Happy end à grande vitesse

300 à l’heure. 500 personnes sans personne. Des silhouettes, des corps droits ou recroquevillés, qui vont plus vite que jamais. Une voiture 14 prête à déborder comme jamais. Des sourires, des frôlements, des esquives, des hésitations, des tâtonnements. Derrière le rideau de fer, la lumière. Le fracas maîtrisé de l’installation est perceptible. Les papilles s’agitent sur le bout de la langue des habitants momentanés du bar à grande vitesse, sans que ces appendices habiles ne puissent se résoudre à laisser échapper un « bonsoir ». Les yeux rivés sur ce rideau de fer et cette fille aux iris verts, les yeux plantés dans un mur métallique, sorte de portail opaque du jardin d’Eden, qui masque encore les hypothétiques paquets de sucreries et autres « délices salés » qui coûteront à la fille aux yeux verts, la moitié de son salaire.

300 à l’heure. 500 personnes sans personne. Les néons me violent la rétine. La moquette orange des sièges me fait l’effet d’un coup de sonnette au réveil après une nuit sans nuit. Le ver luisant de métal vrombit. Mon voisin aux jambes de douze kilomètres entreprend de zig-zagger pour éviter de me faire du pied. Le ballet malaisé pourrait être chorégraphié par un simple « Excusez-moi, je peux passer la somme de mes fémurs, mes tibias, mes péronés, entre les semelles de vos chaussures délacées »… Mais non. Parce que parler, parler simplement, échanger, échanger vraiment est semble-t-il devenu très compliqué. Pourquoi ?

Parce que nous sommes si différents ? Parce qu’il est risqué de prendre un risque ? Parce que le ridicule finit par tuer finalement ? Quel enfoiré, il nous a bien baisé en avançant masqué toutes ces années.

300 à l’heure. Pas d’horizon. Pas de frisson. Pas de saison. Pas de raison. Plein d’envies, mais aucune raison. Est-ce que demain agira comme un décodeur ? Est-ce que ce rideau de fer va enfin s’ouvrir et nous engloutir ? Est-ce que ce gamin de 18 ans qui tient son billet de 10 euros comme si c’était son dernier ticket de manège sourira quand il aura offert un thé à la fille aux yeux verts ? Est-ce que quelqu’un va enfin dire bonsoir du bout de la langue ? À 300 à l’heure. Le rideau s’ouvre. Happy end. 

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits