Hépatite C : un médicament trop cher

Un congrès sur l'hépatite C a eu lieu mi janvier à Paris. La maladie pourrait être éradiquée si le médicament découvert en 2014 n'était pas vendu 600 € le comprimé.

Les 11 et 12 janvier 2016 s'est tenu au palais des Congrès, à Paris, une conférence internationale sur l'hépatite. On y a traité des hépatites B, C, de l'interféron, des transplantations de foie et des coinfections avec le virus du sida... 

Le cachet d'Harvoni

Paradoxalement, le problème du moment est la solution : un nouveau traitement qui permet de soigner l'hépatite C (170.000 à 300.000 personnes infectées en France) en huit à douze semaines. Il s'agit du Sovaldi (la molécule est le sofosbufir) ou du plus récent Harvoni (sévipasvir + sofosbufir). Le laboratoire américain Gilead, qui le produit, le vend 41.000 € pour douze semaines. Encore a-t-il fallu un accord en novembre 2014 avec la Sécurité sociale.

L'infection par le virus de l'hépatite C provoque à moyen ou long terme une fibrose du foie qui s'achève sur une cirrhose ou un cancer. Jusqu'en 2014, on soignait par la ribavirine et l'interféron qui donnait des résultats mais au prix d'effets secondaires lourds, épuisement, diarrhées, etc. Le médicament de Gilead a été une révolution.

"Une pilule par jour, pas d'interféron, pas de ribavirine", vante le site Gilead (copie d'écran).

"Les nouvelles molécules permettent de guérir plus de 9 patients sur 10 avec juste trois à six mois de traitement. Avec une personne sur 100 infectée en France, il s’agissait d’un problème de santé publique", tempête Pascal Mélin, hématologue, président de SOS hépatites.

Réservé aux cas les plus graves

Mais le médicament est cher. Et la Sécurité sociale est en déficit de 13 milliards d'euros. Alors, seulement 11.800 malades ont été traités en 2014 et 15.000 en 2015, selon 20minutes.fr. Le coût du traitement a contraint les médecins à le réserver aux malades en phase F3 et F4, des fibroses avancées. Pourtant, tous les autres porteurs du virus pourraient être soignés. Définitivement.

Gilead produit aussi le médicament Truvada, contre le sida. Elle vient d'obtenir en France, en novembre 2015, son utilisation, à titre préventif, par des personnes non infectées mais qui n'utilisent pas de préservatif lors de relations sexuelles. Le coût du médicament, 500 € les 30 comprimés (un par jour), est pris en charge par la Sécurité sociale. 

La société Gilead a son siège à Foster City, en Californie (Etats-Unis). Son effectif est de 7.000 salariés et son chiffre d'affaires de 24 milliards de dollars, un des plus gros de l'industrie pharmaceutique. Elle produit le Truvada, contre le sida depuis 2004. Depuis le rachat de Pharmasset, spécialisée dans le traitement de l'hépatite, en 2011, le cours de l'action est à la hausse. Le graphique ci-contre (source : Gilead.com) montre son évolution sur dix ans.

On lira le dossier de presse de la conférence de Paris, via le Collectif hépatites, ici.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits