La théorie de l'évolution selon Darwin

Les premières idées sur l’évolution apparaissent déjà dès l’Antiquité grecque. La première théorie biologique de l’évolution des espèces vivantes fut initiée par Sir Charles Darwin, en 1859, par la publication du livre de Darwin : "De l’origine des espèces par la sélection naturelle".

Darwin passa 5 ans, de 1831 à 1836, à bord du navire britannique Beagle, à faire ses recherches. Il observa des fossiles d’espèces disparues, de l’Australie au Galapagos. C’est au cours de ce voyage qu’il élabora sa théorie scientifique.

Bien qu’ancienne de nos jours, la théorie de Darwin reste la référence en sciences de la vie. Le néodarwinisme en est la forme moderne, après quelques réactualisations au cours du XXe siècle, notamment avec le développement de la génétique.

Mendel fut le premier à découvrir les mécanismes de l’hérédité, puis Watson et Crick ont découvert ensemble la structure moléculaire de l’ADN, le support de l’hérédité, en 1953.

La théorie de l’évolution traite des liens qui unissent tous les êtres vivants. Elle est universelle et ne s’applique pas seulement aux humains, mais à toutes les espèces actuellement existantes ainsi qu'aux espèces disparues.

La sélection naturelle des espèces est la base de la théorie darwiniste. La concurrence vitale entre les espèces entraîne un tri des caractéristiques les plus avantageuses.

Une espèce désigne des individus interféconds (qui peuvent se reproduire entre eux), au patrimoine génétique proche et distinct d’autres groupes.

L’évolution est le fruit du hasard. Elle repose sur l’apparition aléatoire de nouveaux caractères héréditaires. Les hommes et les chimpanzés sont proches parents, ils ne diffèrent entre eux que de 1,3 % génétiquement.

Les organismes individuels n’évoluent pas : ils se reproduisent pour avoir une descendance ou bien ils disparaissent sans postérité. La sélection naturelle affecte bien chaque individu mais les changements s’appliquent à l’échelle d’une population et sur plusieurs générations.

L’évolution n’améliore pas les êtres vivants, puisqu’elle se fait au hasard. Elle ne fait que sélectionner les individus les plus aptes à survivre. Les mutations délétères conduisent à la mort (donc pas de descendance), tandis que les mutations non délétères (donc adaptation au milieu) sont transmis par hérédité.

La théorie de l’évolution permet de construire les lignées généalogiques de toutes les espèces. Cette filiation entre espèces ressemble à un buisson plutôt qu’à un arbre. On parle d’évolution buissonnante, chaque espèce pouvant donner naissance à une multitude de nouvelles espèces.

La théorie de l’évolution ne permet pas de prévoir l’évolution des espèces, car chaque étape évolutive est une surprise et un mystère. Le hasard est le principe de base de la théorie de Darwin. L'évolution des espèces est pareille à une loterie, la roue tourne et on ne sait pas sur quoi on va tomber. Les prédictions futuristes sur l'évolution de l'espèce humaine actuelle, à travers les médias, sont donc complètement fantaisistes.

L’Homo Sapiens n’est pas le sommet de l’évolution, notre espèce n’est qu’une étape de l'évolution. L’idée que l’homme est supérieur, ou distinct du règne animal (selon un point de vue mystique), ou qu’il soit un achèvement n’a aucun sens dans la théorie de l'évolution.

La théorie de l’évolution n’explique pas l’apparition de la vie, malgré notre hypothétique ancêtre LUCA. Elle ne fait que décrire les mécanismes qui permettent le maintien et la pérennité de la vie.

L’évolutionnisme est une des sciences de la vie, et comme science, elle se base sur des faits vérifiables, observables et réfutables, contrairement à une toute autre conception des origine de la vie, et c'est important et utile d'en parler, afin de souligner la nuance : le créationnisme, motivé par des dogmes religieux.

Le créationnisme prétend que la Terre n’est âgée que de 6000 ans seulement, et que toutes les espèces vivantes (actuelles et disparues) ont été créées en 6 jours terrestres par une intelligence transcendante… Les créationnistes ne se basent que sur la Bible qui est, pour eux, la preuve absolue et ultime.

Les créationnistes existent en réaction contre l’athéisme grandissant, tout en se servant du prétexte de la science pour essayer de faire valoir leur doctrine alors qu'en même temps ils rejettent les théories scientifiques et les principes épistémologiques comme la réfutabilité.

Il y a un danger idéologique quand la foi et la science forment ensemble un amalgame.


Voici un extrait d’un rapport d’un comité spécial du Conseil de l’Europe :

  • « La théorie de l’évolution est attaquée par des fondamentalistes religieux qui demandent que les thèses créationnistes soient enseignées dans les écoles européennes parallèlement ou même à la place de cette théorie. D’un point de vue scientifique il n’y a absolument aucun doute que l’évolution est une théorie centrale pour comprendre l’univers de la vie sur Terre.
  • Le créationnisme dans aucune de ses formes, telles que l’«intelligent design», n’est pas basé sur des faits, n’utilise pas de raisonnement scientifique et son contenu est désespérément inadapté aux classes scientifiques.
  • L’Assemblée invite les instances éducatives dans les États membres à promouvoir la connaissance scientifique et l’enseignement de l’évolution et à s’opposer fermement à toutes les tentatives de présentation du créationnisme en tant que discipline scientifique. »



© 2016 Philip Tchelovek

  • Est définie comme contrefaçon toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d'une œuvre de l'esprit en violation des droits de l'auteur, tels qu'ils sont définis et réglementés par la loi (Code de la Propriété Intellectuelle, art. L. 335-3). La violation des droits d’auteurs est constitutive du délit de contrefaçon puni d’une peine de 300 000 euros d’amende et de 3 ans d’emprisonnement (CPI, art. L. 335-2 s.).

Philip Tchelovek

Blogueur scientifique. Présent sur Skõp depuis le 19/03/2016. Articles sous copyright, mais vous pouvez partager les URL librement.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits