Chronique d’un presque pas écrivain Avant d’écrire ou presque


Ça y est ! On va enfin parler de l’objet de ces chroniques.

Pour commencer……… Le QUAND ?:

Quand est ce que j’écris ?...bah quand j’ai le temps et la motivation. Les deux ne vont pas tout le temps de paire, vous allez voir. En couple, papa de deux enfants en bas âges et ayant un travail aux horaires chaotiques, me faisant travailler un week-end sur deux en moyenne. J’essaye de privilégier d’abord le temps en famille quand je suis chez moi. Les seuls vrais moments où j’ai le temps d’écrire c’est entre deux sessions à mon travail (entre une et trois heures) et les siestes des enfants (entre une et deux heures si je n’en fais pas une moi-même). Ce n’est pas grand-chose mais pour le moment ces petites sessions me conviennent très bien.

On enchaine sur……L’HISTOIRE :

Cette histoire, je l’imagine depuis très longtemps. Ce sera de l’héroïc fantaisy(le choc), lié à notre réalité, tendance shomen (bah oui ça devait être un manga à la base)….Pas terrible comme synopsis mais le but de cette chronique n’est pas l’histoire en elle-même de toute façon. Peut être (surement) que l’on en reparlera plus tard. Je vous donne juste le style car je me dis qu’il pourrait y avoir des références et autre à venir dans les prochaines chroniques

Et Maintenant…… LA PREPARATION (c’est l’objet de cette chronique quand même…faut suivre un peu) :

Me voila donc parti avec un stylo et un cahier entrain d’essayer de structurer mon histoire. Par ce que oui c’est bien joli d’avoir des idées dans le crâne mais quand on les sort, il faut les remettre dans l’ordre. Mais alors comment faire? C’est là que je dis merci à ma compagne, grande lectrice de bouquins devant l’éternel, pour ses conseils.

D’abord j’ai décris l’univers dans lequel allait se dérouler mon histoire, certains lieux, les différents peuples. Je n’ai pas écris toute la mythologie de mon univers, juste de quoi faire une base que je puisse utiliser pour la cohérence de mon histoire. Par exemple, les différents peuples qui composent cet univers sont établis mais je n’ais pas détaillé leurs coutumes ou leur(s) croyance(s). Ce n’est pas quelque chose que j’ai trouvé difficile à écrire vu que j’y avais déjà beaucoup pensé avant.

Ensuite j’ai fais une liste de mes personnages.

• Leurs personnalités, une mini bio (pour les personnages principaux surtout)

• Leurs capacités, leurs pouvoirs

• Des détails sur leur physique

• Leurs objets particuliers.

Pour ceux qui connaissent, ça ressemble à une fiche de personnage de roleplay. « Trop facile ! » penseront certains, Que nenni ! Ces personnages, certes ils existent, mais je ne leur ai pas tous donné des noms. Comment je fais ? Je leur donne des noms existants ? Je les invente ? Au final et après avoir regardé une longue liste de prénoms, j’ai décidé que mes personnages liés à notre réalité auraient des noms courants et ceux du monde fantastique seraient inventés. On ne peut pas appeler ça une difficulté, mais cela m’a fait réalisé que l’on a beau se dire « c’est bon j’ai mon histoire ça va s’écrire tout seul »…en fait non. D’autant plus, que j’en changerais peut être avec le temps, Sans oublier qu’il faut aussi qu’il leur faudra un nom de famille…chose à laquelle je réfléchirais plus tard plus tard.

Enfin sur mon cahier, j’ai tracé une frise chronologique pour les événements principaux de mon histoire. C’est comme ça que j’ai pu constater qu’il y avait de gros trous entre certains événements. Le début et la fin, ça c’était facile. Mais entre les deux, il me manquait beaucoup de choses. Actuellement, ma frise est loin d’être complète, mais depuis que j’ai commencé à écrire (d’où le « ou presque » du titre), j’arrive à combler les vides au fur et à mesure. « C’est plutôt évident » diront certains, mais pour quelqu’un qui écrivait seulement des fan-fictions basées sur un univers déjà existant ou quelques rédactions à l’école sur ses dernières vacances à la plage, ce n’est pas si facile. Vous n’imaginez pas comment je galère déjà à écrire ces chroniques. Finalement, tout ça pour dire que cette frise m’aide pour les grandes lignes de l’histoire, et, petit à petit, certaines trames complètent l’histoire (mince une répétition), d’autres s’y rajoutent.

Et une deuxième chronique de finie

« A la prochaine lecture du presque pas écrivain. »…Non toujours pas ça…

Inyo

débutant dans l'écriture

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits