M.J.Air 4

Mardi 27 septembre.

– Bonjour Martha, tout est prêt pour la réunion ?

– Oui monsieur, ils sont déjà là.

Je dépose mes affaires dans mon bureau avant de les rejoindre en salle de conférences.

– Bonjour messieurs !

J'ai salué sans même les regarder, je m'installe à ma place et examine déjà les courbes du mois sur mon ordinateur. Putain de merde, c'est catastrophique. Aucun n'ose parler.

– Bien, je vois que nous sommes au bord de la faillite, l'un de vous a t'il une idée pour redresser la barre...Ron peut-être ?

Il ne s'attendait pas à ce que je l'attaque d'entrée de jeu, il se lève.

– Je...je ne sais pas Marc, je n'ai toujours pas trouvé quoi que ce soit au sujet de toutes ces pannes.

– Il n'y a pas que les pannes Ron, les retards ? Comment avons-nous pu passer de la meilleure compagnie à la pire en moins d'un an, il y a bien un problème quelque part, veux-tu que je fasse moi-même ton job ?

– Non MJ, bien sûr que non, je t'ai dit que j'allais régler ça, mais...

– Mais ! Justement, j'en ai assez des, mais, maintenant, je veux du concret sinon je prendrais les décisions qui s'imposent. J’espère que vous m'avez bien tous compris ?

Ils me regardent tous sans rien dire.

– Je commence à croire que vous êtes tous des incapables, n'oubliez pas messieurs que sans mon rachat l'année dernière vous seriez tous au chômage à l'heure qu'il est. Alors les vacances sont finis, il est temps de vous mettre au boulot. Je vous donne jusqu'à mon retour d'Asie pour voir les courbes s'inverser sinon il y aura des sanctions, à commencer par toi Ron, c'est compris ?

Ils se regardent tous avant de commencer à se lever et partir.

– Restes ici Ron !

Je rédige un mail pour Maurice avant de m'adresser à lui.

– As-tu contacté mademoiselle Stuart ?

Il se détend avant de me répondre.

– Oui, elle n'est pas intéressée, elle ne veut plus voler, je suis désolé, mais je t'ai fait une liste de jeunes femmes qui...

– J'en ai rien à foutre de ta liste, je veux mademoiselle Stuart, rappelle la et offre lui le double de son salaire pour 5 jours avec moi en Asie, je pars jeudi.

– Avec toi ?

T'emballes pas MJ, tu vas faire une gaffe, reste calme.

– Oui avec moi, pour mon voyage professionnel ! Des questions ?

Je le regarde par-dessus mon écran.

– Non, OK je vais la rappeler.

– Tiens moi au courant dé que tu l'auras eu.

Il me salue de la main avant de quitter la salle. Putain quel con ! De quoi je me mêle Ron, occupes toi des pannes au lieu de t'occuper de ma queue ! Je passe le reste de l’après-midi à faire ce que je sais faire de mieux, c'est-à-dire bosser et râler après tout ceux que je croise. Calmes toi MJ, tu es trop tendu, tu as besoin de te détendre mec, ça urge ! Me détendre, c'est ça. Je rentre chez moi et file directement courir, j’enchaîne avec une heure en salle et 30 minutes de piscine. Quand je remonte chez moi, il est déjà 21h30, je consulte mes mails avant d'aller sous la douche, toujours pas de nouvelles de Maurice, mais j'ai un message de Ron :

27 Septembre. 20h02

Ron Clark, directeur général du personnel, aéroport de Washington.

Salut MJ,

mademoiselle Stuart a acceptée, mais en me faisant lui promettre qu'elle serait rentrée mardi soir, apparemment elle a des obligations. Elle t'attendra à l'embarquement jeudi.

Bye, Ron.

Je peux enfin souffler, bientôt, je vais revoir ma blondinette ! T'es un gros con Marc Jonson, elle ne veut pas de toi et tu le sais déjà, tu vas au-devant de gros ennuis ! Je file sous la douche en sifflotant.

Jeudi 29 septembre.

Après encore une journée de merde, j'arrive à l'aéroport, je rejoins mon bureau pour prendre les infos sur notre vol. Il y a les 2 pilotes et le mécano. Nous évaluons le plan de vol avant de rejoindre l'appareil. Sitôt, à bord, je la vois, elle est seule et prépare la cabine. Toujours impeccable avec son chignon, son uniforme a changé, mais elle se déplace comme une gazelle, légère et gracieuse. Quand elle se retourne et qu'elle me voit, son regard devient sombre, mais elle s'avance vers moi.

– Bonjour monsieur, on ne m'a pas prévenu qu'il y aurait des passagers, je vous en prie, installez-vous.

Elle me désigne un siège. Oh non ma belle, aucun passager, rien que toi et moi pendant 20h ! Je m'assois, toujours en l'observant. Elle continue ses préparatifs et se déplace à travers la cabine comme si elle faisait ça tous les jours. Au fait mec, tu sais pourquoi elle ne vole plus ? Il faudra que je lui pose la question, elle est faite pour ça, c'est évident. Le pilote s'avance vers moi.

– Monsieur Jonson, nous sommes prêts, on décolle quand vous voulez.

– Bien, allons-y, plus vite parti plus vite arrivé.

Il me sourit et salue Stacy en retournant au poste de pilotage. J'attache ma ceinture tout en observant mademoiselle Stuart en faire autant, elle a pris un siège prés de sa cabine comme pour être le plus loin de moi. Évidement connard si elle t'a reconnu, elle n'a certainement pas envie de rester prés de toi ! L'avion décolle et quelques minutes plus tard la voix du pilote résonne dans les hauts parleurs pour nous informer que nous pouvons nous détacher. Je défais la mienne et installe mon ordinateur devant moi tout en continuant de l'observer du coin de l’œil. Elle se lève et part directement vers la cabine de l'équipage. J'allume mon pc et commence par regarder mes mails. Enfin des nouvelles de Maurice :

29 Septembre. 00H12

Maurice Blind, agent privé.

Salut Marc,

désolé rien de neuf pour l'instant, peut-être de mauvaises infos, mais j'approfondis mes recherches, je serais de retour la semaine prochaine.

MB.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits