L'internationale (premier jet)

Un réveil difficile, une incompréhension.

Liberté libéralisée. La chute d'un empire,

Je n'aurais jamais cru en avoir l'appréhension.

Choisir en âme et conscience le pire.


Après la mode du moindre mal.

C'est l'adulation de la stupidité.

La vulgarité sous une diarrhée verbale

Est donc victorieuse face à la rationalité.


Quelle surprise, suis je devenu si naïf?

Pour espérer à l'humanité une réflexion?

Que la vie, le monde soit attractif.

Et non pas ces papiers verts de corruption.


A croire que la tourbière attire, enlise.

La putréfaction de ce monde malade

s'expulse, jailli, geyser qu'ils élisent.

Violence innommable en escalade.


As-tu vraiment cru toi pauvre chomeur,

Modeste du bas peuple, simple plébéien.

As-tu vraiment cru en son labeur?

Qu'il te voit? Ressemble? Il n'en est rien.


Et toi qui te dis de l'élite, l'intellectuel.

Toi le riche, le créationniste, à cet âge?

L'intelligence n'existe ni dans le cruel,

Ni dans le vulgaire, mais dans le partage.


Alors reste bien enfoui dans ton ego.

Sors de ce monde que tu délaisses,

Puisqu'il ne t'importe. Aux hommes égaux

Voulez vous encore tourner le dos aux bassesses?


Quand à toi, président élu, roi sans couronne,

Tu ressembles plutôt au fou ayant perdu sa cour.

Oui toi Bouffon moderne, je t'en pris fanfaronne

Héraut de la médiocrité du haut de ta tour.


Ce monde arriéré, politisé, régalien.

Miasme archaïque corrompu depuis des éons.

Retour arrière aux droits antédiluviens

Voici donc la promesse, votre bourgeon?


Lorsqu'un continent se meurt voici

A quoi pense le géant "américain".

Géant de par ses dents, non par empathie.

Je pleure pour toi, mon continent américain.


L'aigle est tombé mais il n'est que conséquence.

Prémisse du déclin d'un monde fou en apothéose.

Alors pour ceux qui craignent la démence.

D'une nouvelle guerre, oui je vous assure, j'ose

Dire qu'elle sera assurément bénéfique

Et vous rappelle que la guerre est permanente

Même si nous nantis, ne la voyons que théorique

Le monde se meurt, l'humanité est démente.


Alors je vous demande ce que l'on peut faire?

Contre les extrêmes qui montent.

Contre les électeurs qui les élisent.

Alors je vous demande ce que l'on peut faire?

Contre nos frères, nos sœurs et nos hontes

Contre notre race, contre la connerie admise.


Ce jour là comme tant d'autres de par le monde.

Ce fut la victoire de l'homophobie

Ce fut la victoire de la xénophobie

Ce fut la victoire de la misogynie

Ce fut la victoire de la démagogie

Ce fut la victoire de la terreur

Ce fut la victoire de la lourdeur

Ce fut la victoire de la barbarie

Ce fut la victoire de l'escroquerie

Ce fut la victoire de l'oligarchie

Ce fut la victoire de l'idiocratie

Ce jour là comme tant d'autres de par le monde...

Xaman

Un jour poète, une nuit musicien. Un jour écrivain, une nuit esthète. Un jour artiste, une nuit à jouer. Un jour kiné, une nuit anarchiste.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits