"Ici, on est dans une carte postale"

Loin des dédales des Cyclades et de la cohorte de la mégapole Rhodes. Sur la route de Kos, Patmos, Symi. Quelque part dans le Dodėcanèse, face à la Turquie et non loin de ses côtes : Kalymnos. Littéralement, l'île du bel hymne. Autrefois l'île des pêcheurs d’éponges. Aujourd’hui, celle qui fait le bonheur des grimpeurs.

Régine et Bernard viennent de Lille. Ils ont découvert la petite station balnéaire de Kantouni par hasard. Un jour, en voyage dans le Dodėcanèse. Voilà le début de leur histoire avec cette île. La suite se compte sur les doigts d’une main : cinq visites en trois ans, à raison de deux fois par saison. L’accueil de Niki Koletti, kalymiote francophile et le cadre naturel de la baie bienveillante y sont pour beaucoup. Pour ses clients, qui deviennent si souvent ses amis, “elle ne se plie pas en quatre mais en huit”, confie Régine. Dans un français impeccable, ce personnage haut en couleurs narre l’histoire de son île comme de son pays avec une passion vite contagieuse pour qui est un peu curieux. Pédagogue, elle aime rappeler les correspondances entre les langues et leur origine commune… le grec. Évidemment ! Avec son énergie incroyable, l’ancienne prof de français fait tourner dix studios tout équipés, baptisés : Liogerma. Traduire : couché de soleil. La vue depuis la terrasse et les balcons s’ouvrant sur la montagne comme sur la mer est en effet à couper le souffle, particulièrement quand le char d’Hélios y achève sa course. Le fond sonore ? Celui du ressac qui berce les chaudes nuits d'été. Côté panorama : “il n’y a rien à dire, avoue Régine. Le paysage de carte postale ici, on est dedans !” Tout simplement.

"Ici, on est dans une carte postale"
Lever de soleil sur le chemin d'Holy Fortis

Parce que “tout paysage est un état d’âme”

Sur la belle et longue plage de sable brun, bordėe d’un monastère et d’une chapelle accrochés à la roche, que des Grecs. “C’est très familial. Tout le monde se connaît. Se salue.” La lilloise aime aussi l’ambiance de cette île dont elle estime qu’elle ne vit pas que du tourisme. A la question : qu'est ce que vous venez faire ici ? Elle répond “rien ! On ne vient que pour être bien. Pourtant je me lève aussi tôt que quand je travaille. On prend le rythme grec avec la sieste, toujours bienvenue” Le côté thalasso dans les eaux chaudes et cristallines de Kantouni plaît aussi à Catherine. La parisienne apprécie l’endroit pour sa diversité : ses plages, ses montagnes, ses grottes ou fjords. “Ici l'âme est différente : à la fois accueillante à la grecque et parfois rude, comme peuvent l'être parfois les insulaires”. Son impressionnant relief montagneux fait aussi le bonheur des grimpeurs. Lorsqu’un scooter est garė sur le bas côté, il suffit de lever le nez pour apercevoir son propriétaire parti à l’assaut d’une abrupte paroi. Où que porte son regard, ici à Kalymnos, la séduction opère toujours sans peine. Parce que “tout paysage est un état d’âme…”

Anne LOCQUENEAUX

Journaliste de profession, l'écriture a toujours été la force qui me meut, comme le jeu avec les mots et l'émotion. Adepte des exercices de style, je connais aussi Paris comme ma poche et comme personne. De l'île de la Réunion à l'île-de-France, “Diversité, c'est ma devise”. Et parce que la proximité, ça me plaît, je me suis fixée comme mission passion l'exploration de ce terrain de jeu géant qu'est le monde avec Vous, ô frères humains.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits