La fille de Kali - Céline Denjean

La fille de kali – Céline Denjean

Éditions Marabout

La fille de Kali - Céline Denjean

Je t’explique.

Céline, elle m’a envoyé son roman, avec une gentille dédicace pour que j’écrive ce que j’en pense. Elle a pas peur, parce que des fois, je suis pas gentil.

Mais bon.

Elle a pas peur.

Alors voilà.

Kali, tu la connais, toi aussi. C’est la nana qu’a des bras en pagaille, un collier de nouilles autour du cou (mais ce sont pas des nouilles), et qui tient la tête d’un mec par les cheveux.

Tu vois le genre ?

C’est pour te donner une idée du point de départ.

Dans le livre, il y a Éloïse. Elle est gendarme. Capitaine de gendarmerie. Pas les mêmes que dans les films de De Funes.

Rien à voir.

Le pitch, vite fait, c’est sur la quatrième de couv.

Toulouse : Éloïse Bouquet, de la Section de Recherches de la Gendarmerie, découvre Maurice Desbals, un ingénieur a priori sans histoire, dont le corps décapité a fait l’objet d’une macabre mise en scène : sur le mur, un svastika tracé avec le sang de la victime et, au pied du lit, un tas de piécettes et des pétales de fleurs faisant penser à une offrande. La tête du défunt, quant à elle, demeure introuvable…

Vengeance, règlement de comptes, acte de barbarie à connotation sectaire ?

Alors que l’enquête peine à démarrer, un meurtre identique est perpétré un mois plus tard à quelques kilomètres de la ville rose. Le spectre redouté d’une tueuse en série s’inspirant de la déesse Kali se matérialise alors…

Voilà.

Le genre de meurtres qui laisse rêveur même les auteurs de romans policiers.

Héloïse veut s’occuper de l’enquête. Le moyen pour elle de faire ses preuves dans ce monde de mecs.

Après, je t’explique, parce qu’il y a plein de choses dans ce roman.

D’autres personnages, que j’ai bien aimé, notamment le détective privé. J’aime bien les privés. Ça me rappelle mes premières lectures de la Série Noire quand j’étais petit. Celui-ci est particulièrement réussi. Il s’appelle Chang.

Puis il y a Amanda. Elle est journaliste. Tu verras.

Plusieurs points de vue, plusieurs vies, et toutes qui s’imbriquent, se rejoignent, et s’éloignent, puis se rejoignent encore.

Céline, elle te promène, et elle te promène bien.

Chacun des chapitres est bref. Deux ou trois pages, en général, ce qui t’invite à tourner les suivantes, parce que tu veux savoir.

T’es en train de comprendre que je me suis régalé ?

Ouep.

Je me suis régalé.

Et pourtant, je l’ai dit, déjà, les policiers, c’est pas mon truc. Moi, j’aime le noir qui tache.

Eh ben là, j’ai aimé. J’ai aimé parce qu’il y a l’enquête, mais pas que.

Je t’explique.

Kali, quand t’es né en Inde, tu te poses pas de questions.

Elle est.

Elle est dogmatiquement.

Tu la connais depuis que t’es gosse.

L’hindouisme, c’est pareil.

C’est dogmatique.

Pas de questions à se poser.

En Inde, devenir la fille de Kali est un aboutissement, pas une déviation pathologique.

Pas en France.

Dans ce roman, petit à petit, tu prends conscience, en écoutant les souvenirs de la petite fille qui te raconte, qu’elle n’a pas eu le choix. Que le déterminisme lié à son enfance, et surtout à son milieu social, ne lui a pas permis d’être une autre que ce qu’elle est aujourd’hui.

Ça, c’est putain de bien fait.

Puis, en filigrane, la difficulté d’être une femme dans une profession de mecs.

Ça, ça devrait plaire à Maud Mayeras.

Capitaine de gendarmerie, t’as des mecs juste en dessous de toi. Faut les diriger. Leur faire faire des trucs. Leur expliquer que t’es une gonzesse, mais que ça t’empêche pas d’être compétente. Et tu sais comme moi que dans toutes les professions, on en est encore là. Quand t’es une nana, tu dois faire tes preuves.

C’est pénible.

Elle te le met pas dans la gueule, Céline. Juste elle te rappelle, en douceur, qu’on en a pas encore fini avec le sexisme.

C’est bien fait.

Je vais pas m’étendre, mais franchement, va le chercher chez ton libraire.

Elle écrit bien.

Vraiment bien.

http://www.leslivresdelie.org


Nicolas Elie

J'écris, je lis, puis j'écris...

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits