Les chômeurs sont-ils des fainéants ?

Les chômeurs sont-ils des fainéants ?


Une discrimination injuste

Selon une étude de Pôle Emploi en août 2018, l'écrasante majorité des bénéficiaires de l’assurance chômage (92%) poursuivent activement leurs recherches d'emploi. En clair, selon les faits, les chômeurs qui touchent une indemnité ne sont pas des fainéants.

Actuellement, 6,24 millions de personnes subissent l'enfer du chômage (catégorie A). L'indemnisation du chômage existe parce qu'on a tous cotisé pour cela, elle n'est pas de la charité.

De son côté, le président de la République multiplie les provocations arrogantes en rajoutant continuellement de l'huile sur le feu : « les gaulois réfractaires au changement », « Vous n'allez pas me faire peur avec votre tee-shirt, la meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler », disait-il à des grévistes, ou encore : « Une gare, c'est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien », il critiquait le « pognon de dingue dépensé dans les aides sociales », il a même osé dire : « Je serai d’une détermination absolue et je ne céderai rien ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes », ainsi que : « Beaucoup trop de Français oublient le sens de l'effort».

Assez ! Les français n'ont pas à subir une telle humiliation !

Les personnes vivent leur chômage comme une une situation déprimante et humiliante. Ces personnes souffrent en silence, elles sont souvent fragilisées psychologiquement et ont besoin d'être soutenues.

Mais la société française se montrent dure, injuste, culpabilisante, humiliante et même cruelle contre les chômeurs. 


Les membres du jury se retournent sur leur fauteuil, vous êtes dans « The Voice »...

Dernièrement, l'humiliation et la culpabilisation des demandeurs d'emploi a encore franchi un cap dans le cynisme et le mépris : Pôle emploi, agence du service public, a en effet décidé d'organiser des séances de recrutement sur le format de la célèbre émission « The Voice ». Une incroyable mise en compétition des plus précaires entre eux. QUOI ??? Cette initiative maladroite, débile, ignoble, malveillante, irrespectueuse et perverse se fout complètement de la gueule des chômeurs et cela m’inspire de la colère, de la rage et de l’inquiétude, sachant que les chômeurs ont un risque de suicide deux fois plus élevé que la moyenne (en effet, en France, le chômage tue 5 fois plus que les accidents de la route)... C'est quoi la prochaine étape, on invitera les chômeurs dans Loft Story ?

Le président de la République, lui, conseille cyniquement à un chômeur de simplement traverser la rue pour retrouver un emploi...

  • Il y a vraiment quelque chose qui ne va pas : il existe des chômeurs, malgré leurs compétences professionnelles, ont envoyé jusqu'à 600 CV dans le but d'obtenir un entretien, et n'ont reçu que quelques réponses négatives (trop vieux, ou trop diplômé, ou pas assez d'expérience...), voire aucune réponse du tout. Et ces chômeurs se font traiter de fainéants ? Et quand parfois ils ont la « chance » d'obtenir un entretien, ils subissent encore un foutage de gueule ?
  • Seuls 16% de chômeurs parviennent à décrocher un emploi au bout de 6 mois de recherche.
  • Pour un poste en CDD de serveur/serveuse dans un restaurant, par exemple, un recruteur reçoit en moyenne environ 400 candidat(e)s parmi lesquels un(e) seul(e) sera embauché(e). Il n'y a pas de place pour tout le monde.


Des méthodes d'embauche douteuses

Un autre truc à dénoncer, ce sont les méthodes douteuses de recrutement lors d'entretiens d'embauche. Voici un exemple. Chaque candidat demandeur d'emploi est invité à s'exprimer, il parle et met en valeur ses compétences. Mais à la fin de la séance, le recruteur lui reproche de ne s'être pas exprimé avec ses mains, le recruteur se fout complètement de ce que le chômeur a pu dire, et a focalisé toute son attention sur les mains… C'est complètement ahurissant... Explications ci-dessous.


L'analyse pseudo-scientifique du non-verbal, une imposture 

Les recruteurs ont la croyance étrange selon laquelle 90% des messages d'une personne seraient non verbaux. Selon ces recruteurs douteux, l’analyse gestuelle pourraient s’avérer (cette interprétation des gestes n'est cependant qu'une croyance) un excellent moyen pour un recruteur potentiel de lire dans les candidats comme dans un livre ouvert. Cela n'est pas prouvé scientifiquement. Il s'agit d'une dangereuse dérive pseudo-scientifique : la « synergologie », une discipline irrationnelle inventée par les gourous de la communication

En clair, les recruteurs s'autoproclament psychologues : les chômeurs qui postulent à un emploi auront l'impression d'être face à un psychanalyste plutôt que face à un véritable conseiller d'orientation ou un vrai patron… 


L'infiltration des sectes

Ce qu'il faut savoir, c'est que les activités de coaching et de développement personnel en vue de recrutement est un terrain idéal pour les sectes. En effet, en 2013, la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires ) a souhaité alerter sur un phénomène jusqu’ici marginal mais qui prend de l’ampleur : des pseudo-organismes de formation professionnelle sont sous l’emprise de mouvements sectaires. Il faut se méfier des stages de développement personnel et des formations bidons. Rien qu'en 2012, la Miviludes a reçu 2600 signalements tous domaines confondus (dont aussi les domaines concernant la santé).  Quand des recruteurs évoquent des techniques irrationnelles comme la PNL (programmation neurolinguistique), les analyses transactionnelles ou la synergologie (la « lecture » des codes non verbaux des mains), ou l'utilisation de termes plus ou moins ésotériques : il faut se méfier et fuir, voire dénoncer et signaler ces dérives.


Il y a en France des dizaines de milliers d’organismes de formation. Certains sont des entreprises, d’autres sont des associations loi 1901. Dangereusement, le secteur est peu réglementé. Bien qu'il existe un agrément, il n’y a aucun contrôle du contenu de la formation, et n’importe qui peut se présenter demain comme formateur et faire n'importe quoi...


Qu'est-ce qui est légal lors d'un recrutement (code du travail)?

Un recruteur ne jouit pas d'une liberté totale dans l'utilisation des méthodes et des techniques d'aide au recrutement utilisées : celles-ci doivent être pertinentes et servir à apprécier objectivement les compétences du candidat. Les informations demandées au candidat servent uniquement à apprécier sa capacité à occuper l'emploi proposé ou ses aptitudes professionnelles. Le candidat doit clairement être informé sur la nature des méthodes et les techniques d'aide au recrutement mises en œuvre. Ces méthodes et techniques d'aide au recrutement ou d'évaluation des candidats doivent être pertinentes au regard de la finalité poursuivie (le recours aux moyens fantaisistes et irrationnels, notamment à l'astrologie, la graphologie, la numérologie, la morphopsychologie, est interdit).

Bref, les chômeurs sont fliqués et surveillés (et même plus surveillés qu'un « fiché S », curieux paradoxe), et sont régulièrement exposés à des abus (humiliations, foutages de gueule, dérives sectaires…). ÇA SUFFIT !



-


Philip Tchelovek

Blogueur scientifique. Présent sur Skõp depuis le 19/03/2016. Articles sous copyright, mais vous pouvez partager les URL librement.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits