Nuit Debout : jusqu'au 100 mars


Le mouvement de la place de République a tenu. La nuit du mercredi 8 juin au jeudi 9, était dans son calendrier celle du 100 mars. Symbole...

Tout avait commencé par un mouvement spontané . : « Le 31 mars, après la manifestation, on ne rentre pas chez nous, on occupe une place ! » C'était déjà une manifestation contre la loi Travail... Le communiqué historique disait :

« Au programme : animation, restauration, concerts, partage d’informations, Assemblée Citoyenne Permanente et plein de surprises. Le 31 mars on se pose, on discute et on décide ensemble des actions à mener pour faire de la Nuit Debout le début d’un mouvement citoyen. Nous porterons nos espoirs avec fierté et fermeté. Des solutions existent, nous avons des sources d’inspiration, des idées, des expériences, des savoirs et des savoir-faire, de l’énergie, de la bienveillance et de la joie. Ce tournant est à notre portée ! »

Cent jours plus tard, le mouvement s'est figé place de la République. Nuit Debout, c'était 1.000 à 2.000 personnes assises en assemblée générale. Ils sont quelques centaines au mieux et priés de rentrer chez eux après 22 heures en semaine. La révolution n'a pas eu eu lieu. Même François Ruffin, auteur du film « Merci Patron » confesse à Libération : 

« De mon côté, je n’en ai jamais attendu trop. »

Le Monde retrouve Rémy Buisine, qui anime une chaîne Nuit Debout sur Périscope et propose une analyse plus juste :

« La place n’est plus le seul lieu de convergence des luttes. Les militants sont partagés entre les manifestations et les actions coup de poing, constate-t- il. Nuit debout a aujourd’hui d’autres visages mais elle est toujours bien vivante. »


La journée du 100 mars

Le mercredi 8 juin au matin, des militants sont allés réveiller Myriam El Khomri, ministre du Travail, chez elle. Le soir, d'autres étaient au meeting de soutien à la loi organisé par le PS aux Salons de l'Aveyron, rue de l'Aubrac, dans le 12e arrondissement... Des opérations en petit groupe.

Deux autres rendez-vous ? Le matin, à 7 heures, à l'incinérateur d'Ivry-sur-Seine, bloqué par la CGT : la jonction avec les travailleurs ou les banlieues peine à se mettre en place.

Et puis le soir, les Veilleurs (ceux qui se tenaient debout contre la loi sur le mariage gay) devaient venir place de la République. A Sputnik (agence de presse officielle russe), un responsable de l'accueil dit qu'ils ont été refusés, parce que pas en accord avec le sens de la manifestation déclarée. Puis, sur TVLibertés, on verra la photo d'un journaliste ayant pris un coup lors de cette rencontre...

Nuit Debout : jusqu'au 100 mars

Nuit Debout a un site, nuitdebout.fr, un calendrier. Il a aussi une radio, une gazette... Mais la communication a connu des heurts. Convergence des luttes ne publie plus sur sa page facebook ni sur son site qui renvoie vers le calendrier de paris.demosphere.eu.

Le mouvement Nuit Debout a des projets. Il s'invite à l'Euro en organisant des débats, un stand, un tournoi de foot.

Ce week-end, samedi 11 et dimanche 12, Nuit Debout prévoit d'installer une plage sur la place de la République et d'y jouer à la pétanque pour fêter l'anniversaire des congés payés.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits