De mon nom

J’ouvre les yeux

Ma balise oscille

Entre le diable et le bon dieu

Entre noir et obscurité

Je vois comme une faucille

Le crépuscule s’avancer


Entre chien et loup

Mes paupières battent un temps sourd

Battent un tempo fou

De jazz et de velours

L’iris se dilate sous les coups

Tempête sous un crâne

Dans la rate et dans le cou

La vision est en panne

Charlie Chaplin se met au piano

Et Don Quichotte boxe Cyrano


Mais surprise sous les cils

Il reste des rames au fond du rafiot

Une vague renverse la faucille

J’ouvre les yeux le port, est à portée de canot.


Sébastien Joly

Sébastien Joly

Auteur et réalisateur, je mets mon travail au service de plusieurs supports (théâtre, littérature, cinéma) pour y raconter mes histoires sous les formes les plus diverses.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits