Le business de l'eau

Au Texas, les grosses compagnies engrangent tellement de fonds dans le business de l’eau.

La privatisation a commencé en Angleterre avec Thatcher, puis l’introduction de l’eau en bourse a commencé en Australie. Pour certains écologistes, c’est une bonne chose que l’eau soit privatisée, étant donné qu’ils l’achètent pour la réintégrer dans la nature.

Aujourd’hui, il est possible de trader, de vendre, d’acheter de l’eau sans l’utiliser. On spécule sur le nouvel or bleu.

En France, l’eau de Paris a failli être privatisée, par deux multinationales : Suez et Veolia. Puis la régie publique Eau de Paris a été créée le 1er janvier 2009.

L’Europe va-t-elle se baser le modèle américain, où les fermes intensives vont être les seules entreprises agro-alimentaires à pouvoir payer l’eau pour le bétail ? Ici l’eau coûte plus cher que la terre pour les petits exploitants agricoles. Certains sont contraints de vendre leurs vaches.

Dans les grandes entreprises, le métier de « manager de l’eau » voit le jour.

L’eau est utilisée partout, comment peut-on vivre sans elle ? Pour fabriquer nos voitures, faire pousser nos légumes, manger notre bétail, faire fonctionner nos serveurs informatiques…

A l’avenir il est fort possible qu’elle ne soit plus accessible dans les petits villages. Mais que mangerons-nous sans eau ? 

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits