Protocole de la conférence de Wannsee

Le protocole de la conférence de Wannsee qui a eu lieu le vingt janvier 1942 à Berlin avait pour sujet la solution finale de la question juive. Le but était d’exclure toute la population juive de la société allemande. Nous allons montrer pourquoi ce protocole constitue une étape décisive dans la politique d’extermination des juifs d’Europe sous domination nazie.

Le protocole de la conférence de Wannsee fait parti des secrets du Reich dans lequel seront déterminées les différentes méthodes utilisées pour le massacre de masse des juifs d’Europe (11 millions de juifs). Il n’est ici que question d’organisation et d’aspect pratique sur le déroulement des opérations.

Dans un premier temps nous allons mettre en évidence les acteurs de cette politique. Le vingt janvier 1942, quinze hauts fonctionnaires faisant parti du nazi se rendent à Berlin afin de parler de la solution finale qui consiste à exterminer la population juive. Reinhard Heydrich, commandant de la police de sureté et du SD (Sicherheitsdienst qui signifie service de sécurité), a dirigé cette conférence avec le soutien d’Adolf Hitler. « Le Maréchal [Göring] l’avait chargé de préparer la solution finale du problème juif en Europe. » Hitler vivait dans un milieu où l’antisémitisme était très présent lorsqu’il était jeune. A cette période il sera au contact de journaux racistes contre les juifs qui sera le point de départ de sa haine contre cette population. Il souhaitait une race supérieure (race aryenne). Dans son livre « Mein Kampf » (mon combat), Adolf Hitler compare régulièrement les juifs à des parasites qu’il faudrait éliminer. Il est important dans cette conférence que toutes les administrations centrales aient la même ligne de conduite dans ce projet. Parmi les représentants on retrouve plusieurs secrétaires d’Etat tels que le Docteur Stuckart qui est également ministre de l’intérieur du Reich ou encore le Docteur Freisler qui est aussi ministre de la justice du Reich, des directeurs ministériels. Nous retrouvons également des sous-secrétaires d’Etat comme par exemple Luther qui était ministère des affaires étrangères.

Dans un second temps nous allons voir pour quelles raisons il y avait de la part des allemands présents une volonté d’en dissimuler les réels objectifs. Le but était d’épurer l’espace vital des allemands en éliminant les juifs légalement. En fait les allemands dans leur projet dont le nom de code était la solution finale, souhaitaient déplacer les juifs vers l’Est et les faire travailler pour construire des routes. De cette façon ils savaient très bien que bon nombre de prisonniers juifs mourraient lors de ses travaux d’épuisement, de blessures, de maladies, etc… On ressent ici la volonté d’en dissimuler les objectifs principaux. En effet cette conférence poursuit un double objectif. D’un coté il s’agit de mettre en place les aspects pratiques de la solution finale et d’un autre coté ils doivent s’assurer le soutien et surtout la discrétion de toute l’administration allemande sur ce crime immense de l’humanité dont la SS va se rendre coupable. Tout est fait pour donner l’impression que les dirigeants allemands font participer les juifs à la fie quotidienne, en fait ils construisent des routes et font des travaux pénibles qui les emmèneront vers la mort. Les allemands les classent selon leurs sexes, leur âges mais tous vivront des situations terribles, enfants compris. Les juifs ne représentaient pourtant aucune menace militaire ou politique réel, elle n’était présente que dans l’imagination des bourreaux. Ce fut l’organisation d’une des plus grands génocide de la seconde guerre mondiale.

A la lecture du protocole de la conférence de Wannsee, nous pouvons nous poser de très nombreuses questions quant aux différentes intentions des grandes instances allemandes. Combien d’autres projets de ce type existe-t-il quand on sait que les nazis détruisaient systématiquement les documents de ce genre et que rares sont les exemplaires comme celui-ci retrouvé des interrogations resteront en suspens ?

Marjorie Bridel

Je m'appelle Marjorie et je suis âgée de 22 ans. J'ai commencé la lecture et l'écriture très jeune. Mon premier roman a été publié en 2012. Depuis novembre 2019, je suis correspondante de presse locale pour le Dauphiné Libéré.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits