Les règles ? Honte féminine ou sociétale ?

<<Menstruation: Phénomène physiologique caractérisé par un écoulement sanguin périodique (règles) dû à l'élimination de la muqueuse utérine, se produisant chez la femme, lorsqu'il n'y a pas eu fécondation, de la puberté à la ménopause.>> -merci Larousse. -


Les règles ? Honte féminine ou sociétale ?

L'Histoire de cette << ARMEE ROUGE >>

Les règles existent depuis l'arrivée des premières femmes sur terre. Pendant la période de l'Antiquité, les femmes ''indisposée" (comme ils disaient), récupéraient leur sang dans des sortes de tampons: Un bout de bois enroulé dans des compresses ou encore un simple bout de tissu froissé, glissé dans le vagin. -miam !-

Cependant, sous l'influence de nombreuses religions, les femmes finissaient par ne plus se protéger, car le principe de s'enfoncer un objet dans son vagin était vu comme un pêcher. La société de cette époque estimé même, que la femme réglée était maléfique, en possession de pouvoirs. -si seulement.-

Merci Pasteur !

Il fit prendre conscience de l'importance de l'hygiène dans la vie de tous. Cependant la place de la religion dans la société était encore bien présente.

Pendant ce temps, d'autres médecins conseillaient aux femmes de prendre des bains, pour encore une fois respecter le principe de "purification".

Dans des régions de France, il était commun de faire passer une femme "indisposée" dans un champs, pour utiliser ses pouvoirs. Cela avait pour intérêt de faire partir les sauterelles et chenilles des cultures.

En 1920, Kimberly Clark créa les serviettes Kotex, et vient par la suite les serviettes amovibles, avec les attaches collantes. -adieu les épingles-

Les tampons verront le jours dans les années 30/40, avec la montée en puissance de la gente féminine.

Les règles ? Honte féminine ou sociétale ?
Les règles ? Honte féminine ou sociétale ?
Les règles ? Honte féminine ou sociétale ?

Et maintenant ?

La femme a depuis prit plus de liberté sur son corps. Cependant dans de nombreux pays tel qu'en Inde par exemple, les jeunes filles menstruées sont mises à l'écart de la vie durant la période de leurs règles. Honte ? Principes fondateurs ? Dégout ?

Il existe dans d'autres région du monde, des jours où les jeunes filles et jeunes femmes, ne travaillent pas pendant ces périodes. Que pouvons-nous en penser ?

Personnellement, j'y trouve quelque chose de rabaissant, le fait de ne plus voir une jeune fille à l'école ou une femme à son travail durant une petite (ou parfois grande) période, signifie très bien : J'AI MES REGLES A PARTIR D'AUJOURD'HUI !

Quand d'autre y trouve quelque chose d'arrangeant, moi je ne repère que le côté négatif sans doute. Cela reflète la honte de la femme réglée, alors que précédemment, j'ai pu expliqué que cette honte, cette peur, existe depuis l'Antiquité.

La manière de penser de la société, du Monde, est encore beaucoup trop vieillotte à mon goût.

Jamais nous entendons parler, de la première éjaculation d'un jeune garçon... Pourquoi ? Cela reviendrait au même non ?

Pendant que dans des pays, les règles ne sont plus des sujets d'abouts, dans d'autres les jeunes filles ne connaissent l'existence des règles qu'une fois leur apparitions faites. La communication n'est pas établit et pour ces jeunes filles en quête d'une féminité, il est compliquée de s'épanouir.  


Girard Arlenn


Arlenn Girard

Je me bats pour l'égalité des sexes et l'ouverture au monde des jeunes filles en situations précaires.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits