L’esprit Champagne, entre douceur et frivolité

Le silence s’établissait timidement en allant, laissant aux champs le temps de la sérénité. Les saisons amoureuses se languissaient des vendanges, elles murmuraient souvent sous des vents légers qui caressaient effrontés les franges, portant la bonne parole de la coupe aux anges. Vitalie s’avançait séance tenante, faisant en chemin glisser ses doigts lisses sur la peau des grains de raisins, elle s’était dit moult fois qu’elle marquait ses pas d’un peu de sa foi, « Il fallait vraiment que j’ai perdu la raison, pour me prendre pour la dame de mes vignes ! Mais on n’est jamais trop Champagne ! ». Elle avait en sacristie ses lettres de noblesse à la façon de madame de Sévigné, et le roman s’écrivait sans peur et sang d’encre, juste des pensées nacrées qui illuminait son âme qui dansait sous les bulles éclatées. Elle n’était pas un petit soldat à la solde de la médiocrité, elle défendait cœur et ongles l’histoire d’une famille à la passion exacerbée. Déjà enfant elle goutait avec malice à tous les secrets des défis, elle partait l’esprit Taittinger en croyant pouvoir tout affronter, souriant à l’espièglerie, même si avec défiance elle se souvenait de la souffrance. Elle se levait chaque jour scrutant au travers de son miroir le reflet de ses promesses, « Je me sens telle une Alice, je bois mon Champagne dans un calice, et le monde devient sous mes yeux un peu plus malicieux ». Elle apprivoisait le temps sans retenue, parfois avec un peu d’avance, les heures des jours heureux empreints de vitalité se patinaient auprès du rare et du précieux. Sans contresens à ne rien faire de l’urgence, elle réparait des poupées de porcelaine qui s’étaient brisées dans la tourmente des erreurs annoncées. Elle s’endormait au bonheur apaisé le long des coteaux en aval, Rimbaud venait lui récitait en haillons d’argent des vers verts ardents qui emportait ses rêves sur des rivières où il pleuvait des parfums. Solennelle entre prières et candide Pimprenelle, elle disait tout en haut de sa nature en bonté, « Si tu savais ô ma Champagne Taittinger, combien je te tiens à en perdre la prunelle de mes yeux ! ». Vitalie saisit soudain une cuvée de prestige à sabrer sans modération, elle sortit de sa réserve, « Si tu désespères de l’amour, si tu désespères de la vie, bois à plus soif le nectar des beaux jours, il y aura pour toi l’aurore pétillante qui coulera sur du velours ». La campagne muselée écoutait juste le moment d’un, « Soyons fous et charmeurs ! », le monde devenait sans apesanteur. Le cristal sur l’oreiller, la nuit blanche s’effaçait sur les ardoises des chagrins oubliés, les promesses éphémères encore à séduire les chimères, le réveil au coin du jour sur un, « Flute ! J’ai encore rêvé ! ». Le clocher en girouette encore secoué sonnait l’instant Taittinger, il était déjà minois sur les treilles, Vitalie se pencha sur sa vie en se disant, « Chaque jour ici bas je m’émerveille ».

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits