Les tempêtes solaires: échouage de baleines

Si les cétacés s'échouent parfois en groupe, ce ne serait pas toujours à cause d'un « leader malade » ou des sonars militaires. La raison pourrait être céleste : cela serait aussi dû aux éruptions solaires. Explications.

Ce qu'il faut retenir

En se basant sur 29 échouage de cachalots survenus en l'espace de quelques semaines dans la mer du nord,des chercheurs concluent que l'inexpérience des jeunes,essentielles victimes,serait à l'origine de ces événements. Les perturbations magnétiques engendrées dans les hautes latitudes par les tempêtes solaires pourraient expliquer de telles erreurs de navigation.alors il est possible que les tempêtes solaires soient la cause de certains échouages.

Hypothèses pour expliquer l'échouage

Mais l'hypothèse du leader malade, bien que la plus probable, n'a pas été démontrée dans le cas des globicéphales de Nouvelle-Zélande. En outre, des globicéphales noirs ont déjà été observés dans les pertuis charentais (entre la côte et l'île de Ré et l'île d'Yeu) où l'eau est peu profonde, et ils n'ont eu aucune difficulté à retrouver le large.Ainsi, il n'est pas impossible qu'une cause différente soit à l'origine de l'événement de Farewell Split. « Ces échouages ont souvent lieu dans les mêmes secteurs.Or les espèces échouées sont fréquemment des animaux qui migrent en s'aidant de champs magnétiques,comme les oiseaux.Dans certains sites, les champs magnétiques sont perturbés et leur direction est perpendiculaire aux côtes au lieu d'être parallèle, ce qui pourrait expliquer le phénomène, propose le scientifique. Mais cette hypothèse est moins probable que la précédente. »

Pollution sonore ?

D'autres possibilités sont également proposées par Oliver van Cunnyet, mais avec moins de conviction, comme le fait que les globicéphales aient pu être poursuivis par des prédateurs - des orques en l'occurrence - ou bien qu'ils aient été perturbés par des nuisances sonores(prospection pétrolière,sonars marins) comme cela avait déjà été le cas pour les balaines à bec.Un phénomène complexe donc, et qui reste encore bien mystérieux pour la communauté scientifique. La pollution marine ne doit pas non plus aider ces animaux à vivre sereinement. La France n'est pas épargnée par le phénomène puisque, même s'il s'agit rarement d'échouage massif« 300 à 800 mammifères marins s'échouent chaque année sur les cotes française», conclut Oliver van Canneyt.

Samuel Owona

SIMPLE,CREATIF,TRAVAILLEUR

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits