Nouvelle ville, nouvelle vie : dompter la solitude

Vous êtes jeune, frais, rempli d’énergie et de bonne volonté et vous venez enfin de décrocher l’emploi de vos rêves dans une ville encore inconnue mais prometteuse. Après la phase de recherche de logement, vous débarquez donc dans ce territoire sauvage, tel un conquérant, prêt pour de nouvelles aventures. Sauf que vous avez oublié un détail : vous ne connaissez personne, et personne ne vous connaît.

La désillusion du héros est amplifiée lorsque vos collègues n’ont pas l’air de vouloir vous sauver de cette solitude grandissante, déjà bien occupé à gérer leur petite vie respective. Pris au dépourvu, la déprime en profite pour pointer le bout de son nez et commencer à vous envahir, paralysant de plus en plus votre énergie et bonne volonté originelles. Mais pas de panique, voici le guide qui va vous aider à dompter cette solitude, afin de d’utiliser les bons côtés de celle-ci, sans se laisser submerger par les mauvais.

Phase 1 : repérage spatial

Vous débarquez donc dans une nouvelle ville, où même l’emplacement du carrefour vous est inconnu. Une étape de repérage s’impose donc.

D’abord grâce à GoogleMap, trouvez tous les commerces à proximité de chez vous qui vous semble vitaux (cinéma, superettes, etc), ainsi que les zones potentiellement populaires (parcs, lacs, piscines, centres commericaux, etc).

Phase 2 : repérage touristique

Armé du routard, vous entreprenez la visite touristique de la ville. On ne va pas vous le cacher, beaucoup de personne traîne la patte lorsqu’il s’agit de se transformer en guide. Un sentiment de flemme de la part des locaux qui peut s’avérer être une véritable barrière lors de l’élaboration de liens entre de nouveaux individus. Ainsi en voyant de vous-même les richesses de cette ville, vous écrasez cette première barrière potentielle tout en vous créant des sujets de conversations que les locaux peuvent comprendre « L’autre fois dans le musée Y tout le monde était accumulé devant la peinture de M alors que c’était clairement celle de N la plus intéressante ».

Phase 3 : repérage événementiel

Maintenant que vous avez utilisé votre solitude comme moyen d’infiltration dans la population locale au niveau spatial et culturel, il vous faut repérer les endroits où utiliser cette connaissance. Et pour cela quoi de plus magique qu’internet ou les applications ? En effet, les événements tels que concerts, festivals, dégustations de bières artisanales sont de plus en plus relayées par les réseaux sociaux. Il vous suffit donc d’attraper l’information au vol, et de vous rendre aux événements qui vous intéressent.

Certes vous y arriverez seul, mais dans ce genre d’endroits vous n’êtes pas le seul individu à être seul, n’oubliez pas cela !

Phase 4 : apprendre à aller vers autrui

Plus facile à dire qu’à faire. Nous ne sommes pas tous comme notre amie Bernadette qui en faisant une blague sur son propre prénom devient la bonne copine de tout un bar en moins d’une heure. Mais cette aptitude peut se développer, et quoi de mieux qu’un lieu où l’on est connu de personne pour se jeter à l’eau et apprendre sur soi-même?

Pour les plus timides, il reste heureusement d’autres façons d’aller à la rencontre de cette population locale. En effet, en s’inscrivant par exemple à des cours de sports, des randonnées organisées, dégustations œnologique ou stages de parapentes, la connexion devrait se faire de façon plus douce et naturelle.

Phase 5 : prendre le bon de la solitude

Après donc avoir parcouru toute la ville pour la comprendre et se mélanger subtilement à sa population, ne vous laissez pas prendre au piège de l’ouragan social en oubliant de prendre du temps pour vous ! Profitez-en pour faire un point sur vous-même, vous ressourcer, oser des choses que vous n’avez jamais faites ou jamais eu le temps de faire. Comme par exemple bouquiner, bronzer, cuisiner, prendre soin de son corps, ou autre, parce qu’il est important de se sentir bien avec soi-même afin de se sentir bien avec autrui. Il ne faut donc pas chercher à fuir la solitude. Il faut la dompter afin que celle-ci devienne notre force dans notre épanouissement personnel.


Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits