Combat

 Je suis désolé de constater que ma vie n'est pas ce que j'imaginais. Un simple appel, une simple voix m'a fait comprendre que mes objectifs de vie ne sont pas ceux auxquels je devrais faire face. Je crois même être bouleversée de cette découverte parce que pour moi c'est une découverte. En ce moment, un film sort au cinéma et le titre est < Rêve de gosse >. Mes rêves de gosse à moi c'était d'être une grande journaliste reporter qui allait traverser le monde, qui allait s'engager dans ses écrits et qui pourrait s'épanouir de se battre pour des causes loyales. Rapidement j'ai bien compris que le monde d'aujourd'hui n'aime pas beaucoup les gens engagés qui parlent de ce qu'ils pensent et de ce qu'ils sont prêts à faire pour défendre leur idéaux et leur valeurs. Plus tard, et quand mes soucis de santé ont commencé, j'ai décidé de choisir un métier qui me permettrait de travailler coûte que coûte, parce que rester passive pour moi est synonyme de fin de vie, d’abandon. Alors j'ai choisit de prendre la voie de la comptabilité, métier ancré dans la famille comme une sorte de connaissances naturelles, de destin.J’ai rapidement pris mes marques et aimer ce métier qui contrairement aux idées reçues vise à être le compagnon de son client, son épaule mais aussi son booster. Grâce à ce métier je me suis non seulement épanouie mais aussi fixée des objectifs, des projets, des buts à atteindre. Vous savez ce genre d'éléments de votre vie qui font vous réveiller le matin avec la rage et l'envie d'avancer, de vous prouver à vous même que vous êtes capable de gravir les montagnes cent fois plus grandes que vous. Alors mes rêves d'enfants ce sont transformés en : directrice d'agence, experte comptable, écrivain ( parce que l'écriture ne m'a jamais quitté )…Mais parfois un événement bouleverse le fil du temps. Pas plus tard qu'hier, pour confirmer un rendez-vous, une intervenante du milieu médical m'a contacté pour vérifier que tous mes examens de santé avaient été effectués dans le but de s'assurer que les effets indésirables des médicaments ne me détraquent pas autre chose.. J'ai effectivement tendance à me limiter à mon problème de base, ce petit bout d'autrui qui m'a permis de rester en vie et d'être ce que je suis aujourd'hui. C'est grâce à cet inconnu que je peux encore me battre à l'instant présent pour ses rêves d'enfant qui me donnent l'envie d'exister. Mais elle m'a susurrée gentiment qu'il serait bien voir nécessaire de ne pas oublier que ma condition ne se limite pas qu'à mon bébé greffon, mais aussi aux risques multiples et variés de Cancer et autre maladies dont je préfère taire les noms. Que mon premier combat de tous les jours doit être en réalité s'assurer de rester en vie et parfois même à n'importe quel prix . Mais moi ce que je veux c'est être comme vous, c'est à dire vivre et pas survivre. J'ai la chance énorme d'être debout et d'apparences en excellente santé. Je comprends le corps médical qui souhaite nous protéger de tout dérapage qui pourrait engendrait un séisme pour soi et notre famille, mais parfois j'aimerai juste que l'on comprenne que moi ce que je veux c'est avoir des rêves qui puisse devenir réalité, avoir des rêves comme les autres, être comme vous.”

Sil'am

Comptable - Auteur à mes heures perdues - 30 Ans - Pleine de vie - Greffée -

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits