Du plastique véritablement biodégradable ?

Du plastique véritablement biodégradable ?

L'enfer de la pollution du plastique

Ci-dessus, un pot de yaourt daté de 1976, encore totalement intact après avoir pourtant passé 43 années dans la nature... On constate avec tristesse l'impact révoltant de la pollution de l'environnement par les matières plastiques.

De nos jours, une prise de conscience émerge afin de préserver l'environnement. Mais est-ce que les solutions industrielles sont-elles vraiment fiables ?

Image partagée vue sur Facebook :

Du plastique véritablement biodégradable ?

L'image ci-dessus déclare avec enthousiasme que le plastique à base de chanvre se dégraderait en 80 jours. On aurait trouvé la solution miracle ?

Dans la réalité, l'idéal serait que les bioplastiques soient à la fois biosourcés (fabriqué à partir de matières naturelles totalement renouvelables) et biodégradables (dégradés par l'action de micro-organismes ou par d'autres mécanismes comme l'hydrolyse ou la dégradation thermique).

Le chanvre (s'il est le seul élément dans la composition du bioplastique) est biosourcé. Le chanvre est biodégrable s'il n'est pas du tout associé avec un composant thermoplastique ou un composant thermodurcissable (ces composants n'étant pas biodégradables). Après tout, le plastique au chanvre est peut-être vraiment biodégradable, si c'est 100% du chanvre.

En bas de la photo, on peut remarquer cependant que le plastique à base de chanvre en question semble se fragmenter en particules fines. C'est inquiétant... 

  • Les plastiques biofragmentables (appelés aussi oxo-dégradables) sont parfois dits abusivement « dégradables » mais leur dégradation se résume à une fragmentation en particules non biodégradées de petite taille, invisibles à l'œil nu. Une fois fragmentés dans la nature, ces microfragments ne peuvent plus être collectés pour un éventuel recyclage, ni même pour un éventuel compostage, et ces microfragments sont malheureusement ingérés par les petits animaux (poissons, insectes, invertébrés, oiseaux, etc...), qui finissent par en mourir. Ces microfragments s'accumulent dans la nature, sans le moindre espoir de dépollution, créant alors un nouveau problème écologique plus grave que les gros objets en plastique classique d'antan. Pire, ces fragments se retrouveront même dans les repas de nos assiettes...
  • Ces plastiques oxo-dégradables sont fabriqués à partir de polyéthylène (un matériau thermoplastique) auquel on ajoute des grains d'amidon (ou de cellulose, ou de chanvre, etc) et des sels minéraux, à l’origine d’une fragmentation rapide.

Plusieurs organismes souhaitent faire interdire ces plastiques scandaleux dans l'Union européenne. De plus, en France, l'utilisation du mot « biodégradable » pour un plastique fragmentable, est interdit.

Assez solide sans polyéthylène ?

La question à se poser : le plastique à base de chanvre que l'on voit sur la photo est-il biodégradable ou fragmentable ? Sans polyéthylène entrant dans la composition, un objet comme une bouteille ne serait pas assez solide ni rigide, et aurait des problème d'étanchéité.

Bref, la fragmentation des plastiques est une pollution grave qui continue toujours, mais de façon sournoise et invisible...

L'envers du décor

Au fait, pour faire pousser du chanvre ou des végétaux qui sont source d'amidon afin de fabriquer des bioplastiques (c'est la même problématique avec le bioéthanol), il faut disposer de nombreux hectares de champs pour en faire la culture : pour un gros rendement rapide, il y a hélas l'usage intensif d'engrais, d'herbicides, et de pesticides... Derrière le zèle écologique de façade, il y a une réalité peu respectueuse de l'environnement.


Le plastique à base de chanvre ou d'amidon, fausse écologie

Une preuve ? En voila une. Le navigateur web Google Chrome a une fonctionnalité très intéressante : on peut rechercher les occurrences d'une image quelconque sur le moteur de recherche Google. Je fais un clic droit sur l'image de publicité qui vante le plastique à base de chanvre, puis un clic gauche sur « Rechercher l'image sur Google ».

Parmi les résultats de Google, on trouve ça :

 
Du plastique véritablement biodégradable ?

Apparemment une entreprise qui fait commerce de granules de polyéthylène (pour info : acronyme PET = polyéthylène), destinés à la fabrication de plastiques oxo-dégradables... Vous voyez l'image dans l'encadré ci-dessus ? C'est la bouteille dont j'en soupçonnais la fragmentation en mini-particules de plastique non biodégradable...


C'est trompeur de faire passer des plastiques oxo-dégradables pour des bioplastiques 100% biodégradables 100% respectueux de l'environnement... Un grand problème avec les contenus partagés avec enthousiasme sur Facebook et la plupart des réseaux sociaux, c'est le manque d'esprit critique des internautes.


Hypocrisie

En voyant la propagande (avec des coloris verts) à ce sujet sur internet, on déplore une hypocrisie profonde :

Du plastique véritablement biodégradable ?


Ils se gardent bien de parler du scandale des particules de plastique non biodégradable qui condamnent à mort les petits animaux.


Du plastique véritablement biodégradable ?

Bref, on voit l'arnaque cachée : soi-disant 100% sain et bio, et pourtant à ne pas jeter dans la nature... 



-

Philip Tchelovek

Blogueur scientifique. Présent sur Skõp depuis le 19/03/2016. Articles sous copyright, mais vous pouvez partager les URL librement.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits