Pur-Sang – Franck Bouysse

« Pur-Sang » – Franck Bouysse

Écorce Éditions – Territori

Je sais, j’en ai parlé déjà de ce mec.

J’ai lu « Grossir le ciel », comme tout le monde. Quand je dis tout le monde, c’est un peu exagéré. Si tout le monde lisait des vrais livres et pas des trucs à la mords-moi le nœud (ou du moins ce qu’il en reste comme disait Dutronc), ce serait bien. On aurait des vrais livres dans les librairies, et pas des crottes de chiens à peine écrites, et pourtant encensées par les critiques de la Culture (pas celle du poireau, celle de Paris, avec le ministère ad-hoc)…

Tu vois le truc ?

Mais bon. On va pas refaire le monde, ou alors un seul type à la fois…

Donc, j’ai décidé de relire « Pur sang ». Deux raisons. Il se lit vite, et ça, c’est bien. C’est bien parce que ça laisse la place à autre chose, et surtout, surtout, j’avais peur d’avoir raté des trucs la première fois.

Soyons clair. Je relis rarement un bouquin.

Alors bon, on va pas se mentir…

Juste le temps de m’imaginer dans les forêts du Montana, puis face aux loups, puis face aux hommes, puis face aux arbres. Le temps d’imaginer que ces secrets de famille auraient pu être les miens.

Et puis, il y a ces amérindiens. Moi, les amérindiens, ils m’ont toujours fasciné.

Pas toi ?

Tu sais, ces gens dont on a l’impression, ou la certitude, que leur communion avec la nature était réelle. Les passages en italiques sont justes. Ils sont vrais. Pas de surenchère dans l’écriture du voyage.

Élias, tu le suis. Tu prends l’avion avec lui, et tu chasses avec lui. Tu chasses les gens, les secrets, les loups, mais je te dis pas.

Et puis j’aime bien Gray. Attention confonds pas. Pas celui du bouquin que t’as pas lu (j’espère), un autre.

Un qui roule ses clopes.

Comme moi.

C’est sans doute pour ça que je l’aime bien.

Lui, il comprend Élias. Il le comprend vraiment. Alors ça fait un peu envie d’avoir un pote qui te comprenne comme lui. En plus, Gray, il conduit un Lada Niva. C’est ma bagnole préférée. Mais je te raconte pas.

Et puis y a Suzanne. Mais là non plus, je te raconte pas.

Ce qui fait suer, avec Franck, c’est que quand tu viens de finir un de ses bouquins et que tu relis ce que toi, tu écris, t’es super mal à l’aise.

Il fait partie de ceux qui sans rien te laisser espérer, t’emmènent au bout de leur histoire. Rien espérer parce que c’est pas la peine…

« … et il fut persuadé que cette vision le hanterait toute sa vie. Que plus jamais il ne prendrait le temps à la légère, ni aucun sourire de femme. »

J’ai fini pour cette année avec Franck Bouysse.

Pour cette année.

« Pur sang », il est sorti chez Écorce. Mais il est épuisé.

Alors comme M’sieur Pierre Fourniaud c’est pas un dingue, j’imagine que ça va être réimprimé à La Manufacture.

Va l’acheter.

C’est une bonne maison.

Il y a des gens bien dedans…

La prochaine fois, c’est du très lourd encore. Je te préviens.

www.leslivresdelie.com


Nicolas Elie

J'écris, je lis, puis j'écris...

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits