Le Talisman

Présentation

  • Titre : "Le Talisman"
  • Auteur : Philip Tchelovek
  • Date de création : 12 octobre 2013
  • Genre littéraire : nouvelle
  • Registre : heroic fantasy
  • Caractéristique : il s'agit de la première nouvelle écrite par Philip Tchelovek.

Bonne lecture...   ;)

Le Talisman

Azur est un petit elfe assez laid d'apparence. Mais c'est un être avec une âme très sensible, d'une grande bonté, entièrement dévoué aux autres. Azur, c'est aussi la couleur de ses grands yeux globuleux, d'où son nom. Des yeux expressifs et vifs, étonnants, mais remplis de douceur. Une douceur du regard qui compense sa laideur physique.

Bien qu'étant un elfe, Azur n'a aucun pouvoir surnaturel. Malgré son physique assez ingrat, il est doté d'une vertu unique : il n'y a aucun mal en lui. Dans l'absolu c'est un être parfaitement bon.

Le petit elfe est quotidiennement entouré de beaucoup d'amis : des elfes, des lutins, des licornes, des centaures, des humains aussi, ainsi que d'autres créatures diverses.

Les jours se passaient paisiblement, sauf lors des nuits de pleine lune, marquées par quelques morts de plus parmi eux...

Ensemble, en soirée, chacun des compagnons racontait à tous une anecdote, ou bien une légende ancienne, ou alors ils chantaient en chœur et dansaient. Tout le monde écoutait, s'amusait, dans la joie et la bonne humeur. Ils vivaient au jour le jour, sans se soucier du lendemain, acceptant jusqu'à présent la fatalité du destin.

Mais un jour, ou plutôt un soir lors du coucher du soleil, l'un des amis d'Azur, le très âgé Keralph, un vieux sage, racontait une histoire étrange et fascinante.

-- « Depuis des siècles, des générations de druides se sont transmis un secret. On a toujours entretenu la mémoire d'une légende ou d'un événement réel, et je vais vous raconter cette histoire. Depuis toujours, les forces du mal menacent notre vaste territoire paisible, à travers les invasions régulières des Arachnodons, à chaque nuit de pleine lune. Maintenant que le mal a tant progressé dans notre monde au point de commencer à le détruire et le dominer, le temps est venu de révéler ce secret car de celui-ci dépend notre survie. »

Azur et ses amis écoutent attentivement Keralph le sage. Le soleil se couche lentement, passant du jaune à l'orangé. Le ciel légèrement nuageux prend une teinte rouge et rose. Keralph continue de parler avec sa voix grave et faible.

-- « Oui, chers amis, nous pouvons vaincre le mal lors d'un dernier recours, grâce à un talisman très puissant. Légende ou réalité, je ne le sais pas. Mais ce talisman est caché, et il est très difficile de le trouver. »

-- « D'où vient ce talisman, et comment savoir si c'est celui-ci si on l'a retrouvé ? Et comment s'en servir ?», disait Norman Dragor, le barde du village.

-- « Ce talisman a été façonné avec de l'iridium, un métal très rare. Il aurait une inscription qui ne laisse aucun doute sur son authenticité. Ce talisman a un pouvoir de protection absolu, il repousse le mal à jamais. Cet objet de magie blanche fut fabriqué par un peuple de lutins, les luminorcs, mais ceux-ci ne purent s'en servir à temps. Leur unique village fut anéanti par les Arachnodons... Depuis, nul ne sait ce que devint ensuite le talisman. Il aurait été égaré lors des attaques des Arachnodons. »

Puis Keralph le sage cessa de parler. Le vieillard était fatigué. Peu après, un des compagnons lui servait à boire dans un calice.

Les journées et les nuits se succédaient, une à une. Les saisons alternaient tour à tour. Un jour, Keralph mourut de vieillesse. Il s'est éteint paisiblement à l'âge de deux-cent cinq ans. Azur et ses amis pleuraient de toutes leurs larmes. Keralph, c'est une mémoire qui disparaît. L'expérience d'un homme ayant disparu est comparable à une bibliothèque qui brûle.

Mais le petit Alfy, un lutin qui garde l'apparence d'un garçonnet de 3 ans, mais néanmoins très intelligent, s'approche de Keralph qui venait de mourir. Alfy découvre un papier plié en quatre dans la main de Keralph. Sentant sa fin venir, le vieil homme avait écrit quelque chose avant de s'en aller. Le barde Norman Dragor déplie le papier et le lit. Norman parle à haute voix pour faire connaître le contenu du papier aux nombreux amis réunis en cercle autour de la dépouille de Keralph.

-- « Mes amis, je vous laisse le peu d'information que j'ai sur le talisman ultime. Je confie une mission à Azur, car lui seul peut utiliser ce talisman, car seul un cœur pur peut activer le talisman, en espérant que ce talisman existe. Azur devra explorer les collines aux alentours de l'ancien village des luminorcs. La carte de l'emplacement exact de ce village lointain est gravée sur une pierre au centre de notre village. »

Azur, Norman et Alfy se dirigent vers le centre du village. Ils voient la pierre ; depuis toujours celle-ci sert de borne à un carrefour autour duquel convergent huit sentiers. Ils examinent la pierre. De curieuses lettres écrites en un alphabet ancien, gravées sur la roche, semblent désigner des chiffres. Évidemment, Alfy vient de comprendre l'information gravée et explique tout à Azur et Norman. Les chiffres gravés se réfèrent à une position sur une carte. Alfy pose son doigt avisé sur un parchemin représentant une carte plus précise du pays.

-- « Voila. C'est là-bas. » dit Alfy.

Azur prépare des provisions pour le voyage. Il doit retrouver le village des luminorcs, et aussi peut-être le talisman.

Le lendemain à l'aube, accompagné de deux archers, Azur se dirige vers le nord, en empruntant un des huit sentiers à la sortie de son village. Azur et les archers marchent pendant plusieurs heures. Plus tard, ils aperçoivent enfin l'ancien village des luminorcs. Du moins, ce qu'il en reste. Tout n'est que ruines et cendres. Des murs éboulés, des restes de charpentes carbonisées. Des arbres ont grandi dans ce qui était autrefois des maisons. Le lieu est de toute évidence inhabité depuis très longtemps.

Arrivés au milieu des ruines et n'y ayant rien trouvé dans les décombres, Azur et ses deux compagnons archers se reposent. Ils observent l'horizon autour d'eux et aperçoivent cinq collines. Après s'être reposés, ils rejoignent la première colline. Arrivés à son sommet, ils constatent que le sol est un peu mou, spongieux, comme s'il était marécageux ou tourbeux. Puis ils repartent en direction de la deuxième colline. Là encore, le sol de la deuxième colline est mou. Les jambes s'enfoncent jusqu'aux genoux. Le trio avance comme il le peut dans ce sol gluant. Jusqu'au moment où Azur et ses deux compagnons ne peuvent plus avancer et s'enlisent soudain dans la colline. Ils glissent complètement comme dans un sable mouvant, progressivement aspirés par les entrailles de la terre. La terre glaiseuse leur arrive à la ceinture, puis au torse, puis la tête. Ils se sont enfoncés dans le sol. Engloutis.

Au même moment, la nuit tombait dans le village d'Azur dans lequel sont restés tous ses amis. Cette nuit-là, c'était la pleine lune. Un bruit grondait à l'horizon, et devenait de plus en plus fort.

-- « Que se passe t-il ? » s'écrie Norman Dragor le barde.

-- « Oh, regardez ! » hurle le petit Alfy.

Le ciel était recouvert par une ruée d'Arachnodons. Cette fois, ils étaient devenus beaucoup trop nombreux pour qu'on puisse leur résister.

Les Arachnodons étaient de grandes créatures en forme d'araignées environ deux fois plus grandes qu'un homme. Ces créatures hideuses se propulsent par des filaments de toile qu'elles sécrètent, elles s'en servent comme un élastique pour se projeter sur de longues distances. En outre, les Arachnodons sont très voraces, elles ont plusieurs rangées de chélicères, des mandibules ressemblant à des crochets emplis de venin qui digère leurs victimes de l'intérieur...

-- « Fuyez ! Cachez-vous ! » criaient Norman et Alfy, en alertant les autres villageois.

Des Arachnodons capturent quelques proies vivantes pendant la panique. Il pleut à verse, la pleine lune est levée depuis un moment. La lune semble la messagère d'un message funeste ; elle éclaire le village livré à un spectacle horrible. Alfy et Norman Dragor se sont cachés avec une centaine de rescapés dans une fente étroite d'une montagne à un kilomètre et demi de leur village. Ils peuvent voir de loin une scène macabre... Les Arachnodons aspirent les liquides vitaux de leurs proies. Les plus jeunes et les plus âgés étaient souvent les plus vulnérables quand les Arachnodons attaquaient. Les survivants fuyaient et se cachaient. Ce soir-là, il y a beaucoup trop d'Arachnodons, cela grouille de partout. Et partout règne la terreur. Alfy, le barde et les rescapés ne disposent que d'un court répit. Ils risquent d'être bientôt découverts dans la montagne par ces horribles araignées géantes.

Au même instant, Azur et les deux archers, évanouis, reprennent conscience dans une cavité, après s'être ensevelis dans la colline, non loin de l'ancien village des luminorcs.

-- « Où sommes-nous ? »

-- « Je n'en ai pas la moindre idée. »

-- « On dirait un endroit secret. Une cachette.»

-- « Il faudrait faire de la lumière ici, il fait nuit, on ne voit absolument rien. »

-- « Oui, mais il n'y a pas beaucoup d'air pour respirer ici, nous devons rapidement sortir de là. »

Azur et les deux archers, creusent la tourbe au-dessus d'eux avec leurs mains afin de s'en extraire. Sortis du sol non sans difficulté, la terre qu'ils ont repoussés autour d'eux laisse apparaître la cavité au clair de lune. En effet, la lune était au-dessus d'eux.

-- « Là au fond de notre trou, on dirait un coffre, non ? »

-- « Oui, c'en est un. Mais on n'a pas la clé pour l'ouvrir. On devrait fracturer la serrure avec un objet dur, si on en trouve un. »

En palpant le sol noir et humide, ils trouvent d'abord un fragment de poterie, qu'ils jettent. Puis ils trouvent un objet métallique, en forme de disque, presque aussi grand qu'une assiette. L'objet est encore un peu recouvert de tourbe.

L'un des deux archers lève l'objet au-dessus de sa tête et l'abat sur la serrure du coffre. La serrure vole en éclats au bout de trois coups violents. Le trio ouvre enfin le coffre pour en connaître le contenu.

-- « On dirait de vieux livres. »

Azur prend un des livres, et le livre tombe en morceaux informes à terre.

-- « Oui, ce sont des livres anciens, mais ils ont été rongés par le moisi, réduits à l'état de poussière, il n'en reste rien. »

-- « Rien d'intéressant ici. »

-- « Attendez ! »

À ces mots, l'un des archers essuyait le disque métallique qui avait servi à ouvrir le coffre. Nettoyé, le disque révéla un bel éclat, c'était fait d'un métal ressemblant à l'argent massif. Il brillait comme un faible diamant mystérieux sous la lumière lunaire.

-- « Je n'ai jamais vu un métal pareil. Qu'est-ce que c'est ? » dit Azur.

Azur se saisit du disque que l'archer lui donne.

-- « Il y a quelque chose écrit dessus. Je vais essayer de le lire, mais c'est assez difficile, il n'y a pas beaucoup de lumière malgré la pleine lune. Voila, ça y est je vois mieux : HIC EST ULTIMA PUGNA DE DIE AC NOCTE. »

« Ah ? Et qu'est-ce que cela signifie ?»

-- « Cela veut dire : ici est le dernier combat du jour et de la nuit. Dans la langue elfique de notre pays, cela se dit : Dyma y frwydr olaf y dydd a'r nos ! »

Après que ces mots en elfique aient été prononcés par Azur, le disque métallique devient brillant comme mille soleils. Ce disque, c'est le talisman en iridium.

Toute la région est illuminée par la lumière extrême qui jaillit du disque. La terreur s'empare des deux archers qui s'enfuient et s'évanouissent dans la forêt, comme repoussés par une force invisible.

Azur, ébahi, se retrouve seul, il n'avait pas bougé de sa place. Il s'assied sur une vieille souche d'arbre, ébloui. Ensuite il examine, pensif, ce mystérieux talisman qui avait libéré son pouvoir et qui était redevenu comme avant après avoir brillé si intensément.

Peu après s'être relevé, Azur a compris que le talisman l'avait protégé. Il retrouve en effet le corps inerte d'une quinzaine d'Arachnodons pas très éloignés du trou dans lequel lui et les deux archers avaient trouvé le coffre et le talisman. Ces Arachnodons étaient presque arrivés à lui et ses compagnons de route.

-- « Sans ce talisman, les deux archers et moi aurions été dévorés par les Arachnodons... Mais pourquoi les archers se sont-ils enfuis ? »

Seul, abandonné par les deux archers, Azur décide de rentrer dans son village retrouver ses amis pour leur montrer le talisman. Il marche seul pendant des heures interminables sur le long sentier. Il pleuvait à verse. Il n'a plus revu les deux archers. Quand il arrive enfin dans son village, il est épuisé.

En arrivant dans le village, il n'y trouve que des ruines, des restes carbonisés à la place des huttes et des maisons desquelles s'échappe de la fumée. Il découvre aussi avec horreur les dépouilles de quelques uns de ses amis, dévorés par les Arachnodons. Mais il y trouve aussi, jonchés partout autour de lui les cadavres pétrifiés des Arachnodons. Le talisman a eu un effet protecteur puissant, même à distance, car les Arachnodons ont soudain péri lorsque Azur avait réveillé le pouvoir du talisman, loin d'ici.

En s'approchant peu à peu de la montagne en cherchant ses amis rescapés dont il ne sait s'ils avaient survécu, Azur voit soudain le talisman briller de nouveau, comme des milliers de soleils. Mais cette fois Azur n'avait prononcé aucune formule incantatoire. Le talisman agissait malgré lui.

Après la brillance extrême du talisman, Azur aperçoit aussitôt une foule fuir de la brèche de la montagne. Cette foule, ce sont les villageois rescapés. Ils sont comme saisis de panique, et disparaissent rapidement vers la forêt, en s'éloignant rapidement de leur village..

-- « Mais attendez ! Pourquoi fuyez-vous ? C'est moi, Azur ! Pourquoi avez-vous peur ? Nous sommes sauvés, j'ai le talisman ! Attendez ! »

Malgré les appels désespérés et suppliants d'Azur, les villageois fuyaient de terreur.

Attristé, Azur se laisse choir à terre, épuisé par son long voyage. Il pleure.

En fin d'après-midi, le ciel s'est éclairci. La pluie avait cessé. Les oiseaux se mettent à gazouiller. Azur, seul, se rend auprès du tombeau du vieux Keralph. Assis près du tombeau après y avoir déposé quelques fleurs, il ferme les yeux, pensif.

-- « Pourquoi se sont-ils tous enfuis ?... Mes amis... Et aussi les deux archers ?... Pourquoi tout le monde me fuit ? Nous venions pourtant de vaincre enfin le mal... Je ne comprends pas… »

Tout-à-coup, Azur entend un grattement sous la terre. Le tombeau s'ouvre, la dalle bascule sur le côté. Halluciné, Azur voit un jeune homme se relever, avec une barbe de trois jours, debout face à lui.

-- « Keralph ?! Tu es vivant ?? Mais tu es devenu si jeune ! »

Azur se jette dans ses bras et l'enlace, et pleure.

-- « Oui, Azur, je renais. Je ne pouvais pas donner d'indices sur le talisman avant ma mort. Il fallait que je meure avant. Le talisman est d'une puissance absolue, il repousse le mal au plus loin. D'ailleurs, il nous a sauvé. »

-- « Keralph, je ne comprends pas quelque chose. Pourquoi tous nos amis se sont-ils tous enfuis alors qu'ils étaient sauvés eux-aussi ? »

« Comme je te l'ai dit, le talisman éloigne le mal. Ainsi, s'ils sont tous partis, c'est parce qu'ils sont autant remplis de mal que de bien. Nombreux ceux qui ont à la fois une part de mal et une part de bien, tandis que toi tu es un être absolument bon. Mais trop souvent, en ce qui concerne surtout les humains, un ami est la moitié d'un traître. Ainsi, le talisman éloigne tout ceux qui ont une part de mal, même s'ils ont une part de bien. En mourant, j'ai tué la part de mal qui était en moi, une sorte de tour de magie dont j'ai le secret. C'est pour cela que je ne pouvais être là que maintenant, et pas avant. Parce qu'au moment présent, nous offrons le meilleur de nous-même, sans se mentir, sans souffrir l'un l'autre. Les vrais amis s'aiment sincèrement ; ceux qui nous aiment réellement sont ceux qui feront tout pour éviter de nous juger et nous blesser. Deux amis, ce sont deux êtres, mais une seule âme, et un grand trésor. »

Azur et Keralph, les yeux embués de larmes de joie, esquissent un sourire partagé. Peu après, ils sont rejoints par le petit Alfy qui, lui, n'avait pas fui comme les autres rescapés. Alfy, avec son air innocent qui lui est habituel, est tout surpris de voir Keralph bien vivant, mais il se met surtout à admirer avec intensité l'étrange talisman métallique qui est encore entre les mains d'Azur.


                                                                    FIN


© 2013-2016 Philip Tchelovek

  • Est définie comme contrefaçon toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d'une œuvre de l'esprit en violation des droits de l'auteur, tels qu'ils sont définis et réglementés par la loi (Code de la Propriété Intellectuelle, art. L. 335-3). La violation des droits d’auteurs est constitutive du délit de contrefaçon puni d’une peine de 300 000 euros d’amende et de 3 ans d’emprisonnement (CPI, art. L. 335-2 s.).

Philip Tchelovek

Blogueur scientifique. Présent sur Skõp depuis le 19/03/2016. Articles sous copyright, mais vous pouvez partager les URL librement.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits