Le ventre de mes yeux

Le ventre de mes yeux

Le ventre de mes yeux pourrait bien devenir le ventre de vos yeux. Un premier roman pour l’auteur Anthony McFly, qui sort des sentiers battus et pas forcément le genre de romans que vous trouvez dans les rayonnages que vous chérissez tant mais, c’est tout de même un roman que je vous conseille. Découvrez un personnage attachant autant que dérangeant, Amaury vous mènera pas le bout de … ses yeux, dans son univers. Anthony McFly nous transporte dans un monde quelque peu clos et à la fois ouvert, un peu comme la couverture de son roman nous offrant une vue sur une fenêtre entrouverte, entourée par des volets rouges, un univers particulier, où les mots ont leur importance autant que respirer. Les mots semblent s’expulser avec rage, douceur, talent depuis le ventre du titre (un ventre plus rouge comme un désir passionnel de mener le lecteur au cœur de l’histoire) ou celui de l’auteur (il écrit avec un style d’une belle qualité littéraire, comme s’il écrivait « avec ses tripes » et nous apporte son roman loin d’être niaiseux et de surface, une œuvre profonde) ou encore le ventre du personnage principal. Le lecteur entre-il alors dans le ventre de ses yeux ? Sans doute oui car l’auteur nous rend complice au point de se confondre avec le narrateur lui-même, glissant dans sa vie entre désir, frustration et envie de découvertes. Anthony McFly semble nous mener dans une histoire qui s’emboite un peu comme des poupées russes ou du théâtre dans le théâtre. On se campe dans le décor qu’il nous propose, on s’y plonge comme planqué derrière des volets à demi-clos, on veille, on guette, on se tend, on se détend, on se pose des questions autant sur le personnage principal que sur les secondaires et le lecteur averti sait veiller autant qu’il apprend, maitrise ou parait maitriser les faits de l’histoire tout en partant vers sa propre conquête intérieure. Le lecteur vadrouille ou musarde à sa guise tout en restant le pantin de l’auteur. Et c’est en cela que ce roman tient sa force et son originalité. Le ventre de mes yeux est une belle plongée inattendue et surprenante pour le lecteur.

Seul petit reproche on peut se perdre en tant que lecteur dans la temporalité et l’espace donné par l’auteur. Mais, pardonnons bien vite cela à Anthony McFly qui signe ici son premier roman, un roman qu’il a un jour décidé de sortir de son tiroir trop sombre pour venir nous surprendre jusque sous le ventre de nos yeux !


L.G.

Laetitia Gand

écrivain, chroniqueuse littéraire, rédactrice freelance laetitia.gand422@orange.fr http://le.comptoir.des.mots.over-blog.com/ http://laetitiagand.simplesite.com/434673763 http://leslecturesdelaeti.eklablog.com/

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits