L'inexplicable affaire Snippy, les extra-terrestres sur le banc des accusés

Les années 70 sont arrivées comme un grand coup de pied dans les parties les plus intimes du rêve américain. La destitution d'un président, l'apogée du mouvement hippie, une défaite cinglante au Viêt Nam et le premier choc pétrolier sonnent une période où l'on ne croit plus en rien, mais où l'on peut croire en tout. 

C'est dans ce décor que petit à petit, une rumeur selon laquelle certaines forces extra-terrestres s'amuseraient à mutiler du bétail s'est répandue dans tout le pays. Aujourd'hui encore, l'image de vaches maltraitées, ou pire, enlevées par des aliens est bien imprimée dans l'imaginaire collectif. Publicités, livres et sites Internet ne manquent pas pour parler de ce phénomène étrange qui a commencé chez une famille de fermiers du Colorado.

1969, les années 70 ne sont pas encore là mais un vent de liberté souffle déjà sur toute la nation. Nous sommes au début du mois de septembre, au beau milieu d'une propriété agricole, non loin d'Alamosa, Colorado. Il fait encore chaud et sec lorsque Agnes King, et son fils Harry découvrent avec horreur le corps mutilé de Lady, leur jument, alors âgée de trois ans. La tête et le cou de l'animal ont été écorchés et son buste présente de nombreuses trace d'incisions précises, presque chirurgicales. Selon les mots du petit Harry, une odeur médicamenteuse se dégage de la scène du crime et plus étrange encore, aucune trace de sang n'est retrouvée, ni sur la dépouille, ni aux alentours. 

Rapidement, la presse locale s'empare de l'affaire. Plus connue sous le nom de "L'affaire Snippy" (les premiers journalistes à s'y être intéressé ayant commis une erreur sur le nom de la bête) cet étrange évènement passionne et se propage bientôt dans tout le pays. Il faut dire que la famille King est loin d'être la seule à avoir connu tel malheur. Rien que pour l'état du Colorado, 130 autres cas ont été recensés par le sénateur démocrate Floyd K. Haskhell qui décida en 1975 d'interpeller le FBI, afin qu'une enquête sérieuse soit ouverte.

Dans la majorité des cas, on retrouve le bétail sans ses globes oculaires, sa langue ou encore ses parties génitales. Mais c'est l'absence de sang qui frappe. Comment quelqu'un ou quelque chose aurait pu mutiler un animal avec autant de précision et d'acharnement sans laisser la moindre trace. Plus déconcertant encore, concernant l'affaire Snippy, aucune trace de pas n'a été retrouvée dans les 30 mètres à la ronde. Même les traces de sabots de l'animal semblent avoir été effacées.

L'enquête officielle et les nombreuses autopsies réalisées ne mèneront nulle part. Les scientifiques auront beau multiplier les hypothèses : déshydratation, attaque de parasites, incisions post-mortem... aucune ne semble assez irrécusable pour pouvoir clore cette affaire. L'inefficacité des investigations finira même par se retourner contre le gouvernement américain et l'armée, soupçonnés de mener des expériences secrètes sur le bétail, dans le but d'élaborer des armes chimiques utilisées sur le front, au Viêt Nam.

La thèse de la cruauté humaine envers les animaux nous mène aussi dans les bas fonds de l'ésotérisme. Les organes et le sang disparus ont t-ils été utilisés pour des rituels sataniques ? En 1978, le révérend Jim Jones se donna la mort aux côtés des 908 adeptes du Temple du peuple, une secte d'inspiration protestante qui avait établi une communauté agricole au coeur de la forêt guyanaise, à Jonestown. Ville qui restera tristement gravée dans les mémoires pour avoir donné son nom à l'un des massacres les plus sordides du XXème siècle. Si un tel suicide collectif est concevable, alors il est tout à fait possible que certains illuminés aient été mutilé rigoureusement le bétail de pauvres fermiers du Colorado, un soir d'hystérie. 

Mais aucune preuve ne permet à ce jour d'incriminer de groupes religieux ou quelconque intervention humaine.

De quoi alimenter les plus folles rumeurs. Il ne faut pas oublier que nous sommes en plein milieu des années 70, la science-fiction connaît alors un franc succès chez les américains. Quelques années auparavant, 60 millions d'entre-eux se sont déplacés dans les salles obscures pour aller voir le désormais culte 2001 : L'Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick et la série Star Trek est diffusée sur NBC depuis 1966. Rapidement, la thèse d'une intervention extra-terrestre est invoquée. Si l'ont peu aisément remettre en question l'authenticité de ces témoignages, certains affirment avoir retrouvé des buissons aplatis aux alentours ainsi que de petites empreintes formant des trous étonnamment similaires, gaufrés sur le sol des propriétés bouleversées par ces incidents. D'autres fermiers, issus du Nebraska cette fois-ci, déclarent avoir vu une mystérieuse lueur verte émanant du ciel le soir où leurs vaches ont été mutilées.

Le phénomène serait dû à de simples manifestations neurologiques. Face à un problème insolvable, notre cerveau, qui déteste les vides, serait capable d'inventer ses propres réponses. Au diable notre morose réalité désenchantée et son trop plein de rationalité, il faut vendre. De nombreux journalistes de l'époque se sont donc mués romanciers pour déguiser ces sombres faits-divers en bonnes pages de feuilleton SF. Et si le mystère de ces mutilations de bétail intrigue toujours, c'est qu'il est resté intact. Pour le bien de la narration ? 

















Lucas Aubry

Etudiant en communication avec pour ambition de faire de l'écriture son métier /    Utilise Skõp comme une source de culture mais aussi comme un terrain d'entraînement à la rédaction d'articles / Si intéressé par mon profil, possibilité de me contacter par Facebook ; LinkedIn ; et par mail : lucas.aubry@gmail.com

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits