Déconnectés du virtuel

Passer un coup de fil avec son téléphone portable, utiliser son Smartphone pour aller vérifier ses mails, envoyer une photo sur Instagram, un tweet ou publier un statut FB. Autant de gestes du quotidien qui paraissent banals.

Pourtant, il reste des endroits où capter Internet ou tout simplement un réseau d'opérateur téléphonique tient de la grande aventure : c'est ce que l'on appelle des zones blanches.

On pourrait s'imaginer que cela ne touche que des pays en voie de développement et que l'urgence là bas est plutôt d'offrir à la population l'accès à l'eau potable, à l'électricité et à une hygiène de vie élémentaire... Et pourtant…

Pourtant, il existe encore en France des communes ou des zones où la population ne dispose pas de téléphonie mobile, ni d'internet ou alors leurs connexions ont un débit trop bas.

Comme l'indique la liste publiée par le ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique en novembre dernier, la zone la plus touchée est en Occitanie.

En effet, avant la fusion des régions, la première région en terme de zones blanches était Languedoc-Roussillon, avec en tête le département de l'Aude, suivie de... Midi-Pyrénées.

Or, aujourd’hui, il paraît difficile de se passer d'internet. En effet si les usages décrits en début d'article sont ludiques voire superficiels, être connecté devient de plus en plus indispensable.

En effet, pour les particuliers, l'absence d'internet peut empêcher d'accéder à des choses essentielles, de plus en plus de services publics (Pôle Emploi, Caisse d'Allocation Familiales, Caisse Primaire d'Assurance Maladie...) dématérialisant leurs services sur la Toile.

De même, il paraît de plus en plus difficile à une entreprise de ne pas être présente sur le net, que ce soit pour se tenir au courant des nouveautés de son secteur, communiquer avec ses clients, mettre en avant son activité via un site ou des réseaux sociaux voire faire du e-commerce.

L’État avait déjà lancé au Printemps 2013 l'opération France Très Haut Débit, dont le cahier des charges a été remis à jour pendant l'été 2015 dans le but d’accélérer le déploiement de la couverture.

La finalité étant que les 2200 communes privées d'internet mobile soient reliées au réseau mi-2017 et que l'ensemble de l'Hexagone accède au Très Haut Débit en 2022 pour un coût total de de 20 milliards d’euros en dix ans, partagé entre l’État, les collectivités territoriales et les opérateurs privés.

En attendant des initiatives locales et associatives essayent aussi de prendre le relais et offrir un accès à la toile à ces « déserts virtuels ». Dans la région toulousaine, c'est le cas par exemple de l'association Tetaneutral

Alors le droit à l'internet pour tous va t'il devenir un droit inaliénable ? Affaire à suivre.


Cédric Rousseu

Journaliste radio et presse écrite, je travaille à l'heure actuelle avec le Gang de Communicants "Les Tontons Codeurs" en tant que rédacteur et CM. Je suis par ailleurs pigiste audio et redacteur web

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits