Le poinçonneur de Tokyo [Japon]

Monsieur Xi travaille dans le métro de la plus belle ville du monde, c'est son opinion, à Tokyo.

Il aime que tout y soit prévu, ordonné, que la fantaisie ne s'y exprime que dans les spectacles ou à la rigueur dans les “cosplays” des jeunes filles qui se déguisent et jouent un rôle de Mangas ou de personnage de jeux vidéos et qui défilent le dimanche près du pont d'Haradjuku.

Il ne parle pas d'autre langue que le japonais, et ne goûte pas toujours l'attitude des visiteurs étrangers dans son archipel.

Pourtant, hier quand ce touriste français est venu le voir à son guichet, parce qu'il n'avait rien compris au système de carte journalière dans le métro, il a trouvé qu'il était digne d'être écouté même s'il parlait avec les mains, parce qu'il avait un bon sourire et une attitude calme et courtoise. Il lui a remboursé sa mise de départ et lui a fourni le pass dont il avait besoin.

Monsieur Xi aimerait que les gens du reste du monde sachent ainsi tenir leur rang.

Pourtant, ses compatriotes sortant du bureau avec leur costume impeccable, qui vont s'imbiber de bière et d'alcool de riz bon marché dans les bars avant de reprendre le train, ou pour ceux qui n'en sont déjà plus capables, s'écrouler dans des hôtels capsules où un lit tiroir suffira à accueillir leur sommeil éthylique, ne laisse pas de l'étonner.

C'était mieux avant, n'est-ce pas ?

Bien sûr, à son époque, il y avait déjà les Love Hotels, où il allait rejoindre à la pause celle qui est devenue son épouse parce qu'il n'était pas question d'intimité chez lui, où habitaient déjà ses parents. Mais la déprime n'était pas aussi palpable chez ses compatriotes.

La découverte des mensonges en cascade sur l'état des réacteurs à Fukushima, la peur des catastrophes naturelles aux conséquences de plus en plus lourdes sur la vie ébranle la confiance des gens dans ceux qui les gouvernent. D'ailleurs, qui gouverne réellement ?

Le poinçonneur de Tokyo [Japon]


Le poinçonneur de Tokyo [Japon]


Isabelle

Je joue à l'écrivain avec ces articles qui mêlent histoires et images et sont le reflet de mes émotions de voyages : mes RAW-TRIP STORIES. Les textes sont à considérer comme des fictions et, même s’ils sont inspirés par nos rencontres, nos ressentis, toute ressemblance avec une personne existante ou ayant existé ne serait, franchement, que pure coïncidence.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits