d'un amour trop fort.

Ils verront que, dans mon désastre,

J'étais fait pour toucher les astres.



© 1999-2017 Philip Tchelovek

Philip Tchelovek

Blogueur scientifique. Présent sur Skõp depuis le 19/03/2016. Articles sous copyright, mais vous pouvez partager les URL librement.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits