Les aliments bonne santé (3) : L’oignon

L’oignon, le grand copain de l’organisme humain !

Après avoir parlé précédemment de l’ail et du poireau, dans ce troisième volet, je vais vous parler de l’oignon. Lui aussi tient une bonne place dans la série des aliments amis de notre bonne santé. Bien qu’il fasse pleurer dans les chaumières, il est un des grands alliés alimentaires pour notre organisme, même si certains en doutaient encore.

Son nom scientifique est Allium cepa, il fait partie de la famille des liliacées. Cette famille compte près de 3500 espèces parmi lesquelles l’ail, l’asperge, l’oignon, le poireau…, ainsi que des espèces médicinales et de nombreuses espèces ornementales comme les jacinthes, les lis, les tulipes, etc.

Outre l’ingrédient parfait par les saveurs qu’il offre pour agrémenter les mets, crus ou mijotés, il aurait des effets bienfaiteurs pour la santé. Bien que les données scientifiques soient encore insuffisantes pour permettre toute affirmation dans certains cas comme les cancers, les capacités et les effets thérapeutiques de l’oignon sont avérés. Il est antibactérien, anti-inflammatoire, antihistaminique, antianémique, antiseptique…

Quelques-unes des performances de l’oignon

Par sa richesse en soufre, l’oignon combat la sinusite, et c’est la quercétine qu’il contient qui le rendrait aussi efficace en le consommant cru pour les bienfaits des sinus. Il serait excellent pour prévenir la formation de caillots sanguins, améliorant la circulation sanguine, car il aide à réduire le cholestérol dans le sang et évite le vieillissement trop rapide des veines et des artères. Son efficacité se retrouve également dans ses propriétés antibactériennes multiples.

Pour calmer la toux, une recette à base d’oignon parmi d’autres, est d’émincer finement un gros oignon dans un bol ou un saladier, d’y ajouter deux à trois bonnes cuillères à soupe de miel. Bien remuer, couvrir et laisser s’étendre (pauser) au réfrigérateur au minimum 12 heures. Filtrer ensuite et conserver le jus (sirop) obtenu dans un contenant en verre (opaque, de préférence) au réfrigérateur. Consommer comme un sirop traditionnel, soit une cuillère à soupe trois fois par jour. Faire de petites quantités chaque fois, car il ne se conserve pas longtemps, environ trois jours.

Ses propriétés antianémiques se retrouvent par la présence du phosphore, de la vitamine E et du fer qu’il contient. Lui permettant de reconstituer le sang tout en le régénérant en globules rouges. Sa richesse en vitamines A et C le rend efficace pour combattre les maladies respiratoires, et par sa teneur en soufre, il participe à la réduction des symptômes, en l’occurrence ceux des rhumes, des bronchites et des catarrhes (ce mucus sécrété lorsqu’on a ces pathologies).

Sa teneur en potassium aide à l’élimination des liquides favorisant l’amenuisement des risques de gouttes, de l’hypertension, des calculs rénaux… Il permet également de restreindre les risques de rétention d’eau tout en étant bon pour la prostate et les reins. La teneur en vitamine B et, là aussi, en potassium renforce la régénération du flux nerveux, et sa teneur en magnésium en fait un excellent apport pour favoriser l’amélioration du fonctionnement du système nerveux.

Dans un régime, en vue d’une perte de poids, il est exemplaire, car il est très peu calorique, mais riche en fibres. Il favorise le transit intestinal tout en menant une action dépurative et en chassant les toxines. Ses acides foliques en font également un aliment bon et sain pour les enfants et les femmes enceintes, car il participe à la croissance que ce soit celle des enfants ou celle des fœtus.

L’oignon est un puissant antioxydant, notamment par la présence de quercétine, par sa composition en vitamines C et A, mais aussi les flavonoïdes et le soufre. D’ailleurs, la présence de ce dernier en fait un bon antiasthmatique et un anti-inflammatoire, puisque ces antioxydants participent à la protection du corps et font barrage aux radicaux libres qui l’attaquent.

Mais, qu’en est-il du potentiel de l’oignon en utilisation externe ?

De manière externe, les capacités de l’oignon seraient particulièrement recommandées pour lutter avec efficacité contre l’acné, grâce à ses antioxydants, mais aussi ses propriétés antiseptiques et cicatrisantes. De nombreuses recettes jalonnent les pages web de médecine naturelle pour confectionner ses propres produits maison et sains. Il en est une qui revient souvent concernant l’acné qui consiste à mélanger le jus d’un oignon, obtenu en le mixant au blender, puis de filtrer pour ne garder que le jus que l’on mélange ensuite au jus d’un citron. Appliquer alors cette préparation sur les boutons pour les traiter et les faire disparaître.

Pour combattre le rhume, un oignon coupé en rondelles sur la table de nuit ou sous le lit produit un effet radical pour passer une bonne nuit, car ses essences lorsque diffusées permettent de déboucher le nez. Pour combattre l’infection due à un furoncle, une rondelle d’oignon appliquée sur la partie concernée résout l’infection. Pour calmer une otite, faire une purée d’oignon cru que l’on applique autour de l’oreille, et qu’on renouvelle toutes les 3 heures pour un effet décongestionnant. Pour contrer un début de grippe, faire une décoction d’oignons en laissant macérer deux oignons émincés dans un demi-litre d’eau durant une nuit (ou au minimum 3 heures), puis filtrer et consommer un verre deux fois par jour. Les propriétés antiseptiques et antivirales agiront pour vous rétablir. En faisant un cataplasme, l’oignon soigne le panaris en agissant sur l’infection. Pour ce faire, il faut faire bouillir un oignon dans de l’eau, l’écraser suffisamment, puis une fois tiède mettre la préparation dans une gaze et l’appliquer sur le panaris. Il est même recommandé de le garder en pansement durant au moins deux heures pour de meilleurs effets.

Pour les coupures, il suffit d’appliquer sur la coupure la petite pellicule très fine qui est présente entre chaque couche de l’oignon. À elle seule, elle stoppe le saignement en moins de temps qu’il ne faut pour le dire et aide, dans le même temps, à la cicatrisation. Pour anticiper les interrogations de certains, sachez que ça ne pique pas au moment de l’application. Ce "traitement" vaut aussi pour les griffures de chat.

Concernant les vertus anti-cancer, dans le cas notamment du cancer de l’estomac ou du tube digestif, et bien que plusieurs études aient été menées sur le sujet, elles n’apportent pas encore d’éléments suffisamment probants. Néanmoins, l’une de ces études (française) aurait permis de démontrer que l’extrait d’oignon aurait diminué la propagation de cellules cancéreuses sur des rats atteints d’un cancer du côlon. Espérons que la science nous en apprenne davantage dans les années à venir.

Les oignons contenant le plus d’antioxydants sont les jaunes et les rouges, la palme revenant à ces derniers. Quant aux petits oignons blancs, ils sont les petits derniers de la troupe avec un apport bien moindre. Comme pour la plupart des fruits et légumes, c’est cru qu’il est préférable de le consommer, car cuit il perd une grande partie de ses antioxydants.

Précautions :

L’oignon étant fermentescible, c’est-à-dire qu’il déclenche un processus de fermentation lors de la digestion, les personnes sensibles souffrant du syndrome de l’intestin irritable doivent limiter leur consommation à leur seuil de tolérance pour ne pas perturber leur transit et éviter des désagréments.

Pour contrer la mauvaise haleine due à la consommation d’oignons, surtout crus, et comme pour l’ail, mâcher du persil frais permet de remédier au problème sans difficulté.

Attention, cet article énumère quelques bienfaits intéressants de l’oignon pour notre santé, cela dit il ne remplace pas un avis médical quel qu’il soit et ne dispense donc pas de consulter son médecin en cas de problèmes de santé.

La suite de cette série, Aliment "bonne santé" prochainement avec un autre allié incontournable…

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ?

MB


Marie Barrillon

Auteur de 10 ouvrages publiés dont - La vie est parfois une surprise, pour mon dernier roman, et chroniqueuse de livres pour mon blog, écrivain public et rédactrice web en parallèle, l'écriture (tout comme la lecture) est un besoin quasi viscéral, et en tout cas insatiable. Venez rejoindre la communauté à travers un groupe de partage sur FB : https://www.facebook.com/groups/LesInfosDeSkop/

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits