Coupe du monde, l'envers du décor

Ça y est, la coupe du monde est terminée, la France est championne du monde. Yeah.

Pendant tout le mondial, j’ai les gens qui sont venus me dire que c’était sympa, que ça donnait une bonne image à la Russie. Il y a quelques années, j’aurais été contente pour cette image. Cette année, ça m’a juste donné envie de grogner. Parce que le souci, c’est que ce championnat du monde a été très doué pour faire passer les vrais problèmes sous le tapis.

Déjà, parlons du prix : 10 milliards de dollars. Alors oui, le show était peut-être pas mal, mais est-ce que ça valait vraiment ça ? Non, bien sûr que non. Une partie de cet argent a fini dans les poches privées, comme (trop) souvent dans la Russie de Poutine. Mais on ne s’inquiète pas, il sera bien employé à construire des palais et acheter des yachts. Ça va que les Russes gagnent bien leur vie et peuvent se le permettre : 35 000 roubles pour le salaire moyen officiel (480 euros) et 20 000 roubles le vrai salaire moyen (275 euros). Ne parlons même pas des retraites, certaines n’atteignent pas 100 euros.

L’autre partie a filé dans les stades, les festivités, l’accueil des visiteurs étrangers. Ça a été l’occasion de refaire quelques petites choses, comme les routes qui mènent au stade (mais pas le reste de la ville, il ne faut pas pousser), les foyers d’étudiants qui devaient servir à loger les visiteurs (en dégageant les étudiants, ils se débrouilleront bien) et en camouflant derrière des clôtures les maisons pas trop montrables (manquerait plus que ça se mêle aux étrangers, ça).

Mais bon, okay, tout ça, ce n’est pas propre à la Russie, n’importe quel mondial a ses cafards. Parlons donc de ce qui est propre à la Russie.

Au lancement du mondial, une proposition de loi est passée tranquillement. Celle de l’augmentation de l’âge du départ à la retraite. Jusque-là, elle était de 55 ans pour les femmes et 60 ans pour les hommes, ce qui peut paraître bas selon les standards européens. Mais il faut aussi prendre en compte l’espérance de vie russe qui est bien basse que l’européenne. La loi voudrait la passer à 63 ans pour les femmes (+ 8 ans) et 65 pour les hommes (+5 ans) et, comme ils sont bien partis, ils voudraient la lancer à l’automne.

Ça a donné lieu à la propagande télévisuelle habituelle où les présentateurs vont jusqu’à dire que “c’est plus juste”, que c’est “une mesure douce” et autres choses très vraies. En sachant que 40% des hommes en Russie n’arrivent pas à 65 ans et qu’ils travailleront littéralement jusqu’à leur mort. En sachant que pour les femmes, passé 50 ans, c’est impossible de trouver du travail autre que femme de ménage. Et puis, en sachant que la situation est si bordélique en ce moment que les gens travaillent principalement au noir, donc les quelques roubles de retraite, ils ne sont pas prêts à les voir.

Allons maintenant voir du côté des prisons. Sentsov, un cinéaste ukrainien arrêté et condamné à 20 ans de prison s’est mis en grève de la faim pour protester contre ça. Il vient de passer les 60 jours, sa santé se dégrade, mais on regarde plutôt le ballon. Et il n’est pas le seul. Les prisonniers politiques, c’est devenu monnaie courante en Russie. On peut parler d’Oleg Navalny (le frère d’Alexei Navalny, chef de l’opposition) qui vient de passer trois ans et demi en prison pour une affaire fabriquée. On peut parler de tous les gens qu’on embarque à chaque manifestation. On peut parler de tous ceux qu’on vient arrêter chez eux au plus profond de la nuit, dont on démonte la porte et qu’on traite comme de dangereux criminels pour un retweet. Oui, comme en 37, quoi qu’en dise Poutine.

Sauf que voilà, on n’en parle pas. Parce que c’est plus important de faire bonne figure devant les visiteurs étrangers, de se montrer sous son meilleur jour. Parce que les gens dans la rue, on ne les tolère que s’ils ne sont pas russes. Enfin, parce que le Russe moyen, ses seuls droits, c’est de la fermer et de travailler jusqu’à la mort pour payer les impôts.

Cet article n’est pas anti-russe. Bien au contraire. Je suis née là-bas et mon cœur sera toujours dans ce pays. Cet article est contre la corruption de la Russie de Poutine. Parce que chaque jour, les infos qui me parviennent sont alarmantes. J’aurais voulu me réjouir du mondial, j’aurais voulu être fière. Mais je ne le suis pas.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits