Cuisine de rue, Bangkok [Thaïlande]

Apsara s'installe tous les jours au centre du marché de Chatuchak, dans le food-court où elle cuisine à la demande devant son feu à charbon, dans un immense wok tout noir de graisse brûlée. Ce n'est pas facile de se lever si tôt, laisser sa mère se débrouiller avec les enfants, prendre le bus de 5h30 pour aller chercher au marché de gros les légumes, les épices et les gros sacs de riz avant d'aller rejoindre le nord de la ville où les touristes vont commencer à affluer vers 10h, mais où les marchands prennent une soupe corsée pour le petit-déjeuner avant d'aller exercer leurs talents de négociation, “Sir, you kill me”, et laisser à penser qu'une paire de baskets New Balance, fut-elle fausse, laissée à 40% du premier prix annoncé, c'est une affaire.

A midi, sous une température de 42°C, des français, des allemands, des russes plus ou moins courtois viennent s'asseoir autour des tables communes sur des bancs en bois. Les serveurs les pressent de commander avec un sourire qui leur fait oublier la morosité de leurs grandes villes, et les prix bas les incitent à consommer de larges bières, des Cocas universels et des jus de fruits exotiques. Un couple de Thaïs, heureux de partager sa culture culinaire, nous incite à prendre un Tom Yam, une soupe relevée qu'Apsara adapte aux palais européens, sauf quand on insiste pour l'avoir “spicy”. Dans ce cas, elle plisse les yeux et se marre “Il va en avoir pour son argent, le fantôme“.

La prendre en photo n'est pas un acte intrusif. En Asie, la multiplication des smartphones et des touristes conjuguées, et la mode des selfies fait que l'image volée n'est jamais un problème. Tout le monde vous sollicite pour une photo, alors qu'importe si vous sortez votre appareil pour capter ce souvenir de cuisine de rue ?

Dommage, elle a vu l'objectif pointé sur elle et elle a arrêté de touiller avec ses gestes précis, elle quitte sa concentration pour former le V près des yeux que font tous les asiatiques sur les photos. Son sourire est sincère, celui d'une ancienne petite fille qui s'amuse encore d'être une attraction.

Cuisine de rue, Bangkok [Thaïlande]


Cuisine de rue, Bangkok [Thaïlande]


Isabelle

Je joue à l'écrivain avec ces articles qui mêlent histoires et images et sont le reflet de mes émotions de voyages : mes RAW-TRIP STORIES. Les textes sont à considérer comme des fictions et, même s’ils sont inspirés par nos rencontres, nos ressentis, toute ressemblance avec une personne existante ou ayant existé ne serait, franchement, que pure coïncidence.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits