Elite : Dangerous

Un jeu réaliste 

Elite: Dangerous est un jeu de simulation spatiale de combat, de commerce, d'industrie minière, et d'exploration massivement multijoueur développé et édité par Frontier Developments depuis 2014. Le jeu s'est concrétisé grâce au projet de financement participatif Kickstarter.

Les joueurs pilotent leur propre vaisseau spatial au cœur d'une galaxie (la Voie Lactée) à l'échelle réaliste 1:1. On peut voler en vaisseau spatial, et on peut même atterrir sur certaines planètes, et on peut même se promener sur ces planètes au moyen d'un véhicule tout-terrain.

Le jeu Elite: Dangerous est le 4e jeu de la série Elite. Il succède directement au jeu Frontier: First Encounters sorti 1995, le premier Elite étant sorti en 1984.

L'Empire, la Fédération et l'Alliance constituent les 3 factions principales du jeu, aux côtés des Indépendants.

Le jeu s'est vendu en plus de 1,4 millions d'exemplaires entre sa sortie et la fin de novembre 2015 (presqu'un an après).

Un réalisme qui suggère l'expérimentation en immersion

Parallèlement à son intérêt ludique, le jeu Elite : Dangerous est un bon moyen d'apprendre les mathématiques en s'amusant. En cherchant bien, on découvre des trucs intéressants, et les maths se révèlent d'un grand intérêt stratégique.

En effet, si la triche est fréquemment interdite dans tous les jeux, l'emploi des mathématiques, lui, est permis. Pourquoi s'en priver ?

Voici quelques exemples de recherches effectuées dans Elite : Dangerous :

  • Système de coordonnées cartésiennes : les 400 milliards de systèmes stellaires sont localisables selon une grille tridimensionnelle avec 3 axes perpendiculaires entre eux. La position {0;0;0} par exemple est celle du système solaire. On peut alors calculer la distance entre 2 systèmes, on peut même vérifier si plusieurs points sont alignés, ou perpendiculaires.
  • Le moteur du jeu utilise le principe de la génération procédurale. Un degré de déterminisme caché serait possible dans la structure du jeu selon l'algorithme utilisé.
  • Il est manifeste qu'un seul joueur dans le jeu mettrait environ 60 millions d'années au minimum pour visiter les 400 milliards de systèmes stellaires de la galaxie, sans jamais revenir dans un système qu'il aura déjà visité. Mais avec une exploration aléatoire, ce joueur mettrait environ 450 millions d'années pour visiter la totalité de la galaxie. Et il faudrait environ 3 siècles pour que 1,5 million de joueurs aient visités tous les systèmes (ou presque) de la galaxie, en se déplaçant au hasard.
  • Avec un écran LCD de 19 pouces par exemple, et selon la technique de la triangulation, il est aisé de vérifier que les planètes sont représentées fidèlement à l'échelle physique réaliste (échelle 1:1). C'est effectivement le cas.
  • Cependant, le réalisme est légèrement moins crédible concernant la gravitation : dans Elite : Dangerous, la gravitation est perceptible dès les 2 premiers kilomètres d'altitude sur chaque astre atterrissable. Dans l'univers réel, la gravitation a une portée illimitée.
  • Compte tenu de la vitesse de libération des planètes, ainsi que la vitesse ascensionnelle maximale d'un vaisseau spatial dans le jeu, il est démontré qu'il est impossible de quitter le champ gravitationnel d'une planète ayant plus de 3 fois l'intensité de la gravitation terrestre (c'est-à-dire 3 g), à l'altitude zéro.
  • Il est démontré empiriquement, dans le jeu Elite : Dangerous, que les métaux très rares (polonium, technétium) ont une teneur environ deux fois supérieure à la normale, dans les systèmes contenant au moins un pulsar, un trou noir, ou une étoile à neutrons.
  • La recharge des survolteurs de bouclier (boosters, en anglais) d'un vaisseau a été étudiée selon le principe des circuits électriques équipés d'un résistor électrique et d'un condensateur électrique.
  • Il a été démontré que la position des planètes du système solaire en temps réel ne correspondent finalement pas à une date de l'année 2016 ni à une date de l'année 3302 (l'an 3302 est l'année où se déroule le gameplay d'Elite : Dangerous).


Un panorama superbe

Outre l'intérêt des mathématiques, n'oublions pas de profiter du paysage : dans Elite : Dangerous, les images sont splendides.

Ci-dessous, sur une planète, un véhicule tout-terrain face à des débris d'origine extraterrestre. C'est clair, dans le jeu Elite : Dangerous, la communauté s'éclate.   ;)

Elite : Dangerous

Ci-dessous, des artefacts aliens avec une étrange phosphorescence verte, près d'un vaisseau et d'un véhicule tout-terrain.

Elite : Dangerous

Pour en savoir plus

  • Les vidéos tutorielles d'Aymerix sur YouTube, qui sont d'une aide précieuse pour les joueurs débutants : https://www.youtube.com/user/aymerixhn
  • Le site web d'Elite Dangeroushttps://www.elitedangerous.com/ dans lequel on peut télécharger le jeu payant (config minimale requise : avoir 8 Go de RAM et une excellente carte graphique comme NVIDIA, et un système Windows 7, ou 8, ou 10 en 64 bits).

Have fun ! And fly safe. 



Drake

Dracula is here.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits