Chapitre 2: La chute de la Paix?

 Le 16 juillet, c'est la fête nationale, le jour de la création de l'Empire, le jour du traité de paix, le jour où l'armée du Nord fut vaincue. Avant l'Empire, le pays était séparé en plusieurs camps: les nations du sud et de l'ouest avec le Royaume de Bord de l'Eau, le royaume de la Reine Elisa, au sud, et la République, à l'ouest. A l'est, des royaumes se faisaient continuellement la guerre avec des naissances de royaumes et des trahisons. Le royaume qui se démarquait parmi tous les autres étant le royaume de Godefroy, royaume proche de la mer qui défendait ses terres avec une armée solide et une diplomatie forte. Au nord, deux royaumes, le royaume de Rheingarn, ses hommes sont habitués au froid, aux famines mais ils sont forts et ont une âme vaillante, grands stratèges et une grande armée, se sont des explorateurs nés avec de puissants navires. Et le second sous la tyranie de Xin chi lè, le plus détestable et le plus désagréable de tous. Ils étaient forts, puissants, avaient de l'ambition mais ils s'attaquaient à la plupart des peuples minoritaires dans leur pays. Ils servaient la cause religieuse extrêment puissante dans cette tyranie.

Voilà comment était disposé les royaumes avant l'Empire. En l'an 300 avant le traité (le traité de paix qui permit de créer un Empire), une guerre commença entre les deux royaumes les plus puissants, le royaume de Bord de l'Eau et le royaume de Xin Chi Lè. Les royaumes ont vite fait jouer leurs alliances, une opposition se fit donc entre les royaumes du sud et de l'ouest face aux royaumes du nord. Les royaumes de l'est s'étant tous déclarés neutres. Une guerre rude se fit avec autant de victoires que de défaites. Pour les victoires nous retiendrons la victoire de Ftoarn ville du royaume de Bord de l'Eau, c'était pendant l'avancée fulgurante des deux royaumes du nord, en l'an -150, mais la générale Marie De Winselbatthe ayant seulement 4 000 hommes pour défendre la ville, la défendit courageusement face à 14 000 hommes. En l'an -146, la ville fut défendue et ne tomba pas grâce à plusieurs envois de renfort. La plus lourde défaite reste celle de Xhan, la ville du Khan, la capitale du royaume de Xin Chi Lè, où 130 000 courageux vont se battre contre 500 000 hommes. Nos soldats, étant en sous nombre se firent terrasser. Mais ce n'était que l'avant garde! Le lendemain, 300 000 hommes arrivèrent et se battirent pendant 2 mois: la ville resta toujours imprenable. Le bilan humain fut lourd, 800 000 hommes vont mourir et autant furent blessés.

La victoire pendant l'été de l'an 1 permit de signer un traité de paix, permit un Empire, et surtout une renaissance. Le Royaume de Godefroy conquit tous les royaumes de l'est et s'allia au sud pour former un Empire ayant pour capital Bord de l'Eau. Depuis, ce jour est célébré, partout; même dans les régions vaincues. La population semble de plus en plus heureuse dans cet "Empire". Les peuples se sont tous alliés, malgré les différences de culture.

Le 16 juillet de l'an 16, les festivités du traité de paix commençaient. A Portlhem, le plus grand rassemblement. En effet, le traité de paix a été signé dans cette ville. C'est une ville de l'ouest du royaume de Bord de l'Eau. Tous les dirigeants se rassemblaient pour donner leur bénédiction à l'Empereur, pour rappeller que la paix lui est due. Le Prince Karl, dans son char, saluait le public venu en nombre. C'est une fête de 6 jours qui démarait avec le 16 juillet. De son char, il apercevait toute la foule et voyait la joie dans les yeux de ses prochains sujets. Devant lui, se pavanait le char le plus imposant avec tous les Rois, le Président Charles, la seule Reine, et l'Empereur assis sur son trône, en hauteur.

Soudain, un flash l'éblouit, associé d'un son assourdissant, puis il entendit à nouveau ce son qui l'assourdit une deuxième et une troisième fois accompagnés eux-aussi de ce flash. Il entendit des complaintes, des cris et des hurlements. Un son stridant lui restait dans les oreilles, ses membres tremblaient, était-ce de panique, de peur ou la volonté de se battre? Sa vision était toujours brouillée. Il était tellement éblouit qu'il ne pouvait qu'apercevoir la couleur oranger du flash, comme s'il regardait le soleil à son zénith, dans un ciel bleu azur. Ses sens revinrent au fur et à mesure; tout d'abord ses membres arrêtèrent de trembler, puis ce son aigu cessa, et enfin sa vision. Il aurait préféré ne pas la retrouver. Dès qu'il rouvrit ses yeux, il vit des flammes, et ensuite, des hommes, des femmes, des enfants, des nourissons, des jeunes, des plus vieux, des petits, des miséreux, des riches, des grands; il tourna la tête et vit son père, alongé, seul, le sang sortant de son bras droit et de sa jambe gauche. Autour de lui, un spectacle macabre digne des folies d'une guerre. Il se dit que cela devait être un cauchemar, même si ceci est difficile à imaginer. La guerre était finie, se dit-il après, la paix était là et pourtant la mort est semée. Elle a atteint des personnes qui ne souhaitaient que s'amuser. Toutes ces personnes qui se différenciaient dans la vie, à cause de leur richesse, meurent de la même manière, comme du bétail, comme des moins que rien, comme des soldats de la paix. C'est toujours lors des moments de festivité que l'on touve les plus grands dangers, car ce que veulent les enfoirés, c'est nous diviser. La question qui se posait à Karl, "qu'est-ce que c'est?"

Les costumes, les figurines, les drapeaux, tout ce qui représentait la festivité s'était envolée sous une vague de feu, de fumée, de poussière pour retrouver des bâtiment soufflés par une explosion aussi mortelle qu'inhumaine. Tout d'un coup, il sentit ses oreilles se bloquer comme si on les compressait, ses tympans bloqués lui faisait un mal fou. Il se tortillait puis entendit une voix qui venait du ciel: était-ce Dieu qui venait s'excuser de cette calamité? Julien entendit distinctement une petite musique puis une voix féminine saturée disant: "Bienvenue en gare de Paris Montparnasse, le TGV 8442 en direction de Lorient partira à 22h43 quai 8". Julien sursauta, pris ses affaires et partit du train.

Rejoignez Skōp, c'est gratuit!

Le magazine collaboratif qui vous paye pour écrire, voter & partager.

  • Aucune publicité pour les donateurs
  • Auteurs rémunérés par les dons des lecteurs
  • Contenu exclusif et personnalisé
  • Publication facile de tous vos écrits