La Calypso bientôt restaurée

La Calypso, navire-amiral des expéditions du commandant Jacques-Yves Cousteau, un dragueur de mines datant de 1942, acheté en 1950 et quasi abandonné depuis 2009, sera rénovée en Turquie.

Le premier voyage de la Calypso eut lieu en 1951 sur la mer Rouge. Le navire de 42 mètres de long et de 360 tonnes, était propulsé par 2 moteurs diesels de 600 chevaux, et sa vitesse maximum était de 13 nœuds.

Il a été aménagé ensuite pour permettre de réaliser films et plongées. Il pouvait emporter un petit hélicoptère et une soucoupe plongeante. Il est présent sur les premiers films sous-marins de Jacques-Yves Cousteau. Le film Le Monde du silence est palme d’or à Cannes (Alpes-Maritimes) en 1956.

Coulé en 1996 à Singapour

Devenu une célébrité mondiale, le commandant Cousteau, à chaque expédition, donne des conférences de presse sur la Calypso, emmène des équipes de tournage. Le navire fait partie de la légende pendant quarante ans. En 1985, il est flanqué d’une Calypso 2 à propulsion éolienne (turbovoile à effet Magnus), l’Alcyone. Mais en 1996, la Calypso coule dans le port de Singapour.

Le commandant meurt l’année suivante… Suit une série de chamailleries sur l’héritage intellectuel et patrimonial. Le bateau est ramené à Concarneau (Finistère) en 2007. Une restauration commence mais un différend sur le coût la stoppe en 2009.

Construction en bois

Un chantier naval turc reprendra cette tâche, « un spécialiste à Istanbul qui est associé à une société américaine », a annoncé l’association l’Equipe Cousteau, présidée par Francine Cousteau, veuve de l’océanographe au Monde. Pourquoi là-bas ? Parce que c’est là que «l’on peut encore trouver la technologie traditionnelle des constructions navales en bois ». L’ex chasseur de mines a en effet une coque en bois.

La rénovation de la Calypso durera deux ans et coûtera 10 millions d’euros, financés grâce à des mécènes, selon la Cousteau Society. Le bateau a été embarqué le lundi 14 mars sur un cargo turc, au départ de Concarneau (Finistère), en présence d’une centaine de personnes.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits