LA VÉRITÉ, elle dérangerait les anges repus de la bêtise

 Qu’il y a-t-il de commun entre un Malraux s’engageant dans les Brigades Internationales, se battant aux côtés des Anarchistes Espagnols contre les forces du mal d’un Franco de roman noir, et les fiottes de la “promotion Voltaire” sortant de l’ENA comme des pets foireux d’un trou du cul bourgeois ?…

(Du même anus aux prurits variqueux, ulcéré, qui s’appropria et détourna la Révolution Française et assassina la Commune).

Hollande et Thiers, même combat.

Qu’il y a-t-il de commun entre un Sartre, un Camus, un Bourdieu et nos soi-disant “nouveaux” philosophes salonnardes faisandés ?…

Aujourd’hui, nous avons un Walls, premier ministre aussi… qui, un jour, défend avec ferveur la cause palestinienne et une fois élu, cautionne, la folie aux yeux, la main sur le cœur, les plus méprisables, les plus oppresseurs, les plus colonisateurs, les plus racistes, les plus meurtriers… - que d’écrire leurs noms de ma main me ferait vomir l’humanité entière ! La ténébreuse histoire palestinienne représente bien ce que nous sommes devenus, habitant(e)s d’une si belle planète perdue, gâchée, divine Gaïa. Depuis près d’un siècle, nous sommes, nous et tous les États de notre planète, les lâches spectateurs soumis à une terreur et à un génocide programmé par une secte économico-politique pseudo religieuse. De la même nature que celle contre laquelle nos parents se sont battus au cours de la deuxième guerre mondiale, pendant qu’elle nous occupait. D’anciennes victimes deviennent de nouveaux bourreaux. God mit un…

La vérité ?… C'est dégueulasse, disait Ferré au siècle dernier. Y avait-il goutée ? Les poètes ignorent qu'ils sont parfois des visionnaires.

Et vous savez ce que ça veut dire “dégueulasse” ? Là, je ne sais pas si c’était le sens que voulut lui donner Ferré… La vérité, elle est dégueulasse parce que nous sommes tous des menteurs !Nous mentons et nous nous mentons ! Nous mentons nos vies.

La vérité, les gens s’en foutent comme de leurs voisins de palier. Ils s’en arrangent, ils se la font. Chacun la sienne. Le débat entre la véracité des informations d’internet et celle des médias officiels est inutile. De toute façon, chacun(e) y picore de part et d’autre le titre qui viendra nourrir son idée déjà toute faite… et puis, à part pour les demeurés, il est de toute évidence que les médias cultivent leur propagande plutôt que d’informer honnêtement.

Le Net fut un espoir insensé. Les paroles, les pensées, les images, enfin libres, pouvaient s’exprimer sur un support inouï, international et immédiat. Des talents crevèrent l’écran, se révélèrent sans passer par les commerçants obligés de la communication (éditeurs, journaux, télévisions). Ce fut un feu d’artifice de modernité, aussi bien dans l’image, la vidéo que dans le texte, les idées et la musique. Et ça l’est toujours malgré tous les scélérats qui le parasitent, tous les espions, tous les escrocs, tous les propagandistes de tous bords, tous les dealers et tous ceux qui mouchardent, traquent et salissent le moindre être subversif qui tente d’enrayer les machines du système et du pouvoir… Ce qui fait que notre ennemi s’est dédoublé. Nous avons également à combattre des malsains de l’intérieur qui portent le masque d’un camarade, et qui ne sont que des agents du pouvoir, conscients ou non…

Quant aux médias dont la vocation est d’être un contre-pouvoir, n’en parlons même pas ! Ils ont suivi la décrépitude de l’époque et servent la soupe de leurs maîtres milliardaires, fascinés par un autre pouvoir bien plus brillant, celui de l’argent et du confort à perpétuité…

La vérité, ce n’est vraiment pas la question. D’ailleurs, nous ne la croirions pas, la vérité. Elle nous aveuglerait autant que leurs mensonges. Nous sommes trop bien formatés à une ignorance qui nous rassure confortablement. Nous fermons les yeux en nous indignant. Vous reprendrez bien un peu de potage ? Snowden et Assange, qui devraient être nos héros, sont encagés et risquent leur vie à tout moment. Et les pouvoirs (politiques, médiatiques, économiques, culturels, religieux) qui dirigent la France dépouillent méthodiquement toutes nos valeurs de leur substance : honnêteté, courage, générosité, honneur, empathie, fraternité, égalité, liberté. La liste est infinie. Me réveillais-je ou cela est-il de toute éternité ? Ou ceux-là sont-ils particulièrement crétins que les dégénérescences et dépravations trop évidentes de leur esprit ne peut être maquillée ?

La vérité, elle dérangerait les anges repus de la bêtise, messieurs-dames.

Notre humanité part peu à peu en lambeaux. Tout ce qui a fait sa grandeur, son courage, sa dignité est dénaturé par cette étrange gouvernance d’un monde qui veut ignorer ses habitants, les soumettre définitivement, voire les éliminer. Qui ramène le siècle des lumières à une ridicule lampe de poche sans piles ! Qui réussit à caricaturer et discréditer toute lutte de classe qui, n’en déplaise aux voyous “socialistes”, est plus que jamais présente ! Ils vont un peu vite en besogne ces liquidateurs du juste combat… Les exploités, les impuissants, les sans-dents ont perdu une bataille, celle d’une “communication” à outrance, menant peu à peu les braves gens travailleurs (ceux et celles qui enrichissent le monde) devant cette fausse et vicieuse évidence que ce sont eux les coupables, trop nombreux, trop pollueurs, trop stupides pour ne pas comprendre l’élite qui les mène vers le bonheur d’un nouvel ordre mondial ! Où, déchirer la chemise d’un voleur, d’un exploiteur est beaucoup plus condamnable que de licencier d’un coup deux milles neuf cent personnes, deux milles neuf cent foyers détruits, deux milles neuf cent couples sur la paille avec leurs enfants crottés, leurs crédits, leurs vies à vivre et à nourrir malgré tout… et leur amour… ??

Certes, ils ont perdu ce baroud là ! Mais ça ne peut pas durer. Au train où vont les choses, l’ultime explosion est imminente… Le masochisme total n’est pas encore au monde… heureusement ! Le peuple va s’ouvrir soudain comme un cratère, péter toutes les canalisations, s’engouffrer par toutes les fenêtres, la grande crue, éclater en mille musiques le silence coupable des exploiteurs, des vendus, des oppresseurs, des menteurs ! Inonder le ciel d’un stunami de colère ! Ils vont chier dans leurs frocs, ces salauds ! Ils la sentent poindre la grosse révolte ! Ils vont rameuter toutes leurs polices, toutes leurs milices qu’ils ont déjà armées secrètement ! Puis l’armée !

Mais, même les flics, même les soldats, si petite soit-elle, ont une conscience. Une conscience qui leur dira, au moment de tirer sur des hommes, des femmes, des enfants de leur sang… mais qu’est-ce que je suis en train de faire ! Je ne vais pas tirer sur mon peuple. Au fond, il n’a rien fait mon peuple ! Il ne fait que réclamer la juste justice ! Quelle argument pourrait donc forcer mon doigt sur la gâchette ?… Aucun ! Je ne suis pas, je ne serai pas un assassin !

Ils poseront leurs armes… et nous irons tous ensemble, d’un pas ferme, virer à coups de pieds au cul tous ces ridicules paltoquets, artisans de nos malheurs.

Et tu crois ça, toi ?… Tu penses qu’ils poseront leurs armes ?… Mais non, il faudra leur arracher ! Quelle conscience ont-ils ?… Ils ont une conscience quand ils assassinent un étudiant en botanique ?… Ils en ont une lorsqu’ils fracassent savoureusement les crânes des manifestants ?… Lorsqu’ils jettent des Algériens dans la Seine ?… Non, ils n’ont foutre rien, ni conscience, ni cervelle. Ce sont juste les bras armés de nos tyranneaux. Nous devrons les violenter ! La vraie révolution passe par la violence ! Tout autre discours est falsification.

Mais malheureusement, je n’ai aucune foi non plus en un peuple qui se lèverait enfin avec l’intelligence, avec la volonté de vivre la vérité et la justice. Pour cela, il faudrait que lui-même soit vrai et juste… Or, il n’est plus qu’un produit dans cette société de consumation lente. Il n’a comme existence que ce qu’il achète avec sa vie vendue au travail. La boucle infernale du consommateur consommé. L’humanité n’est plus. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est elle-même qui l’affirme de mensonges en horreurs, chaque jour.

Et pourtant… pourtant… malgré tout… il y a… il y a…

#NuitDebout

#laFranceInsoumise

#AG34

#ConvergenceDesLuttes

et d’autres… et d’autres…

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits