“En route pour Hollywood”: un conte de fée qui commence mal!


En droite ligne de la mouvance feel good life qui prône un art de vivre où la joie de vivre, la santé et une vision résolument positive en sont les piliers, le roman feel good reprend les même ingrédients pour les mêlés à des histoires plus ou moins réelles, plus ou moins humoristique, mais indéniablement tourné vers un happy end comme on en aimerait plus au quotidien. Le roman feel good a pour vocation de vous offrir l’espace de quelques pages une bulle de bien être et un sourire durable.

Les ingrédients feel good de « En route pour Hollywood »

Le plot du livre est en lui-même un ingrédient indispensable de bon roman feel good : la part d’irréel ou vu comme tel. Lorsque Clémence décide de tenter le concours d’écriture américain, on est dans le roman feel good. Elle est nulle en anglais et n’a aucune raison valable de le tenter, mais elle y va quand même mue par une sorte de force surnaturelle, incarnée par son subconscient avec qui elle discute tout au long du roman.

L’enchaînement rapide entre les scènes de la vraie vie, pas forcément facile, et les scènes surréalistes racontées par l’héroïne elle-même sur un ton léger, avec quelques traits d’humour, montre la volonté intrinsèque de Clémence de vouloir voir la vie en rose et non en gris comme elle le fait depuis des années.

Le chouïa de romance, comme une cerise posée sur un gâteau, est l’ingrédient final. On finit le livre en ayant le sourire, un sentiment de « tout est possible » dans le coeur.

Et un peu roman chick-lit aussi ?

« En route pour Hollywood » est aussi un roman chick-lit. On prend une héroïne banale au possible qui se bat, comme beaucoup d’entre nous, avec les fins de mois difficiles, le harcèlement au travail, l’éducation des enfants, etc. On peut toutes se reconnaître dans cette fille que la vie a malmené. Des sujets douloureux sont abordés avec légèreté, sans s’appesantir dessus : le deuil, l’avortement, le dénigrement de soi…

Mais Clémence se bat, avant tout pour ses enfants, pour qu’ils aient tout ce dont ils ont besoin quitte à s’oublier elle-même. Et puis un jour, c’est le déclic. Le roman est donc tourné vers l’évolution de cette femme si ordinaire, vers un destin extraordinaire.

Alors roman chick-lit feel good ou feel good chick lit ?

Le roman feel good se caractérise surtout par l’approche de l’histoire, peu importe finalement le genre pourvu que cela se finisse sur un « happy end ». Où classer « En route pour Hollywood » alors ? Finalement, l’histoire se concentre sur la vie de Clémence, sur ses problèmes, sur ses attentes, son évolution. On est donc dans un roman chick-lit feel good.

Une histoire de femme, pour les femmes, en hommage à celles qui se battent au jour le jour, avec cette pointe surréaliste qui font le charme des contes de fées modernes.

Retrouvez "Clémence: En route pour Hollywood" sur Amazon

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits