La parole de Séverine Mayer

La parole de Séverine est une histoire vraie. Il s'agit de la vie de l'auteure, qu'elle nous livre à cœur ouvert. Cette histoire poignante retrace la vie de Séverine depuis son enfance. Elle raconte ce que celui qu'elle devait appeler "papa" lui à fait vivre. 


Un livre différent de ceux sur le même thème

J'ai lu de nombreux livres sur l'inceste et le viol car je trouve qu'il est important de connaître leur ressenti et de savoir comment on pourrait aider ces victimes. Si elles parlent, c'est aussi pour être écoutée et entendue. Tous ces livres commencent généralement à l'enfance et se termine lorsque la victime devient adulte. Ces livres détaillent tout ce que les victimes ont vécus. Séverine Mayer, quant à elle, s'y prend différemment pour amener le sujet. Elle donne quelques détails sur les faits physiques mais elle se concentre essentiellement sur le côté mental. Sur toutes les émotions ressenties : la terreur, la honte, la culpabilité, la colère, la douleur, la résignation, le mensonge, la confiance, le déni. Comment réussir à aimer après avoir été abusée ? Comment avoir des rapports sexuels après cela ? Comment réussir à créer des liens avec les autres ? 


Son bourreau, son seul modèle

Abandonnée à la naissance par son père, il ne lui restait plus que sa mère et son beau-père qu'elle devait appeler "papa". Sa mère n'était pas vraiment présente et n'avait pas d'instinct maternel. Ainsi, quand il lui dit qu'elle devait obéir et garder ce qu'il faisait secret sinon elle serait jetée à la poubelle et que sa maman ne l'aimerait plus, elle l'a cru. C'était à la fois son bourreau et son seul modèle masculin, le parent le plus présent. Comment comprendre quand on a que quatre ans ? Comment prendre conscience de l'importance de ces actes ? 


Un livre émouvant

Ce livre nous transmet beaucoup d'émotions à nous aussi. La tristesse de se dire qu'une enfant a vécu tant d'actes de cruautés sans avoir reçu d'aide. La colère aussi, l'envie de se retrouver en face de ce bourreau et de défendre l'enfant qu'elle était. La colère contre ceux qui l'ont entouré et qui n'ont rien su voir d'abord, pas su l'aider ensuite et ont préféré la laisser seule face à son terrible sort. La joie de se dire que malgré tout, malgré les démons et les cauchemars qui sont forcément toujours présents car on n'oublie jamais, elle a pu se construire un avenir, une nouvelle vie. 


Le titre est "la parole" parce qu'il est important de parler, de mettre des mots sur des maux pour pouvoir avancer.

Marjorie Bridel

Je m'appelle Marjorie et je suis âgée de 22 ans. J'ai commencé la lecture et l'écriture très jeune. Mon premier roman a été publié en 2012. Depuis novembre 2019, je suis correspondante de presse locale pour le Dauphiné Libéré.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits