Plus gros que l’argentinosaurus

Plus gros que l’argentinosaurus

 

 

Une bouche grande comme un gouffre, le Krill est son poisson d’argile, des tonnes d’aliments pour que la baleine bleue remue sa queue de joie. Force est de dire que cet animal est phénoménal et pourtant si fragile, sans remuer sa caudale, il brave l’océan indien et part à la dérive pour ne pas tomber dans les mailles d’une folle.

 

Deux petites nageoires à son flanc, cela sert sans doute de plongeoir à ses amis d’un jour. Son éveil matinal laisse le loir au chaud quand le cétacé quitte le sommet, la surface de l’eau rien n’apparaît, aucune des fines raies qui strient son corps, son outremer claire. Baleine tu aimes la pluie, et tu te noies dans tes incertitudes ne cherchant pas à lutter pour vivre ou survivre, quant tu souris des tonnes de bulles sortent de ta gueule histoire de dire tais-toi aux nains qui te pêchent pour rien, même pas par jeu.

 

Baleine dans l’espace tu es un géant, gentille.

 

Où vas-tu porter la bonne nouvelle ? Que dieu est une reine de la nuit et que les étoiles scintillent quand tu t’enfonces sans un bruit dans le fin fond sombre du nid de la mer à la recherche de qui ? De quoi ? Du temps…

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits