Le renard, éternelle victime de la chasse

Un beau rouquin

Le renard roux est un bel animal. On a souvent prêté à ce canidé mignon des qualités comme la ruse.

Mais cet animal est l'objet d'une véritable haine chez les chasseurs. La chasse traditionnelle au renard, au nom de la tradition, voila un argument des plus discutables.

À mort !

Depuis toujours, le malheureux renard est chassé. On lui prête de nombreux maux : prédateur semant la mort dans les poulaillers, dévoreur de petits gibiers convoités par les chasseurs. Ce pauvre petit canidé est la cible des chasseurs dans une majorité de régions françaises.

Massacrer les renards est justifié, soi-disant par le contrôle raisonné des populations de ce canidé. Mais en réalité, le renard est chassé pour le plaisir, et par habitude, au nom de la tradition.

Le renard est perçu, selon certains départements, comme un animal nuisible. Sauf en Corse et en Savoie, et à Paris, où cet animal n'est pas considéré comme nuisible, par conséquent la chasse contre l'animal rouquin y est interdite. Les chasseurs de ces départements frappés d'interdit s'inquiètent de l'exclusion du renard roux de la liste des animaux chassables. Les amoureux de la nature aimeraient que le Vaucluse rejoigne la déclassification du renard mais font face à l'opposition des chasseurs...

Un allié mal connu

Pourtant, les agriculteurs voient dans le renard roux un précieux auxiliaire efficace pour débarrasser les champs des campagnols, petits rongeurs semblables aux souris.

La chasse au renard contribue à augmenter le risque de maladie de Lyme : les tiques infectées sont porteuses de la bactérie qui cause la maladie de Lyme, ces tiques infestent elles-mêmes les petits animaux qui sont eux-mêmes chassés par le renard. Si on supprime le renard, les petits animaux augmentent en nombre, et contribuent à être un important réservoir pour les tiques infectées. Une étude scientifique publiée sur le site internet de The Royal Society établit un lien bénéfique entre l'activité des prédateurs de rongeurs et la densité de nymphes de tiques vectrices d'infections. En s'attaquant aux petits rongeurs, principaux repas des tiques, les fouines et les renards réduisent significativement les risques d'infections de la tique à l'homme. 

En France, en dehors des départements dans lesquels la chasse au renard est prohibée, le renard est victime d'une chasse massive et incompréhensible. Le renard est la cible du piégeage, du déterrage et du tir au fusil tout au long de l'année, et même parfois la nuit ! Un million de renards sont assassinés chaque année en France, souvent dans des conditions atroces quand ils sont piégés ou extraits de leur terrier. Les renards sont même extraits de leur terrier avec une pince, et sont parfois éventrés ou mutilés lors de l'opération, avant d'être tués…

«Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage...»

En tous temps, comme le loup autrefois, le renard est diabolisé. On l'accuse non seulement de dévorer les poules dans les poulaillers, mais aussi d'être un vecteur de la rage. La rage est un virus transmissible à l'homme, par morsure ou griffure ou léchage via la salive des animaux enragés.

Depuis 1945, c'est vrai, le renard roux était un vecteur de la rage. Mais ce que les chasseurs omettent de nous dire (ou ne le savent pas eux-mêmes) c'est que depuis 1986, la vaccination des renards au moyen d'appâts antirabiques disséminés partout a permis de vaincre ce virus en France. La vaccination a été l'unique moyen d''enrayer la rage, la chasse au renard avait été toujours un échec pour tenter de contrôler l'épidémie. En Europe de l'Ouest, la rage chez le renard a donc totalement disparu grâce à la vaccination. La chasse au renard n'est plus justifiée.

Il n'existe plus aucune raison valable de pourchasser le renard en tant que vecteur potentiel de la rage. La chasse au renard est une distraction, un loisir, et non une volonté de régulation efficace.

Le plus grand prédateur nuisible que je connaisse, c'est l'homme. C'est un psychopathe, il tue et massacre pour le plaisir et non par nécessité.

On déplore chaque année en France une centaine d'accidents de chasse, des promeneurs en sont les victimes, et parfois aussi les chasseurs eux-mêmes...



-

Philip Tchelovek

Blogueur scientifique. Présent sur Skõp depuis le 19/03/2016. Articles sous copyright, mais vous pouvez partager les URL librement.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits