Le bénévolat d’été : une formation « hors les murs » idéale pour les jeunes.

Que faire pendant les grandes vacances ? Vous avez envie de vous sentir utile ? Hélène animatrice au sein d’une maison de retraite du Mans peut vous donner des idées...

Hélène vit une vie à 100 à l’heure au sein de sa petite famille, son compagnon Emmanuel, leurs deux enfants et leur chien Boston – figure incontournable du quartier. Sa vie ne serait pas totalement comblée si elle n’était pas complètement imprégnée par son métier qui est devenu en 11 ans une passion véritable.

En 11 années elle a fait évoluer son poste d’animatrice en maison de retraite. Elle a su mettre en place un réseau de bénévoles qui interviennent auprès des personnes âgées de la maison Bonnière rue de Flore au Mans.

Le bien-être moral chez les pensionnaires

Il y a 11 ans ce n’était pas courant de faire intervenir des bénévoles au sein des maisons de retraite pour assurer une partie de l’animation. « Ce n’était pas forcément même bien vu » ajoute Hélène. Les intervenants devaient forcément avoir des diplômes et faire entrer des inconnus pouvaient induire une sorte de méfiance de la part du personnel médical qualifié.

Le constat était pourtant simple : les pensionnaires avaient besoin de sortir de leur quotidien, or le bien-être psychologique passe par les relations humaines en dehors des soins prodigués et des repas. S’il n’y a pas assez de budget pour accueillir plus de salariés pour répondre à ces besoins, il faut donc s’ouvrir à cette alternative qu’offrent les bénévoles.

La place des bénévoles en maison de retraite

Aujourd’hui France Bénévolat * (une association nationale qui a une antenne au Mans) lui envoie une grosse partie de ses bénévoles. L’autre partie est constitué par des membres de la famille des pensionnaires ou par des retraités en lien avec la maison de retraite. C’est l’ « Association des amis de Bonnière » dont Hélène est la coordinatrice, qui compte environ 70 bénévoles et qui gère les animations et les ateliers offerts aux usagers. L'objectif de l’association est de "développer la convivialité et des liens amicaux avec les résidents". (En savoir plus : http://www.maison-bonniere.fr/)

Hélène passe au préalable deux heures d’entretien avec le ou la future bénévole pour définir son profil, ses capacités d’investissement en temps, ses envies de faire partager et découvrir comment il ou elle pourra intervenir.

Il s’agit bien sûr d’être sérieux dans cette phase de « recrutement ». Le bénévole – s’il ne reçoit pas de rémunération et donc pourrait faire les choses avec un désintérêt progressif - reçoit cependant beaucoup en retour. Et ce n’est pas simplement une vue de l’esprit, qui permettrait à notre conscience de s’arranger trop facilement avec une absence de monétisation du travail. Non, le bénévole apprend beaucoup sur lui-même, sur ces propres capacités.

Ecrire contre Alzheimer, rendre visite, donner des cours de tricots…

Ainsi, les ateliers qu’Hélène structure au sein de la maison Bonnière demandent, par exemple, des rédacteurs pour les patients atteints d’Alzheimer, afin de réunir la mémoire d’une vie. Il y a les cours de tricots. Il y a des « visiteurs » qui apportent du lien social en donnant des nouvelles de la vie à l’extérieur. Au planning qu’elle fixe quotidiennement, une dizaine d’ateliers sont tenus en fonction des possibilités des bénévoles.

Les bénévoles rendent visite à des personnes qui sont en demande. C’est à Hélène d’établir le besoin et de trouver le bon bénévole. Voici une anecdote qu’elle rapporte concernant un jeune bénévole prénommé Simon. Il s’était pris d’affection pour une vieille dame qui n’avait pas eu d’enfant. Il a trouvé auprès d’elle une ouverture d’esprit qu’il n’avait pas lui-même dans sa propre famille. Par une sorte de renversement des rôles, ou plutôt, grâce à cet échange désintéressé « donnant-donnant », elle est devenue sa première confidente !

Puis, celle de Floriane qui s’était tellement impliquée avec une pensionnaire, que les vacances arrivant avec un départ estival programmé, a demandé à sa maman que durant son absence la dame ne reste pas seule. Elle avait pris l’habitude de lui raconter ses voyages et la vieille dame qui n’était jamais partie bien loin, voyageait ainsi par procuration. Sa maman venait donc continuer le lien et lui raconter ce que sa fille vivait à l’étranger !

L’implication des jeunes bénévoles

Le bénévolat des jeunes c’est d’ailleurs ce qui occupe Hélène en ce moment.

Son fils aîné entre dans l’adolescence, sa fille va le suivre bientôt, et son regard sur les enfants, les ados et les futurs adultes rappellent en écho ce qu’elle a vécu plus jeune, alors qu’elle était chef scout à 17 ans. Elle organisait des missions humanitaires. Déjà…

Donner du sens à sa vie, lorsque celle-ci démarre tout juste. Il y a beaucoup d’enjeux, surtout à notre époque, précise-t-elle.

Il est vrai qu’il est tellement facile de s’enfermer avec sa tablette et son smartphone, en pensant que le monde peut se vivre juste en double-cliquant sur des liens.

17, 18 ans c’est peut-être l’âge idéal où l’on peut s’impliquer plus facilement sans avoir ce rapport à l’argent qui structure toute notre vie dès lors que l’on intègre son propre logement, lorsque l’on veut fonder une famille ou toute autre chose qui nous pousse à sortir du cocon familial et à vivre en tant qu’adulte.

Le bénévolat des jeunes peut donc être un moyen de se tester en tant que personne indépendante à la cellule familiale, en dehors du cadre du lycée ou de la fac, Ecole, etc…

Un sondage IFOP réalisé en 2016 pour le compte de France Bénévolat, indique que le bénévolat des 15-35 ans a progressé de 32 % depuis 2010. Aux côtés des chantiers du patrimoine très populaires auprès des étudiants qui permettent souvent de voyager à l’étranger, il y a donc également des engagement, moins prestigieuses peut-être en terme d’exotisme et dans leur domaines d’actions mais qui permettent néanmoins d’apporter un réconfort indéniable à un public de personnes âgées dépendantes par exemple. (Source : Injep)

Ce n’est pas tout, Hélène ajoute qu’il y a même un véritable passeport validé par France Bénévolat sur l’action menée. Si elle est bien menée bien entendu ! Une ligne de plus sur un CV, cela peut faire toute la différence auprès d’un DRH…

Le bénévolat, une ouverture sur le monde d’aujourd’hui

En 2010 le CNRS a établi une lecture de ce qu’attendaient les bénévoles : du plaisir ! « La passion ou le plaisir à travers l’engagement bénévole (…) devient un vecteur indispensable de cette réalisation de soi (…) En un sens, on est passé d’un engagement militant (NDLR hérité du 19ème siècle) à une logique d’épanouissement personnel ». Cela est d’autant plus vrai dans le cadre du bénévolat des jeunes qui vont ainsi rechercher l’acquisition de nouvelles compétences. Compétences transférables au monde du travail. (Source : Cnrs).

Alors peut-être oui, le bénévolat est un état d’esprit, que certains ont depuis l’enfance, comme Hélène et sa famille, pour d’autres ils le découvrent. Pour certains il représente une anti-thèse à ce que la vie moderne nous offre : on travaille pour gagner de l’argent et puis on dépense le temps en loisirs. Il nous confronte donc à ce que signifie pour nous gagner notre vie et plus globalement ce que représente la vie aujourd’hui avec ses manques.

Pour les jeunes, le bénévolat représente une formation « hors les murs », hors système scolaire et hors cadre familial. Une découverte à part entière donc et qui demande d’apprendre d’autres codes, une application au sein de la « vraie » vie.

Je vais laisser la phrase de conclusion à Hélène : « Le bénévolat c’est s’engager dans la société d’aujourd’hui ».

*France Bénévolat : https://www.francebenevolat.org/


Nan Heurley

Un journal publié sur Amazon, (Journal cyclothymique d'une ado attardée), des blogs, des articles sur le web... on dirait bien que l'écriture me tient !

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits