Dernière lecture - L'enfant aux cailloux, Sophie Loubière

J'ai trouvé ce livre dans une boîte à livres. J'avais déjà lu plusieurs livres de la même collection (la collection Thriller de chez Pocket) et à vrai dire, c'est la seule collection où j'ai trouvé des thrillers qui me convenaient pour le moment. En effet, j'ai cette fâcheuse habitude de deviner la fin des livres à suspense en plein milieu du livre, ce qui me gâche le plaisir de découvrir la fin. J'ai donc tenté le coup.


Avis général

Autant le dire tout de suite, c'était mal parti. Dans les premiers chapitres, on apprend que l'héroïne est mariée avec son cousin, qu'elle connaît depuis l'enfance. Sans être dans le jugement de ce qui est bien ou mal (là n'est pas le propos), cela a rendu difficile mon identification au personnage principal dans un premier temps. Heureusement, ce fait est écarté relativement rapidement par d'autres informations.

Ensuite, je dois bien l'avouer : j'ai trouvé le dénouement des dernières pages bien avant la fin. C'est dommage, mais c'est le jeu quand on lit un thriller. Cependant, il y a une autre information qui arrive plus tôt dans le livre, capitale pour l'histoire, et que pour le coup, je n'avais pas vue venir. Tout n'est donc pas à jeter, loin de là !

D'ailleurs, même après avoir compris la fin, j'ai continué à lire le livre sans trop de gêne ( = sans me faire la remarque toutes les deux lignes). J'ai dû dévorer les 100 dernières pages en une heure de temps, en pleine nuit. Il faut dire que le format s'y prête bien : le livre est divisé en parties très courtes, deux ou trois pages pour la plupart. On a donc l'impression qu'on peut toujours lire deux ou trois pages de plus... Et on le finit sans s'en rendre compte.


Le rapport à la folie dans ce livre

Dès le début du livre, l'auteure nous fait comprendre que Elsa, l'héroïne, n'a pas toute sa tête et est depuis son enfance considérée comme "folle". Elle voit des personnes qui ne sont pas présentes, par exemple. Elle est cependant qualifiée de très intelligente par ailleurs, ce qui évidemment n'est pas incompatible.

À aucun moment dans le livre on ne pose de diagnostic sur une éventuelle pathologie d'Elsa. On ne retrouve pas de mot tels que "schizophrénie" ou "psychose". Evidemment, des mots relatifs à la maladie mentale sont dans le livre, mais je trouve qu'ils sont toujours utilisés avec prudence. Et je trouve que c'est une bonne chose.

A mon sens, ce "détail" permet d'éviter de stigmatiser les personnes atteintes de ces maladies. Si un mot avait été jeté, il y aurait eu deux risques : d'une part, que le lecteur intègre inconsciemment les stéréotypes qu'il connait dans le personnage d'Elsa ; et d'autre part, que le lecteur commence à penser que toutes les personnes atteintes d'une pathologie mentale ressemblent au personnage d'Elsa. 

Il est important de rappeler que, troubles mentaux ou non, toutes les personnes sont différentes. Ici, l'accent est mis sur la personne et même si l'hypothèse d'un trouble guide l'histoire, il n'a été, de mon point de vue, que secondaire. D'ailleurs, même si le narrateur est externe, les événements sont racontés du point de vue de l'héroïne dans le plus gros de l'histoire. 

Enfin, de manière plus pragmatique, le fait de ne pas mettre de mot sur les troubles d'Elsa permet à l'auteure d'éviter les erreurs relatives à une pathologie.


Pour finir...

Je mets en lien affilié la page Amazon du livre, pour ceux ou celles qui seraient intéressé.e.s. Bien sûr, il n'y a aucune obligation !

Si vous avez lu ce livre, n'hésitez pas à me faire partager votre avis !

Si vous avez des thrillers à me conseiller, ou tout autre type de livre, n'hésitez pas à m'en faire part !

Estamini

Quelques mots par-ci, quelques mots par-là... Mes lectures, mes humeurs, mes pensées, mes connaissances.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits