LA PARALYSIE DU SOMMEIL Voilà un phénomène qui soulève beaucoup d'interrogations!

La paralysie du sommeil est une parasomnie, un trouble du sommeil au même titre que le somnambulisme, les terreurs nocturnes, les éveils confusionnels etc... Mais voilà qu'elle n'est pas connue du grand public, rares sont les personnes qui en ont entendu parler. Et pourtant, près de 8% de la population en est "victime" et environ 5 à 40% de la population sera touchée par ce trouble au moins une fois dans sa vie.

De quoi s'agit il exactement?

Dans la majorité des cas, la paralysie du sommeil survient lors de l'endormissement (paralysie hypnagonique) ou lors de l'éveil (paralysie hypnopompique), parfois même lorsque la personne fait une sieste. On qualifie cela d'une sortie trop rapide de la phase de sommeil paradoxal (profond), lorsque le sujet rêve. Elle dure de quelques secondes à plusieurs minutes, mais semble durer une éternité pour celui qui le vit.

Au moment ou l'on rêve lors de l'entrée en sommeil paradoxal, afin d'éviter de "vivre" nos rêves physiquement et de se retrouver en train de danser nu au milieu d'un congres présidentiel ou encore de frapper de toutes nos forces le mur de la chambre croyant avoir en face de nous notre patron ou cadre supérieur , le cerveau bloque nos muscles (atonie musculaire) et cela se termine en fin de phase. Seul notre esprit et notre inconscient s'expriment, parfois de façon drôle, combien d'entre nous se sont réveillés avec un fou rire, ou une chanson dans la tête et parfois de façon plus violente (cauchemars).

Que se passe t il?

Lors de cette phase de sommeil paradoxal, le sujet, qui est en plein rêve, se réveille. Du moins sont cerveau est réveillé, il a totalement conscience de ce qui l'entoure, du lieu ou il se trouve, qui il est, de la date du jour, en deux mots, il est lucide et conscient.

C'est ce qui est terrifiant dans cette "expérience", car il est important de considérer ceci comme une expérience dès que nous avons été informés sur ce trouble et que nous en comprenons le processus. Malgré le fait que le sujet est entièrement réveillé, il ne peut bouger ne serait ce que le petit doigt, ne peux crier, même si son cerveau lui dit de crier, de parler de bouger, seuls les yeux sont en mouvement. Dans la plupart des cas, ce phénomène s'accompagne d'hallucinations visuelles et acoustico-verbales (HAV), de sensations cénesthésiques ( impression d'être touché). La personne sent une présence maléfique, une entité qui est là, près d'elle voire sur elle, qui tente de l'étouffer. D'où des difficultés à respirer, souffle court, dyspnée. Les "victimes" voit "réellement", du fait d'être conscientes, l'entité, l'ombre, parfois ils entendent leur nuque qui craque, des claquements dans la tête, des acouphènes. C'est ce qui fait que cette parasomnie est sans doute bien peu connue, car, de peur de passer pour folles, les personnes n'en parlent pas. Il est toutefois nécessaire de dire et /ou de rappeler que cela ne relève absolument pas d'une quelconque pathologie psychiatrique, mais bien d'un trouble du sommeil. 

Le sujet le vit totalement, la terreur s'invite, l'effroi, l'angoisse qui peut, lorsque l'on est pas au fait du trouble, avoir des conséquences sur le déroulement de la journée pour certains, et évidemment sur la nuit au moment du couché. Grand nombre d'entre eux sont dans une conduite d'évitement, c'est à dire qu'ils reculent l'heure du couché, parfois refusent de dormir. Et c'est cela qui est néfaste pour la santé. Car, ce trouble est en fait bénin.  Et il existe depuis la nuit des temps. Des recherches ont montré que près d'une centaine de cultures parlent de la paralysie du sommeil: à TERRE NEUVE, ils parlent de Hold Hag " la vieille sorcière", au JAPON de " Kanashibari" au NIGERIA de "Diable sur le dos" etc... Guy de Maupassant lui même décrit ce qu'il a vécu dans le "HORLA" .

Des facteurs favorisants et des traitements

Bien que la paralysie du sommeil ne relève absolument pas d'une pathologie psychiatrique, il existe des facteurs favorisants dans la majeure partie des cas.

Tout d'abord, les médecins spécialistes du sommeil ont longtemps associé ce trouble à la narcolepsie, cette dernière étant un symptôme de la paralysie du sommeil. Mais, bien que la narcolepsie soit un trouble à part entière, un grand nombre de patients narcoleptiques sont sujets à la paralysie du sommeil. Ce qui n'est pas le cas à l'inverse. La paralysie est donc désormais une parasomnie bien distincte.

Les facteurs favorisants celle ci sont variés: Il est constaté que le stress, les horaires décalés (travailler en trois 8), la fatigue intense, PTSD (trouble post traumatique), mais aussi certaines pathologies comme le trouble bipolaire, la dépression, trouble anxieux...Mais dans la majeure partie, elle survient indépendamment de tout cela. Il a été démontré de même que la prise de toxique jouerait son rôle. 

Le seul moyen de palier à ce trouble dans un premier temps est de pouvoir gérer son temps de sommeil, se rassurer lorsqu'il survient en se raisonnant car nous savons, maintenant que cela n'est qu'une mauvaise blague de notre cerveau qui a décidé de se réveiller avant de réveiller notre corps!! Pour les cas les plus invalidants et réguliers, il existe des traitements. Dans ce cas, mieux vaut consulter un spécialiste.


Deux petites illustrations de la paralysie du sommeil avec la BO du film "MARA" et "SLUMBER"

https://youtu.be/_wtXpyT_Aow 

https://youtu.be/cyx43JBsC8Y

Pour ceux qui sont intéressés voici le lien du DVD dans la rubrique " produits Amazon"

A bientôt ;-)

phinette






 

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits