ON DÉVOILE L’HORIZON D’UNE PASSION OCÉANE

https://www.voilehorizons.com/

L’accueil navigue entre histoires passées et celles présentes...Douarnenez. Position Longitude 4.328619 et Latitude 48. 093228.

France. Ou plus exactement le port de Tréboul, un lieu exquis, une marina

ou « Rutabaga » a pris ses plis, posé ses voiles et pris ses quartiers.

Douarnenez. La base de cette histoire, celle de devoir transmettre une

passion sans faille, celle de la voile et de son Horizon, le grand Large. Le

Nautisme. Naissance de ce projet à Brest, construction du « Bongo », la

mise à l’eau du « Rutabaga ». À l’image de son port d’attache, le petit et

joli port de Tréboul, il recèle de bien belles légendes.

L’accueil de « Voile Horizon » opère comme le cinéma. Corinne et

Nicolas Audigane, tels de fins limiers, sont allés chercher cette cabane

blanche, ancienne maison de douanier. Elle a aussi accueilli, si mes

souvenirs sont bons le gardien du port (parfois la mémoire flanche). Ainsi

la cabane blanche ci-dessus enseigne que le lieu est chargé d’histoire,

que la magie opère tel un réalisateur de cinéma : pour construire une

entreprise on se projette sur grand écran, mais il ne faut pas se raconter

des histoires, le diplôme passé, il faut se sentir cavalier et cravacher

rudement avant de délocker son premier salaire, sinon eh bien, dirais-je

en bon breton, on vivote sur la trésorerie.

Le « Bongo », voilier construit par le couple

Audigane, souffle un vent de demoiselle.Douarnenez est un port qui existe depuis fort longtemps, tout au fond

d’une baie, il abrite au mieux les bateaux, ceux de pêche, ceux du port-

musée du Ruh (rouge en langue Bretonne, couleur de l’eau en raison de

plus de 500 sardiniers qui ont donné ce nom et sa couleur à l’eau du fond

de ce port, écluse au début des années 1900.)

Bien ancrée dans la Bretagne, la cité de Douarnenez est riche en

patrimoine et ressources. Cependant, loin de faire le tour de la question,

éludons ce sujet, et partons sur l’îlot voisin, la petite et si suprenante île

Tristan qui est aussi une porte d’accès et de sortie deTréboul. L’île Tristan

est un petit écosystème. Un fort Vauban, un jardin tropical et une

multitudes de secrets y sont à découvrir.

Ils se dévoilent à ces deux marins au fur et à mesure qu’ils deviennent

des « Penn Sardine », surnom en hommage aux barques et à la pêche de

ce poisson exquis qui vivait, frayait et nourrissait la ville de Douarnenez.

Gens et gentilhommes, tous aiment ce poisson presque disparu de ce lieu,

migré vers d’autres estuaires, surpêche que sais-je ? Il reste une ou deux

conserveries sur le port de pêche. Des histoires, petites ou grandes

légendes, Ys (hisse et ho). Pour ceux qui aiment les traditions maritimes,

le grand prix Guyader offre la possibilité de voir le contraste des

générations de bateaux, fous volants et « Dragons ». Aussi on ressent le

passé, la passerelle du temps dans cette baie qui embaume les amoureux

de la nature, celle du jardin tropical : On est tout étonné de ce petit coin

exotique de l’ile Tristan, tout comme les habitants du moyen-âge devaient

l’être, de voir disparaître les pierres de taille car ces brigades de brigands

qui volaient pas sur l’eau profitant du passage du gué ses forbans volaient

les richesses de la ville, ses pierres de tailles, pour construire leurs

bâtisses.

Cette photo

par Auteur

inconnu est

soumise à la

licence CC BY-

SA

« Deux Dragons en fête »La baie nourricière fut un port fécond en sardines. De nos jours,

naissance du port « Ruh ». Musée à flot. La vie des pêcheurs du coin y

est expliquée en long, en large et en travers, puisqu’un musée terrestre,

une exposition permanente est dédiée à cette ribambelle de poissons, les

« Penn Sardines » vivant sur le secteur, dans la baie.

Un « Bongo », kesako ? L’architecte de cette aventure humaine. Plan

de M. Pierre Rolland. Un « Bongo » et ses neufs mètres soixante, idéal

pour naviguer sportif et en toute sécurité, estampillé « N.U.C »,

Navire d’Utilité Commerciale, un label, une norme française de sécurité,

vu l’expérience acquise au fil de l’eau et de son écoute. Ainsi le travail

minutieux, des années durant, de la famile Audigane : Nicolas et Corinne,

en l’espace de quinze ans, ont construit une base privée nautique, et cela

ne surprendra personne quand on sait la détermination et l’amour de l’eau

et de l’océan. « Pas de panique, c’est magique » serait un bon slogan

commercial, mais revenons à la navigation et au peuple « Océane » qui

borde la baie de Douarnenez, et aux volatiles très peu dociles qui volent

sur les falaises hautes et idéales pour nicher.

Réserve du Cap Sizun, Goulien. Rare événement, pas d’oiseaux visibles sur cette

image (source site Tourisme en France)Le Finistère est accueillant quand il le veut bien. La mer chante et

enchante à bâbord ou à tribord, dans le sens contraire du sens

conventionnel des règles de la navigation. Bâbord de la baie de

Douarnenez, le raz de Sein gronde parfois, mais reste souvent paisible,

entendons-le. Cependant, son courant est si fort qu’il vaut mieux un bon

calcul des marées pour franchir cette passe et ne pas faire fortune. Un

naufragé de fortune de mer coûte cher en vie, ne l’oublions pas.

La baie des Trépassés nous le rappelle sans cesse.

La Vieille et la Plate montrent le danger. Combien de loups de mer ont

eu peur d’y laisser leurs cheveux, tant les courants forts bien mariés au

vent nous poussent sur la roche ? Ou une vague scélérate qui navigue sur

ce champ bleu champagne. Un bleu de Paul Klein, ou plutôt outremer,

voire grise, grimace en colère. Le raz de Sein c’est aussi un pays sage.

Un paysage grandiose. Le rocher du phare de Tévenec fut habité par des

gardiens vivant une aventure aussi sauvage que les lieux alentours qui

laissent parfois entrevoir, aux plaisanciers pantois, la joie d’apercevoir des

espèces de dauphins peu communs tels que le grand dauphin de l’île de

Sein. Tévenec marque son entrée quand votre bateau file vers l’archipel

des Glénans, et quand sous voile il passe le phare de Penmarc’h, source

de nouveaux dangers avec son plateau de roches égarées. Or, bien

accompagné par des personnes diplômées, les pièges des béotiens en

navigation se referment et deviennent plaisir, contemplation de la grande

Eau. Au sextant, fini le GPS, peut-être apprendrez-vous que la Grande

Ourse vous guide vers le cap de Lorient, mais je peux me tromper. Corinne

et Nicolas possèdent cette passion océane et « Voile Horizon « est présent

sur la Bretagne Sud et Nord afin de vous montrer les trésors de l’Océan

Atlantique nord. Cette base sous l’île de Sein, aussi petite et fragile, doit

receler de bien tristes secrets.

L’Île de Sein en arrière-plan, brume de chaleur.Reste tribord. Cap sur la Chèvre qui devient un tapis roulant vers la

ville portuaire de Brest, et ses manifestations nautiques. Les vieux

gréements ne grimacent pas sous les assauts stridents de la mer sur leur

bois. Une ville de rassemblement aussi général que magistral qui depuis

1992, est source de jouvence et rappel international de l’Esprit de corps

et de coeur, une grande fiesta maritime qui nourrit la ville de Brest et ses

habitants, naviguants ou non. Un instant la ville du Ponant et les « Ty-

Zef » sont le coeur de la navigation à voile. La voile traditionnelle.


Douarnenez. Position Longitude 4.328619 et Latitude 48. 093228.

France.

Le premier voilier de Corinne et Nicolas Audigane a mis une quille sur

le bitum du parking des anges, on a le droit de plaisanter en voile

plaisance, je le pense, mais trêve de digressions je n’aborderai pas la

vieille légende du « Hollandais volant », ce voilier qui sombra et éclaireencore nos visages de la peur du naufrage. Pas de Hollandais volant dans

le signe astral de « Rutabaga » espérons-le. Sa mise à l’eau en 2003 se

déroula sans accroc, je me souviens encore de cette échelle sur le port

de Tréboul pour aller à leur rencontre, boire un café et plaisanter quelques

heures avant les examens de la marine marchande, « le patron plaisance

voile », qui se transforma l’année suivante en « Capitaine 200 ».

Le « Bongo » quitte Douarnenez. L'île Tristan à tribord.« Diego «, le second Bongo, et une chaloupe se croisent, jamais ne se toisent...

Question no. 1 : D’où provient ce désir de se construire une base

nautique ? Était-ce voulu oo une suite de circonstances ?

Voile Horizon : Rien de prévu. Le bateau est né en 2003 au début de

la construction en 2000. Au fur et à mesure que nous construisions notre

rêve, le budget nous a fait revisiter nos envies et l’idée de construire une

entreprise nautique. (Sourire de Nicolas) Je n’avais pas encore le

Capitaine 200).

Voile Horizon ce sont d’abord des tréteaux sur le quai devant ce bateau

« Rutabaga » Or la persévérance paie car une ancienne maison de

douaniers, ancienne Capitainerie, se trouve là, sur le port de Tréboul.

Cadastre, discussion en compagnie des anciens, à la recherche du

propriétaire. Devenus un laps de temps enquêteurs, nous avons trouvé un

point d’accueil. La saison étant courte on navigue sur des engins hors

voile, caragognes (roof plus moteur de 6 chevaux), paddle kayak.

Aujourd’hui notre base c’est trois voiliers, deux « Bongo » et un

« Malongo ». Pendant la courte saison nous embauchons dessaisonniers, et nous constituons une flotte. Tout en restant à échelle

humaine.

Question no. 2 : Aujourd’hui quel serait votre conseil, acquis par

l’evolution de votre base nautique « Voile Horizon » à tous ceux qui

veulent devenir professionnels ? La route à suivre est :

Voile Horizon : Notre évolution est devenue multi-supports. Il faut être

muni de multi-compétences et s’armer de patience avant de vivre de sa

passion, la mer. Le vrai mot est persévérance et investissement total,

inutile de compter ses heures. En construisant notre voilier nous avons

acquis des compétences externes : accastillage, par exemple en mer

reposer un taquet qui saute, un exemple comme tant d’autres... Le coach

FFV est un label qui nourrit l’esprit de l’apprentissage, l’enseignement se

fait aussi bien sur l’eau qu’en mode préparation de son engin de

navigation. Techniques, vidange, carène à peindre, enfin, tous les aspects

de la mise à l’eau. Des conseils de sécurité autres que le capitaine 200,

davantage basé sur une autre sécurité, la lecture et préparation du

routage du bateau, les cartes marines, la météorologie afin de lire les

informations sur la zone de navigation, le calcul des marées, la liste n’est

pas exhaustive... plaisante-t-on !

Question no. 3 : La répartition des tâches se fait-elle par elle-même ?

Est-ce cela le fruit du mariage civil et maritime ? Vos différentes

compétences se trouvent où selon vous ?

Voile Horizon : Nous avons une complémentarité certaine. Moi, je suis

plutôt dans la gestion technique, Corinne dans la gestion administrative.

Cependant, on peut inverser, puisque les compétences sont acquises...

par l’un et par l’autre

Merci pour ce temps et ces réponses ! En espérant que vous

continuerez à vous nourrir de votre passion, l’âme et l’esprit du grand

large, sans oublier le côtier...1« Rutabaga » navigue sous voile, équipiers sous le vent.


jean-françois joubert

Bio, biblio... Qui es-tu jean-François Joubert ? Ah, si je le savais ? Né à Brest en 1969, une année exotique, mon sang est d’un aber, un bras de rivière qui rencontre la mer d’Iroise, un p’tit zef qui aime les îles comme Ouessant, le bateau, les sports nautiques, écrire vient naturellement, comme une évidence, en lisant et y trouvant ce que je cherchais, ouverture d’esprit et fantaisie ! Mr joubert jean-françois 1 rue Lucie Aubrac 29870 plougastel-daoulas contact : un numéro de téléphone. 0630718661 2020 Stories by fyctia Cet été-là, il pleuvait des robots 2020 stories by fyctia Désirs d'îles 2020 stories by fyctia Le naufrage de rose 2016 le petit marchand de sourires aux éditions secrètes 2016 Le carnaval des Cieux aux éditions du pont de l'Europe 2015 Le mage du Rumorvan aux éditions secrètes

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits